Accueil » Portraits » Portrait: Kenneth Faried, born to be wild

Portrait: Kenneth Faried, born to be wild

Vous l’avez peut-être découvert cette nuit, ou bien avant, quoi qu’il en soit, voici un très bon portrait de Kenneth Faried dressé par nos confrères de Posterdunk (n’hésitez pas à visiter leur site: posterdunk.com).

Longtemps dans l’ombre de Nêné, le rookie de Denver Kenneth Faried est désormais sous les projecteurs et tient la cadence NBA.

Il y a deux Kenneth Faried. Celui de la première partie de saison, peu souvent titulaire malgré de nombreuses blessures dans le roster des Nuggets, et celui de la seconde partie, celui connu à Morehead State et qui est désormais un titulaire incontesté dans la raquette.

Le Manimal – surnom donné à la fac par un de ses meilleurs amis – est un joueur athlétique et explosif, aux dreadlocks désormais connues et à la science du rebond reconnue. Précieux à l’intérieur, Faried a des qualités physiques qui lui ont permis d’atterir au milieu du premier tour de la draft 2011.

Et aujourd’hui, il a largement tiré profit de ce physique hors norme. Jamais blessé encore cette saison, ce qui est un exploit à Denver, il a su trouver sa place dans un jeu rythmé qui lui convenait. Les scouts de Denver ne se sont pas trompés. Et le transfert de Nêné, qui avait du glisser au poste 4 cette année, n’est pas si étranger à tout cela.

Kenneth Faried

Car avec Nêné dans la raquette, et les européens Mozgov/Koufos (le deuxième a la nationalité grecque et américaine) pour le soutenir, les minutes étaient trop courtes pour que le joueur sorte de son rôle de défenseur exclusif. Avec 17 minutes pour s’exprimer, avant le All Star Game, pas simple pour Kenneth de trouver ses marques offensivement. Ses dunks ont pourtant déjà participé à la réputation du joueur (on vous amène ici, ou ici) et ses statistiques sur cette période de deux mois ont achevé de faire de lui un rookie bien placé dans les classements annuels. Avec 7 points et 6 rebonds à 54% au shoot, il remplissait son rôle, et bien, rôle étant de taffer l’intérieur adverse en imposant son physique et en l’éloignant le plus possible du cercle, technique qui n’a échoué qu’une fois, contre Dirk, début mars.

Le 15 mars, les Nuggets créent la surprise en envoyant Nêné et son contrat faramineux à Washington contre McGee et Turiaf. Le français était libéré quand JaVale était pris en charge par le coaching staff de Denver. Depuis, le pivot brésilien est blessé et McGee s’éclate à Denver, où il retrouve un peu de sérieux et où les victoires ont plus de chances de s’enchainer.

Si le transfert de McGee vers Denver a profité à Séraphin à Washington, il a aussi été très bénéfique pour Faried, qui en a profité pour devenir titulaire et augmenter son temps de jeu. Il joue désormais 24 minutes, pour 12 points et 8 rebonds, le tout à 60%, ce qui est très intéressant après moins d’un an dans la ligue.

Encore un peu inconstant, son niveau physique est tel que peu importe sa productivité offensive – la semaine dernière, il a fini avec 1 point et 4 rebonds contre les Warriors – il sera toujours là de l’autre côté du terrain. Et c’est ce côté défensif qui a beaucoup manqué à Denver cette année et les autres saisons, Denver étant depuis quelques années une des meilleures franchises en attaque, mais loin derrière en défense.

Cette semaine, il a revu les Warriors. Et en 24 minutes, il a réussi à scorer 27 points et attraper 17 rebonds. Un « true field goal percentage » prenant en compte tous les lancers, 2 et 3-points de 70% (2e derrière Ty Lawson), une productivité défensive unique dans le roster, 7 rebonds offensifs, 12/18 aux shoots, des actions de chaque côté, il a été utilisé 40% du temps sur les systèmes offensifs de Denver. Cette nuit, le Manimal est retourné au charbon.

Pour beaucoup, comme moi, c’est une révélation. Jugé par les sites de scouts et de draft NBA comme une bête défensive seulement, encore très limité au shoot et à la technique particulière, il a énormément progressé, passant ainsi à mon sens devant Rubio dans le classement officieux des meilleurs rookies de la saison.

Dans le classement officiel, Rubio restera 2e, sa blessure a fait de la peine à tout le monde.

Le move de Denver pour récupérer McGee, solide remplaçant, avait pour objectif de libérer du poids de Nêné un Faried encore trop timide et limité dans ses possibilités. C’est chose faite. Faried est un très bon joueur tombé au bon endroit. Il est très bien utilisé par George Karl, notamment sur les situations de Pick and Roll, et est encadré par Andre Miller et Al Harrington.

La présence des Nuggets en Playoffs est déjà dépendante de lui et de son style de jeu.

Ecrit et publié sur Posterdunk











Répondre