Accueil » Infos » « En route vers les J.O » Episode 3 : Jacques Monclar

« En route vers les J.O » Episode 3 : Jacques Monclar

Comme vous le savez tous cet été l’équipe de France de basket-ball va disputer les Jeux Olympiques à Londres et retrouver l’élite des nations basket après plus de 10 années d’absentéisme.

Pour célébrer cet évènement Basket-infos va vous proposer chaque semaine, un portrait des différents acteurs majeurs qui nous font vivre le basket français chaque jour et qui nous font rêver depuis des années. Une occasion de découvrir autrement des personnalités qu’on écoute ou que l’on voit chaque semaine, mais de qui, finalement on ne connaît pas grand chose…

Cette semaine pour le troisième volet de notre série, c’est un portrait consacré à l’un des plus grands visages du basket Français, élu meilleur commentateur sportif par l’AES(association des écrivains de sports) en 2011, véritable légende du basket, à la fois joueur, entraîneur et commentateur, il est l’un des visages les plus connus de ce sport en France… Il s’agit bien évidemment de Jacques Monclar.

Jacques Monclar débute sa carrière en nationale 2, en 1973 au Racing club de France, en 1978, il rejoint le mythique club de l’Asvel pour une durée de 4 ans durant lesquelles il gagne le championnat de France.

En 1982, il quitte l’Asvel pour l’équipe du Mans, où il jouera une année avant de revenir dans son ancien club de Villeurbanne jusqu’en 1986. A l’inter-saison il rejoint le CSP Limoges avec lequel il gagnera durant sa dernière année la « coupe des coupes » et le championnat de France en 1988.

Pour terminer sa carrière de joueur, il signe sa dernière année à l’Olympique d’Antibes en 1989, mais Jacques Monclar n’a pas pour autant tiré un trait sur le basket, il prend en main ce même club d’Antibes qu’il mènera et entraînera pendant 8 ans, parvenant à leur faire reconquérir, en 1991, le titre de champion de France que le club n’avait plus obtenu depuis 1970.

Il entraîne ensuite successivement les équipes de Pau Orthez, Limoges, de nouveau Antibes, Paris basket, Dijon et enfin l’équipe nationale de Côte d’Ivoire jusqu’à la fin de l’été 2007. Depuis cette date il est devenu commentateur et consultant pour Canal+ et RMC, on le retrouve notamment aux commandes des matchs de Pro A, NBA, Euroligue sur les antennes de Canal+ et Sport+.

En 2011, il intègre la promotion de l’académie du basket-ball Français, sorte de Hall Of Fame version française.

Aujourd’hui, pour notre série, la voix inimitable du basket a accepté de répondre à nos questions et ce, pour notre plus grand plaisir.

 

Tout d’abord, au regard du parcours que vous avez eu, est ce que le poste de coach vous manque ? 

« Effectivement, ça arrive que j’y pense, mais ce n’est pas non plus obsessionnel… »

Est ce l’équipe de France vous a déjà traversé l’esprit ?

« Non, j’ai lu ce qu’il se disait à droite à gauche à ce sujet, mais non je n’y songe pas, et surtout pas en ce moment, avec la cohésion que Vincent Collet a amenée à cette équipe. « 

Toutes les semaines vous êtes aux commandes de nombreux matchs sur les antennes, selon vous l’Euroligue peut-elle envier la NBA ?

« Dans certains registres oui, l’exposition médiatique est nettement plus forte en NBA, il y’a des spectacles et un « Décorum » intouchables en NBA, au niveau de la connaissance que le public peut avoir sur les joueurs également, mais il y’a des évènements en Europe qui n’ont pas à envier le niveau de la ligue Américaine, sur le plan du niveau d’intensité ça reste quand même partagé. »

 Avec une carrière si riche et si variée, est ce qu’il y’a des souvenirs plus forts que d’autres ?

« Je pense d’abord qu’il y’a un avant et un après 1992, avec la Dream Team, avec l’accès beaucoup plus facile à la NBA.  J’ai eu la chance de partager pas mal de choses avec eux quand ils sont venus à Monaco(ndlr: La Dream Team était venue à Monaco pour la préparation des J.O). Après dans le basket en lui même des grands moments il y’en a eu,  de très grands même, on en vit, on en voit, le basket est riche depuis 25 ans , la médaille d’argent cette année , la médaille à Sydney, les parcours Français en coupe d’Europe il y’a quelques années, voir Bercy rempli pour les différents évènements, voir nos joueurs qui deviennent des stars NBA… tout ça c’est des souvenirs géniaux. »

Vous étiez aux jeux de 1984 avec l’équipe de France, qu’ avez vous ressenti, est ce qu’il y’avait le même engouement pour l’équipe des Etats-Unis par rapport à 1992 ?

