Accueil » Souviens toi cette série là » Souviens toi cette série là … Bulls – Suns 1993

Souviens toi cette série là … Bulls – Suns 1993

Pour ce nouvel épisode de « Souviens toi cette série là… », c’est un classique parmi les gammes que tout fan de balle orange connait que nous allons réciter. Prenez l’incontournable Michael Jordan, prenez l’autre grande attraction de la NBA de l’époque tant sur que hors des parquets, en la personne de Charles Barkley. Et prenez enfin le contexte le plus propice aux belles histoires, une Finale NBA, et nous voilà donc à nous plonger au coeur de l’ultime série des playoffs 1993 qui décidera qui des Chicago Bulls ou des Phoenix Suns remportera le titre suprême.

 

Il n’est presque plus nécessaire de présenter Michael Jordan et Chicago, les terrifiants Bulls qui ont su imposer la loi de l’Illinois tout le long des 90′s dans la grande ligue Américaine. Aussi est il plus judicieux de se placer tout particulièrement dans le contexte tout proche de ces Finales 1993. Michael, après quelques années de traversée du désert sans pouvoir décrocher le sait Graal de la NBA, est enfin auréolé en 1991 du titre de champion, devant Magic Johnson et ses Lakers (Vlade Divac tout jeune, Byron Scott, James Worthy, etc) dans des Finales qui ressemblaient à une passation de pouvoir entre Magic et Air Jordan. Rebelote en 1992, les Bulls atteignent une nouvelle fois le stade ultime des playoffs et défont cette fois les Blazers de Clyde Drexler. Et lorsqu’il se retrouvent encore une fois en Finale en cette année 1993, ils cherchent à faire ce qu’aucune équipe n’a jamais réussi à faire en 27 ans : un tree peat, trois titres consécutifs. Autour de Michael à l’arrière, une paire de meneur de jeu qui sans être All Star assurait le job : BJ Armstrong et John Paxson. A l’aile, toujours Scottie Pippen et le solide Horace Grant, et Bill Cartwright en pivot.

En quête du Three Peat.

Coté Suns, l’affaire est différente. Après des années très frustrantes à galérer avec les Sixers orphelins de leur belle équipe d’antan (Dr J, Moses Malone, Maurice Cheeks …), Sir Charles se barre et pose ses valises dans l’Arizona avec un but très précis : décrocher enfin ce titre de champion NBA. Et sa saison régulière ne trompera pas ses intentions : il finit tout simplement MVP, et les Suns se hissent en Finales après un parcours en playoffs remarquable, où Barkley s’est montré à la hauteur de son titre de MVP en répondant présent sur les moments chauds contre San Antonio ou Seattle. Il faut dire aussi que cette équipe à quand même une belle gueule : Kevin Johnson à la mène, Danny Ainge (déjà présent avec Portland en 1992 …) à l’arrière, l’ailier gracieux Dan Majerle, Tom Chambers dans la peinture ou encore le (very) Big Men Olivier Miller.

Et au lancement de ces Finales, les yeux du monde entier sont rivés sur ces deux fantastiques joueurs que sont Jordan et Barkley pour mener leur équipe au bout, et ce n’est certainement pas parce qu’ils sont les meilleurs amis dans la vraie vie qu’ils vont se faire des cadeaux sur le terrain. Alors que Chicago prend un excellent départ dans la série, on dit les Finales déjà jouées, mais Sir Charles a sa fierté  et les Suns élèveront leur niveau de jeu pour prolonger la série le plus possible, et sont même à deux doigt de décrocher un Game 7 alors qu’ils étaient menés par 3 manches à une ! Mais c’était sans compter sur Horace Grant qui bloquera, au buzzer et par derrière, s’il vous plait, le shoot de Kevin Johnson qui pensait pourtant l’avoir mis dans le vent.

Barkley échoue dans ce qui seront ses seules Finales NBA …

Chicago gagne ainsi son 3e titre consécutif, et Barkley venait de laisser filer sa plus belle chance de remporter une bague de champion qu’il n’obtiendra jamais, que ce soit avec Phoenix où la suprématie de l’Ouest reviendra au Houston de Olajuwon deux ans consécutifs, puis au Seattle de Kemp et Payton, ou dans sa dernière pige aux Rockets. Michal Jordan se retirera quelques mois plus tard après la mort de son père, allant s’essayer alors au baseball. Et il ne reviendra qu’en 1995 avec les Bulls, pour finalement se faire botter les fesses par les jeunes insolent et talentueux joueurs du Magic dans lesquels on retrouve Penny, Shaq, et un certain Horace Grant …

Mais ça, c’est une autre histoire …

________________________________________________

Prochain épisode : Detroit Pistons – New York Knicks 1984

Episode 1 : Lakers – King 2002

Episode 2 : le duel Iverson – Carter 2001

Episode 3 : le parcours des Rockets en 1995

Episode 4 : le duel Bird – Wilkins 1988

Episode 5 : la rivalité Heat – Knicks

Episode 6 : Bulls – Pistons 1990

Episode 7 : Sonics – Nuggets 1994

Episode 8 : Rockets – Lakers 1986











Répondre