Accueil » Cahier des rookies » Le Cahier des Rookies : Semaine 3

Le Cahier des Rookies : Semaine 3

Comme tous les Samedis, venez découvrir dans le Cahier des Rookies quels sont les débutants qui ont réussi et nous ont ébloui, et ceux qui ont déçu et se sont manqués. Aujourd’hui, Damien Lillard reprend ses droits au sommet de notre classement, Harrison Barnes lance sa saison et Anthony Davis patine, à l’image d’un peu tout les rookies.

 

Le Classement de la semaine

1) Damien Lillard – Portland Trail Blazers – Point Guard

Après un petit coup de mou, le revoilà de plus belle ! Le rookie des Blazers, dont on oublierait presque qu’il n’est qu’un rookie, a recommencé à impressionner cette semaine, avec en cerise sur le gateau ce splendide match hier contre les Rockets. 27 points, mais surtout déjà hyper clutch, et pas effrayé de prendre ses responsabilité, même avec des Aldridge et Batum sur le terrain. La Lillard Mania n’est pas prête de s’arrêter.

Stats de la semaine : 17,7 pts, 3,2 rbs, 5,5 ast (4 matchs)

 

2) Michael Kidd Gilchrist – Charlotte Bobcats – Small Forward

L’ancien Kidd de Kentucky s’installe comme une valeur sûre en NBA. Auteur de son match le plus accompli dans la victoire historique contre Dallas (25 pts, 12 rbs), MKG surprend, dans le bon sens du terme. Alors que beaucoup le voyaient comme un joueur limité, il montre de belles qualités offensives, dues a son agressivité et sa capacité à attaquer le cercle même si le shoot est encore perfectible. Deuxième semaine sur notre podium, pour un gamin de 19 ans, c’est pas mal.

Stats de la semaine : 14 pts, 7,3 rbs, 1 blk (3 matchs)

 

3) Harrison Barnes – Golden State Warriors – Small Forward

C’est la grosse côte de la semaine. Là encore un jeune joueur, bombardé titulaire à l’aile d’une équipe qui cherche depuis longtemps à décoller, les Warriors. On comprend donc pourquoi il aura fallu un petit temps à Barnes pour s’acclimater, mais l’ancien de North Carolina semble avoir mis le moteur en route. Plus à l’aise, il profite d’un très gros temps de jeu pour faire ses preuves, et apporte aussi bien au scoring qu’au rebond. On risque de le retrouver de temps en temps dans les sommets de notre classement si il continue de progresser.

Stats de la semaine : 14,6 pts, 9 rbs, 1 ast (3 matchs)

 

4) Alex Shved – Minnesota Timberwolves – Point Guard

La surprise de l’année ? Cela y ressemble beaucoup en tout cas, et même si il est encore bien trop tôt dans l’année pour pouvoir en juger, le fait est que le Russe a surpris son monde. On attendait surtout Kirilenko, mais l’autre Russe est désormais tout aussi important dans la rotation de Minnesota. Excellent passeur, bon shooteur et capable d’aller au panier, contrairement aux produits américains, Shved montre une certaine maturité en récitant ses gammes, du haut de ses 23 ans. Le prochain défi pour Shved sera de se maintenir aussi efficace dans la rotation avec le retour de Rubio.

Stats de la semaine : 14,5 pts, 3,5 rbs, 5 ast (4 matchs)

 

5) Bradley Beal – Washington Wizards – Shooting Guard

Les Wizards n’avancent pas, et Beal n’arrive pas à redresser la barre. Sans John Wall, le numéro 3 de la draft essaye mais ne peut sans doute pas  sauver le bateau tout seul. L’ancien de Florida réalise une semaine correcte, mais sans doute que Washington en attend plus, notamment au scoring. Son temps de jeu est tout de même conséquent, même si un Jordan Crowford vient l’embêter plus qu’autre chose sur ce poste d’arrière, mais les temps sont durs pour tout le monde à DC en ce moment.

Stats de la semaine : 11 pts, 3,3 rbs, 1,3 ast (3 matchs)

 

Mentions spéciales : Jonas Valanciunas (Toronto Raptors), Kyle Singler (Detroit Pistons), Andrew Nicholson (Orlando Magic)

 

Les Déceptions de la semaine :

Anthony Davis – New Orleans Hornets – Power Forward

Petite semaine pour Anthony Davis. Seulement deux matchs, mais surtout deux petites performances, plafonnant à 16 points en tout. Précieux en défense, il a peiné en attaque, cherchant son shoot notamment. Contre le Thunder, il a beaucoup souffert face à un des meilleurs défenseur intérieur de la ligue, Serge Ibaka, qui ne lui a fait aucun cadeau. Mais vraiment pas de soucis à se faire pour le numéro 1 de la draft, qui reviendra plus fort à l’avenir après un petit coup de mou tout ce qu’il y a de plus normal.

