Accueil » A voir » BrainStorming » BrainStorming : Les seconds couteaux de la Maison Verte

BrainStorming : Les seconds couteaux de la Maison Verte

C’était devenu une constante depuis 2010 à Boston : le cinq majeur était très compétitif, mais le banc restait très pauvre. En cette année 2010, les Celtics avaient pu compter sur un excellent Tony Allen dans le rôle du sixième homme pendant les playoffs, mais aussi sur Rasheed Wallace et le duo explosif Nate Robinson/Glen Davis. Mais depuis cela, l’effectif était allé en s’appauvrissant d’années en années. L’an dernier, alors que Boston a disputé jusqu’à un Game 7 en Finales de Conférence, les remplaçants de luxe se nommaient Kenyon Dooling, Mike Pietrus, Greg Stiemsma ou Ryan Hollins…

.

Fort heureusement, les choses semblent avoir bien changé cette saison. Après avoir re-signé Kevin Garnett et presque fait revenir le désormais très controversé Ray Allen, Danny Ainge avait fait un superbe boulot pour bâtir un très bon effectif. Jeff Green, de retour d’une saison blanche, Jason Terry, Courtney Lee, Brandon Bass, l’homme de devoir des Celtics l’an passé. Mais aussi des joueurs comme Chris Wilcox, ou Leandro Barbosa. Enfin, durant la draft, Boston avait réussi à sélectionner Jared Sullinger, qui un an plus tôt était annoncé dans le top 5 mais dont la cote avait chuté à cause de ses problèmes de dos. Il n’empêche que le garçon n’en conservait pas moins ses qualités de basketteurs et avait impressionné en Summer League.

Pourtant, tout ne s’est pas déroulé comme prévu, et l’apport de ce banc n’a pas répondu aux attentes des fans des Celtics en début de saison. A commencer par Jeff Green : lui qu’on avait vu si dominant et si en jambe pendant la pré saison à commencé la saison de la plus discrète des manières. Au point de vraiment inquiéter les C’s. Fort heureusement, Green s’est depuis repris, et depuis quelques matchs, on retrouve le bon basketteur qu’on avait apprécié dans l’Oklahoma. Plus agressif, Jeff Green n’hésite plus depuis quelques temps à attaquer le panier, plutôt que de s’appuyer sur son shoot. Les résultats sont là, et lorsque c’est la second unit de Boston qui est sur le terrain, l’homme par qui passe la majorité des ballons c’est bien Jeff Green. Principalement, parce que Doc appelle un bon nombre d’isolation pour Green, et au lieu de rester à mi distance pour shooter, le garçon travaille au poste bas un adversaire plus petit, ou fait face au panier et attaque le cercle lorsque l’adversaire est plus grand et moins mobile.

Boston espère en tout cas que le réveil de Jeff Green ne sera pas éphémère, car il est dans l’effectif des C’s l’homme le mieux placé pour défendre sur Lebron James en vu d’un affrontement avec le Heat en playoffs. Moins lourd, il n’en demeure pas moins solide, grand et mobile, sans compter ses jeunes jambes qui offriront plus de résistance au King que ne peut le faire Paul Pierce sur 40 minutes pendant 7 matchs d’une série. Egalement, Jason Terry a su élever son niveau de jeu. Après avoir galéré avec son shoot et son intégration dans les systèmes offensifs, le Jet est redevenu le tireur d’élite qu’on a connu à Dallas. Et prend également parfaitement la place qu’occupait Ray Allen l’an passé, à savoir couper dans toute la largeur du terrain et sortir des écrans pour obtenir un shoot. Courtney Lee est lui moins shooteur que ne l’est Terry, mais apporte sans doute plus de mobilité, d’altitude, et également de défense. Encore une très bonne pioche pour les Celtics. La question sera de savoir comment Doc va arriver à gérer tout ce beau monde une fois que Bradley sera de retour. Leandro Barbosa a beau apporter du scoring, sa tendance à ne pas distribuer le jeu mais à prendre le plus de shoots possibles lorsqu’il est sur le terrain en fait le candidat idéal pour être mis en retrait au retour de Bradley.

Bonne découverte, c’est celle de Jared Sullinger. On savait le jeune talentueux, mais plus la saison avance, plus les fans l’adorent. Star à Ohio State, Sully a de suite adhéré à la mentalité des Celtics, et lui qui était un vrai scoreur en NCAA se révèle un parfait joueur d’équipe. Rebonds défensifs ou offensifs, passages en force provoqués, il fait le sale boulot et le fait bien, et il est même un excellent passeur pour un Big Men. La tout est maintenant est de savoir si cette seconde unit pourra tenir le rythme. Lorsque Bradley redeviendra titulaire, la second unit pourrait ressembler à cela : Lee – Terry – Green – Sullinger – Wilcox. Avouez qu’il y a plus moche comme banc, demandez donc aux Blazers. Plus encore, Boston atteint les Finales de Conférences l’an passé, avec Bradley blessé, et Ray Allen sur une jambe, sans même reparler de la pauvreté du banc. Cette nouvelle profondeur dans l’effectif permettra-t-elle de franchir l’obstacle Miami Heat et de retrouver le chemin des Finales … ?















Un commentaire

  1. Au vus de l'effectif en début de saison j'ai vraiment crut que les grand Celtics que j'aime étais de retour, les débuts sont plutôt moyen mais il y a eu beaucoup de recrut et je pense qu'il faut encore un peux de temps pour que tout le monde s'intègre parfaitement. Moi j'y crois vraiment a la final minimum de conférence face au Heat et je pense vraiment pouvoir les battre.

    Bon je suis un supporter 100% des Celtics donc je suis pas très neutre mais j'y crois vraiment. Let's GO CELTICS !!!!

Répondre