Il a fallu qu’ils perdent pour que ça devienne un objectif, 1988 a été douloureux pour eux, donc ils en ont fait une priorité. En 1984 ça s’était plutôt bien passé puisqu’il n’ y avait pas les Russes, ni les Yougos, nous on n’a pas été bons, on a même eté mauvais. Nous étions pourtant bien préparés mais, on a un peu lâché en cours de route. Quand on perd les deux premiers  matchs contre des équipes, dites « faciles », l’énergie n’était plus au rendez vous pour les plus grosses équipes…Mais au final pour nous c’était un vrai plaisir, cela faisait 24 ans que la France n’était plus allée aux J.O…

Concernant le championnat Français, est-ce une bonne chose selon vous, le retour des finales en 5 manches pour l’année prochaine ?

« Je pense que c’est une excellente chose, des nouvelles salles sont en projets et l’affluence sera plus adéquate,  et puis en 5 matchs on sait vraiment quelle équipe est la meilleure. »

Depuis le début de la saison le BCM Gravelines-Dunkerque est à l’honneur y’a t-il des équipes qui peuvent aller détrôner les nordistes selon vous ? 

« Il y en a un paquet qui peuvent leur souffler dans la nuque, il y a Chalon, le Mans, Nancy, Paris, Orleans même l’Asvel peut revenir, c’est assez serré tout de même… »

Ca peut nous offrir une belle « Semaine des As »

Elle n’a jamais eté aussi ouverte,  quand on prend par exemple le quart :  Nancy/Cholet, c ‘était la finale de Bercy l’année dernière…

Cette année beaucoup de joueurs Français sont en forme, est ce que la sélection pour les J.O va être difficile ?

« Je pense qu’il y 10-12 qui reviendront de l’équipe existante et qui seront mis en stage avec d’autres. il ne faut pas en sélectionner énormément plus, pour ne pas casser le groupe, mais c’est sûr qu’il y’a des joueurs très en forme, après ce sont des problèmes de riches pour Vincent Collet et c’est toujours mieux dans ce sens là… »

Le plateau aux J.O de Londres va être très relevé même en dehors des cadors U.S.A et Espagne, pensez-vous que la France peut quand même prétendre  faire partie des favoris ?

« Il y a un groupe France, Argentine, Bresil etc.. qui font office d’épouvantails, mais ils y’a aussi ce tournoi pré-Olympique avec la Serbie, les Russes, les Grecs par exemple à ne pas négliger, ça va être très serré, à ce niveau toutes les équipes sont prêtes à réaliser de grandes choses… »

Y’a t-il déjà eu des Jeux aussi relevé en terme de niveau ?

« Le basket est toujours relevé aux J.O, ce n’est pas comme les autres sport, là, il n y a pas d’équipes meilleures a prendre que d’autres, les matchs contre la Chine ou l’Australie peuvent être compliqués, il faut faire attention. Les J.O en basket c’est toujours très relevé… Mais quand on voit le parcours de la France cette année, il ne faut pas oublier qu’ils gagnent contre tous les champions d’Europe depuis 1997… »

Concernant la NBA est-ce que vous avez le sentiment que des équipes comme vieillissantes comme Boston, Los Angeles, San Antonio ou même Dallas, jouent leurs dernières cartes cette année ?

« C’est une saison tronquée qui ne restera pas gravée, donc les resultats sont à prendre avec des pincettes, mais oui le témoin est sûrement en train de passer vers les équipes plus jeunes comme Oklahoma, Chicago ou Indiana,  même si de ces « vieilles » équipes je sens qu’il y en aura quand même une en finale de conférence cette saison comme san Antonio par exemple… »

Quels joueurs vous impressionnent les plus en ce moment ?

« Je suis assez fan de D-Wade, j’aime l’impact de Chris Paul depuis qu’il est aux Clippers, j’aime voir comment Tony porte les Spurs, même si on ne s’en rend forcement pas tellement compte en France… Les stats de Lebron sont monstrueuses, bien sûr j’aime beaucoup Derrick Rose, Kevin durant etc… qui sont là, bien présents tous les soirs, et puis j’aime bien des joueurs comme, Gallinari, Nico Batum, meme si ce dernier est en situation ambiguë aux Blazers; j’aime son parcours… »

Pour finir un pronostique sur les éventuels futur champions en Pro A et en NBA ?

« J’ai le sentiment que cette année Miami va être champion en NBA, beaucoup de talent dans cette équipe… En Pro A, Gravelines est bien parti, mais Greg Beugnot(ndlr : Chalon/Saône) n’a jamais gagné le championnat alors pourquoi pas cette année, je pense qu’il en a les moyens… »

 

Propos receuillis par Antoine Durand pour Basket-infos.com

 

 

 















Répondre