Accueil » Infos » Basket Infos dans les coulisses de la NBA

Basket Infos dans les coulisses de la NBA

La semaine passée Basket Infos a eu la chance d’obtenir des accréditations pour quatre matchs NBA à New York: Nets/Knicks, Knicks/Lakers, Nets/Pistons et Knicks/Cavs. L’occasion pour nous de découvrir l’envers du décor mais aussi de vous raconter un peu comment cela se passe en coulisses. Pour ceux qui ont déjà eu la chance d’assister à un match NBA de nombreux aspects sont déjà connus mais d’autres le sont moins.

Barclays Center

En règle générale la salle ouvre entre 3h et 3h30 avant le coup d’envoi du match, mais rien ne commence jusqu’à 2h30 avant le match. Les premiers en actions sont les cheerleaders et les différents acteurs des animations ayant lieu durant les « temps morts » des matchs, qui répètent pour que tout soit prêt. Les médias eux s’installent, photographes ou télévisions.

Barclays Center repetitions

Les premiers joueurs commencent à s’échauffer environ 2h30 avant le début du match et pour certain cet échauffement peut durer jusqu’à 2h (Reggie Evans par exemple pour les Nets) alors que certains se contentent de 30-45 minutes.

Pour les médias tout commence avec les conférences de presse des deux entraîneurs 2h avant le début du match. Les deux coachs se succèdent ou donnent simultanément quelques réponses rapides (5 à 10 minutes). Interdiction sans autorisation préalable de prendre des photos ou des vidéos. Les dictaphones sont cependant autorisés.Ensuite 1h30 avant le match les médias ont accès aux vestiaires des deux équipes et cela pour une durée de 45 minutes. C’est l’occasion de donner quelques interviews mais la plupart du temps les joueurs sont peu nombreux dans le vestiaire et seuls quelques seconds couteaux sont prêts à répondre à quelques questions. Dans le vestiaire, les règles sont strictes  et attention les directeurs de com veillent, notamment aux Knicks où ça ne rigole pas. Interdiction de prendre des photos ou de filmer sans une autorisation préalable de la NBA, interdiction de demander des autographes ou des photos avec les joueurs (plutôt logique!)…

En attendant le début du match, la grande majorité des journalistes se rejoignent dans la cafétéria qui leur est spécialement réservée, le temps de se restaurer et d’échanger avec quelques pointures. Il est alors temps d’aller s’installer en tribune de presse et que ce soit au Madison Square Garden et au Barclays Center les médias ne sont pas traités de la même manière. En effet les médias internationaux ne sont pas aussi bien lotis que leurs confrères américains, et cela est flagrant au Garden. Les places ne sont pas les mêmes, et même si pour les deux les places ne sont pas extra (Dans le haut de la salle), celles des journalistes US sont mieux placées. Au Garden les journalistes internationaux n’ont qu’un simple siège comme n’importe quel autre spectateur, impossible de poser son ordinateur ou de le brancher. Le Wi-Fi du Garden laissant aussi à désirer. Le tout nouveau Barclays Center est bien mieux sur ce point là puisque des tables sont à disposition et de quoi brancher un ordinateur.

Les vues depuis la tribunes de presse du Barclays Center et du Garden (attention toutefois l’objectif est un peu trompeur, même si la tribune de presse est placée très haute, la vue y est très bonne):

La suite vous la connaissez sans doute et pour ceux qui ont déjà pu assister à un match de Sport US, on ne déroge pas à la règle de l’hymne américain, tout le monde debout, qui donne toujours des frissons. Voici un petit aperçu lors de Knicks/Lakers

Puis ensuite de la présentation des équipes version show à la sauce Knicks

Ensuite on a droit comme à l’accoutumée aux diverses animations pendant les temps morts et les pauses entre les quart-temps et il faut dire que les Nets ne se débrouillent pas mal dans le domaine.

Une fois le match terminé c’est un peu la course pour les journalistes. Direction la salle de conférence de presse ou le point presse organisé rapidement devant le vestiaire des équipes pour recueillir l’analyse des coachs. Ils donnent souvent l’interview en même temps et il faut donc faire un choix. Les questions ne doivent porter que sur le match et priorité aux gros médias qui ont l’habitude de retranscrire très rapidement ces interviews.

Après 5 minutes de questions, direction le vestiaire où là aussi ça peut-être vraiment la cohue. Avant même qu’un joueur ne soit sorti de la douche, sa place occupée dans le  vestiaire est entourée d’une vingtaine de journalistes prêts à dégainer leur dictaphone pour capter quelques paroles. Ce fut le cas pour Carmelo Anthony après le match Nets/Knicks ou encore Jason Kidd auteur du shoot de la gagne. Les chargés de communication sont toujours aux aguets pour filtrer les questions ou alors mettre un terme à l’interview, mais en règle générale les joueurs jouent le jeu. Ils sont habitués à la chose mais il faut avouer que devoir jouer des coudes pour se frayer un chemin dans le vestiaire à la sortie de la douche et ne pas avoir un centimètre pour soi doit quelques fois être un peu, voire très dérangeant. Mais la plupart des joueurs et des journalistes se connaissent et cela se passe dans la bonne humeur (même après les défaites). Les Lakers par exemple étaient dépités après leur défaite face aux Knicks mais ils se sont tous prêtés au jeu (Dwight Howard, Metta World Peace, Steve Nash et Kobe Bryant). Certains se sont logiquement fait attendre comme Kobe Bryant qui a d’abord reçu le soutien du révérend Jesse Jackson puis qui est passé par la table de massage, ne pouvant à peine marcher, avant de répondre aux médias.

Assez drôle de voir aussi Kyrie Irving tel un rookie dans le vestiaire. Sac à dos rose sur le dos, reste du bizutage de l’an passée, se faire charrier par ses coéquipiers sur son masque façon Batman.

A noter que plusieurs journalistes français couvrent très régulièrement la NBA à New York, Michael Da Costa pour l’Equipe et la FIBA, Pascal Giberné du Parisien ou encore Antoine Bancharel pour Sport24 qui nous ont accueilli très très gentiment.

Voilà pour ce volet un peu « inside » en espérant que Basket Infos puisse à l’avenir vous proposer des reportages et interviews.















Un commentaire

  1. Oh yeah! génial pour vous!!!
    Raaa le rêve américain!

Répondre