 

Dion Waiters – Cleveland Cavaliers – Shooting Guard

Celui qui avait fait tomber les Clippers et s’était emparé de la première place de notre classement à souffert lui aussi cette semaine. Waiters a surtout du mal avec son pourcentage au shoot, et du coup a du mal a apporter les points qu’on attend de lui (16 petits points en 2 matchs lui aussi). Il est néanmoins jeune, apprendra avec le temps à régler la mire et prendre les bons shoots, il n’a que 20 ans rappelons-le. Pas de grosse préoccupation, comme pour the Brow, simplement une semaine en-dedans.

 

Jae Crowder – Dallas Mavericks – Small Forward

Crowder a eu sa chance, mais n’a pas su la saisir. Il n’est plus question de parler de son rang dans la draft, car si on ne s’attarde que sur cela alors oui il demeure un pick correct (34e choix). Il faut en revanche constater que Crowder a eu le champ libre sans Shawn Marion mais n’a jamais réellement marqué les esprits, ou fait de match référence. Et avec le retour de ce dernier, le temps de jeu de Crowder en prend un coup, tout comme son impact dans l’équipe. La saison est longue, peut être retrouvera-t-il un nouveau souffle.

 

Retrouvez les anciens épisodes dans la section le Cahier des Rookies

Rendez vous la semaine prochaine pour un nouveau bilan sur les performances des rookies en NBA ! 











5 commentaires

  1. Damian Lillard, c'est un rookie de dingue, a vraiment pas froid au yeux, lui Batum et Alridge forme déjà un bon big three dommage que Portland n'est pas de banc, en tout cas, avec de tels statistiques, il est bien placé pour faire partir des meilleurs rookies de l'histoire, sachant que pour moi, le meilleur rookie se nomme Magic Johnson, MVP des finales et ce fameux 42 points, 15 rebonds, 7 passes décisives, et 3 interceptions.

    En prime grâce à lui les Lakers vont décrocher le titre avec un Jabbar blessé, et Magic a juste été clucth pendant les finales. Magic n'a jamais été élu rookie del'année et c'est ça le pire dans l'histoire, le rookie de l'année cette année 1980 était lui aussi dans la dream team et la rivalité entre les deux, reste pour moi l'une des plus belles et les plus acharnés qui a tenu en Haleine toute l’Amérique durant les années 80, ce grand monsieur c'est Larry Bird, 6ème de la draft.

    Rien aujourd'hui ne peut être réellement être comparé à cette époque qui est une autre époque du basket qui a vu les meilleurs en nombres, et en talents. Il jeune et c'est maintenant qu'il doit prouver.

    • Oh un connaisseur ! Sur ce même sujet dont tu parles, je t'invite alors à lire un article que j'ai écrit là dessus récemment : http://basket-infos.com/vintaganalyse-rookie-wond

      Concernant Portland, cette année c'est les playoffs, mais le problème de banc sera vite réglée pendant l'intersaison, rien d'inquiétant. A l'image de Memphis la colone vertébrale et le 5 majeur est là. Plus Leonard sur le banc, faut dégoter deux ou trois bon joueurs à mettre sur le banc et avec un Big Three Batum-LA-Lillard qui va arriver à maturité Portland pourra vraiment jouer des coudes dans la conf ouest.

      • Très belle article, j'ai 34 ans et j'ai bien connu cette époque des années 80, où le basket était un sport beaucoup plus populaire et nous a bien fait rêver, il me fait encore et toujours rêver, je ne suis pas nostalgique du passé, mais ils est bon de se rappeler les souvenirs du passé, grâce à votre site, on apprend beaucoup de chose, votre article sur le blues des numbers 2 de la draft, m'a permis d'écrire un long commentaire, sur ce que sont devenus les N°2 de la draft depuis le début de la draft, j'ai beaucoup appris.

        si Batum et Alridge restent à Portland, j'espère que Lillard restera aussi sur la longue pour construire, quand, on voit l'affaire Harden et plus encore Lebron James, on se dit que les franchises auront dans le futur de plus en plus de mal à garder leur joueurs. C'est bon pour Portland d'avoir un Batum plus costaud et plus concentré, se serait bien qu'il devient un franchise player dans la durée.

Répondre