Accueil » A voir » La touche StillBallin » Le Basket français a besoin de Basketnews (ou d’un autre journal équivalent)

Le Basket français a besoin de Basketnews (ou d’un autre journal équivalent)

 

Le basket français l’a échappé belle. Basketnews est de retour aux affaires après avoir déserté la table de mon petit déjeuner pendant près d’un mois et demi, la menace d’un retrait définitif suspendue aux bords des lèvres. Sans l’hebdomadaire, le basket hexagonal se serait retrouvé amputé de son meilleur lien avec le public. La Pro A notamment serait devenue à mes yeux cette chose informe et obscure qui de temps en temps envoie un joueur en NBA.

En effet, qui aurait assuré une couverture aussi fouillée du championnat cette saison? Basketsession via Basketactu, Catch and Shoot, la LNB et d’autres sites internet sont présents dans le secteur mais à un niveau beaucoup trop superficiel. Les news et les brefs récap’ des journées de championnat que ces sites se contentent de produire ne suffisent pas. Ce sont les portraits des joueurs, les analyses des formations et le décryptage des réussites ou des échecs qui permettent d’entrer véritablement dans les entrailles de la compétition et de saisir les aspérités auxquels s’accrochera notre attention.

La chaine de télé Sport Plus fait un travail remarquable mais celui-ci se concentre sur la diffusion des matchs, à raison d’un ou deux par semaines. Or sans le labourage de terrain réalisé au préalable par Basketnews, j’aurais découvert les joueurs, les profils des équipes et les styles de jeu en direct, à froid et assurément de façon incomplète. D’ailleurs, le temps que j’y vois plus clair, un ou deux quart-temps seraient déjà passés. Assis dans un canapé ou dans un tribune, mater un match serait alors comme regarder un tableau de maître à travers le trou d’une serrure. Et une ou deux rencontres télévisées par semaine ne feraient pas assez de trous de serrure pour avoir une véritable vue d’ensemble de la saison. Les enjeux, les hommes à suivre, les surprises, les déceptions, le pourquoi, le comment, les petites histoires et anecdotes ; une grande partie de tout ça nous passerait sous le nez. N’est-ce pas tout ce contexte dans lequel s’inscrit un match qui donne de l’intérêt et une saveur à celui-ci? Cela même qui donne envie d’assister à une rencontre?

Ainsi privé de tout ça et peinant à percer le brouillard la recouvrant, comment aurais-je pu garder un réel intérêt pour la Pro A? Je suppose que je n’aurais pas été le seul à partager ces sentiments. Dès lors, je pense pouvoir dire sans prendre trop de risques que l’absence d’un média comme l’hebdomadaire se traduirait vraisemblablement par un recul de l’intérêt du public et donc un recul des affluences dans les salles et des audiences télé, soit le fondement des ressources des clubs et du championnat. Les éléments qui font ou non la « puissance » du basket français. Le sport professionnel vit grâce à son public alors forcément, si on rompt un lien aussi important qui le rattache à lui, il va en prendre en un coup.

Le manque d’exposition et d’intérêt national, ne sont-ils pas le problème majeur du basket français? L’arrêt d’un journal aussi fouillé que Basketnews serait donc un grand bataillon de perdu dans cette guerre. La fédération, la ligue, les clubs ; tout le monde en souffrirait. Alors pourquoi ne pas les impliquer tous dans le maintien d’un tel média, Basketnews ou autre, papier ou numérique?

Le souci de l’hebdomadaire -et de la presse en général- est évidemment financier. Couvrir un championnat de cette façon est un peu trop coûteux par rapport à ce que ça rapporte dans notre petit monde de la balle orange française. Un petit coup de main de ce dernier qui profite aussi de la présence du canard comme je l’explique depuis quatre paragraphes, me semblerait légitime. Pourquoi pas à l’aide d’une sorte de système d’impôt que devraient s’acquitter les clubs de Pro A, de Pro B, de la ligue féminine, la ligue professionnelle (masculine et féminine) et la fédération au profit d’un, deux ou trois journaux désignés, papier ou numérique? Personne n’aime ouvrir son portefeuille mais comme vous l’aurez compris, il s’agirait pour chacun d’un investissement qui aurait des retombés positives. Il ne serait d’ailleurs pas question d’assurer le financement total du ou des canards, seulement de compléter ses/leurs ressources propres. A priori, cette « contribution obligatoire » serait suffisamment fractionnée entre tous les acteurs concernés pour ne pas être trop douloureuse, non?

Ce système offrirait un revenu de complément fixe et donc une certaine sécurité au(x) journal(aux), contrairement aux investisseurs extérieurs dont le soutien dépend de la bonne volonté. D’ailleurs justement, cette sorte d’impôt éviterait que la volonté des investisseurs plie à sa guise le contenu des articles. Loin de moi l’idée de remettre en cause l’intégrité des journalistes mais face au risque de perdre un investisseur nécessaire à la survie du journal et donc au maintien de leur gagne-pain, on peut tout à fait comprendre que cette intégrité puisse passer au second plan. Ainsi au pied du mur, pas grand monde ferait différemment.

On se doute qu’une telle chose ne se produira pas avec Boris Diaw, nouveau pourvoyeur de fonds de Basketnews mais dans l’absolu, rien n’empêcherait l’intérieur de l’équipe de France d’user de son lien financier avec l’hebdomadaire pour faire pression afin qu’on parle un peu plus de lui ou du club dont il est le président, la JSA Bordeaux. De même, les journalistes pourraient éprouver quelques réticences à le critiquer, lui ou l’équipe girondine, histoire d’éviter de froisser un de leurs financeurs. Évidemment les choses ne sont pas obligés de se passer comme ça (in Babac and BN we trust) mais au pire il y a un risque et au mieux il y aura des soupçons. Avec un système de contributions obligatoires versées par l’ensemble des acteurs du basket français sans que ceux-ci aient leur mot à dire, le ou les journaux préserveraient leur neutralité et leur indépendance.

Le seul truc, c’est qu’on ne peut pas vraiment octroyer un tel avantage, presque un monopole à un, deux ou trois journaux. Ce serait contraire a pas mal de règles de la libre-concurrence ou quelque chose dans le genre. Mais bon, des juristes un peu talentueux devraient pouvoir trouver la parade, non? Et si ce n’est pas cette solution, il faut que ça en soit une autre, parce que le basket hexagonal a besoin d’un traitement approfondi pour accrocher mon intérêt et certainement celui des autres.

StillBallin (http://unlimitednba.blogspot.fr/)















7 commentaires

  1. très bon article, je vous lis souvent et je comment rarement mais celui-ci valait vraiment la peine. Un bien bel article bravo à vous !

  2. Complètement d'accord avec toi, déjà que le basket français n'est pas très médiatisé, si les journaux qui en parlent coulent, c'est la fin!

  3. Tout ceci me mène à poser cette question :
    Avez vous un site qui parle de la Pro A autant que celui ci parle de la NBA ?
    Parce que tres franchement je suis la NBA essentiellement grace a ce site mais je n'y connais presque rien en Pro A ce que je regrette merci d'avance =)

  4. "La chaine de télé Sport Plus fait un travail remarquable mais celui-ci se concentre sur la diffusion des matchs" apparemment cette année ils lancent une emission toutes les semaines avec les resumer des matchs et les infos de la pro A, a suivre mais ça serait cool !!

Répondre