Accueil » Portraits » « Que sont-ils devenus ? » : Horace Grant, l’assurance tous risques

« Que sont-ils devenus ? » : Horace Grant, l’assurance tous risques

horace grant Chicago Bulls

Lorsqu’on évoque Horace Grant, on parle plus de ses fameuses lunettes que de son jeu. Tapis dans l’ombre des stars, il fut pourtant d’une importance capitale sur les parquets.

A son arrivée à Chicago en 1987, drafté en dixième position, Horace est le « back up » de Charles Oakley qui domine la raquette des Bulls. Mais suite au départ de ce dernier pour New York en échange de Bill Cartwright, il saisit sa chance et entre dans le cinq majeur. Il ne le quittera plus.

Travailleur acharné, il s’agace régulièrement du manque d’assiduité de « sa majesté » Jordan, qui brille souvent par son absence lors des entraînements. Il ira même jusqu’à quitter certaines séances où M.J est manquant afin de manifester son mécontentement. Ces deux là ne s’apprécient guère, mais sur le parquet, pas de soucis… Les bulls vont tout gagner au début des années 90. Michael et Scottie raflent les lauriers, Horace reste dans l’ombre. La NBA fabrique ses stars par le biais des images, Grant n’est certainement pas un « bon client ». Une preuve ? On a tous vu le shoot de John Paxson lors du game 6 des finales NBA 1993 que l’on présente souvent comme le shoot du titre. Mais les suns ont encore une possession derrière et Grant place un contre sur Kevin Johnson pour le titre ! Image vous l’avouerez beaucoup moins diffusée…

En juillet 94, un an après avoir remporté son troisième titre consécutif avec les Bulls, Horace file à Orlando rejoindre le duo Shaq et Penny. Les Magics se frottent les mains ! L’association O’Neal-Grant fait des ravages dans « la peinture ». Malheureusement ils échouent en finale NBA, sweepés par Houston.

Mais en cette année 94, Horace vit un moment particulier qu’il a espéré toute sa carrière : il est sélectionné au All-Star Game à Minneapolis. Enfin la reconnaissance individuelle pour ce travailleur de l’ombre : « C’est vrai qu’il est important de remporter des titres NBA mais devenir All-Star m’a permis d’être reconnu et respecté pour le boulot que je fais. C’était difficile d’exister derrière Michael et Scottie. Cette sélection est une sorte d’aboutissement dans ma carrière. J’ai évolué avec les meilleurs joueurs du monde. »

Suite à un nouveau sweep en 96, cette fois en finale de conférence contre Chicago, Shaq part aux Lakers et le Magic sombre. Après trois années supplémentaires de galère en Floride et un bref passage à Seattle, Horace se voit donner une chance de tutoyer les sommets à nouveau en rejoignant  le champion en titre, les Lakers.

Derrière le duo Shaq et Kobe, Horace fait le boulot, comme d’habitude (8,5 points et 7,1 rebonds de moyenne). Les Californiens balayent tout sur leur passage… Quatrième bague pour Grant.

Bizarrement, Horace décide ensuite de revenir à Orlando où Tracy McGrady se sent bien seul. Mais une blessure au genou et surtout des rapports tendus avec son coach, Doc Rivers, vont pourrir son retour en Floride. Rivers lui reproche de saper son autorité auprès des plus jeunes. Il réclame sa tête et déclare sur la chaîne ESPN : « Voici la façon dont je vois les choses. Quand vous avez un cancer, vous devez le retirer… »  Les deux hommes en seraient même venus aux mains. Rivers finira par obtenir le scalpe de Grant après une énième dispute dans un avion impliquant également T.Mac. Déclaration du GM d’Orlando à l’époque, John Gabriel : « Nous sommes désolés de le voir partir, mais honnêtement, nous avions le sentiment que sa contribution était limitée. Reste qu’Horace a fait une grande carrière et ses bagues sont là pour le prouver. »

Grant décide alors de raccrocher les baskets avant de tenter une dernière aventure à nouveau chez les Lakers pour la saison 2003-04 comme back up de Karl Malone. Grant jouera une sixième finale NBA cette année là mais «les angelinos » sont battue (4-1) par Detroit.

horace grant orlando

Aujourd’hui à 46 ans, Grant est ambassadeur pour la NBA à travers le monde, notamment en Europe et en Afrique. Il s’occupe également des jeunes de la ville où il réside, Arroyo Grande qui est proche de Santa Barbara et leur apprend le basket-ball.

Il a récemment donné une interview durant laquelle, à la question : « quel est le joueur actuellement qui vous ressemble le plus ? » , Grant a répondu : «  Joakim Noah ! Il a besoin de travailler son shoot, mais j’aime son énergie, sa détermination et son éthique de travaille… Je l’aime beaucoup. »

Il s’est également exprimé sur le possible départ de Dwight Howard : « Quand vous voyez ce qu’il s’est passé avec LeBron James et Cleveland, le départ de Dwight serait dévastateur pour le magic. »

Et pour finir le journaliste lui demande son cinq idéal pour un « All-Star Game de tous les temps » : « Michael Jordan, Magic Johnson… Nous aurions besoin d’un peu de folie, donc je rajouterai Shawn Kemp. Il faut également un joueur très solide… David Robinson. Et mon pote Scottie Pippen ! » Et vous voudriez sortir du banc ? « Non ! Je préfère les coacher, avec ces joueurs là, vous ne toucheriez jamais le ballon ! »

Horace grant retraite

Horace Grant ou l’histoire d’un joueur de basket myope avec des lunettes improbables condamné à rester dans l’ombre durant tant d’années et descendu chaque fois qu’il réclama une reconnaissance bien légitime. Jim Cleamons, assistant coach chez les Bulls au début des années 90 déclare à l’époque : « Horace a accepté de tenir un rôle ingrat en sachant très bien que personne ou presque ne remarquerait son abattage. Il est là pour faire le sale boulot. Il est indispensable. Que Michael marque 40 points et que Scottie en plante 30, c’est bien. Mais nous ne pourrons pas gagner si Horace ne fait pas son job sous les panneaux. »

Mix Highlights :

 

Le fameux contre sur Kevin Johnson lors du game 6 des finales NBA 1993, pour le titre !!

 















Répondre