Analyse Vidéo : Qui est le meilleur attaquant de NBA ? (LeBron, Durant, Melo, Harden)

Analyse Vidéo : Qui est le meilleur attaquant de NBA ? (LeBron, Durant, Melo, Harden)

Lebron KD Melo Harden2

Ces deux dernières saisons, ils sont les quatre mêmes à s’être établis comme les tous meilleurs attaquants de NBA et à avoir trusté les places de meilleurs scoreurs de NBA (Kobe Bryant et Kevin Love s’étant relayés entre un an à l’infirmerie et un an à compléter ce top 5). Si pour LeBron James et Carmelo Anthony cela fait désormais plus d’une décennie qu’on les connait à ce niveau (ou presque), Kevin Durant s’est affirmé comme la référence absolue de la ligue depuis 2010, tandis que James Harden a immédiatement manufacturé les responsabilités de go-to-guy que lui ont confié les Rockets pour lui aussi rejoindre l’élite. Chacun dans son style est un véritable cauchemar pour la défense adverse, un casse-tête sans solution, qu’on tente de limiter du mieux qu’on peut plutôt qu’oser espérer le stopper complètement. Alors, qui est le meilleur attaquant de NBA ?

Jetons un coup d’œil à leur profil.


Guillaume (@GuillaumeBInfos)

(Statistiques et analyses basées sur la saison 2013-2014)

En qualité de slasher, Carmelo Anthony (voir le profil vidéo complet) demeure un cran au-dessous des trois autres. Le Knick manque en effet d’explosivité et de verticalité pour réellement exceller dans l’exercice (et être plus qu’un finisseur moyen au panier). A son crédit toutefois, un superbe premier pas, un remarquable footwork et une excellente qualité de dribbles, pas des domaines où on s’attend à voir un combo forward de son gabarit bon à ce point. Melo est plus un slasher occasionnel qu’une véritable menace productive et efficace dans ce domaine du jeu, mais la dangerosité de son jump-shot et son premier pas létal lui permettent de temps à autre de surprendre son défenseur.

James Harden (voir le profil vidéo complet) manque lui aussi d’explosivité (même s’il en possède toutefois plus qu’Anthony) mais parvient à compenser cela mieux que quiconque en NBA (ne se nommant pas Kyrie Irving). Le fait qu’Harden soit un des tous meilleurs slashers de NBA sans cette explosivité d’élite ou de très bon premier pas en dit d’ailleurs long là-dessus. Extrêmement créatif, il s’amuse à effacer son défenseur à coup de dribbles, hésitations et autres brusques changements de rythme pour s’ouvrir un chemin jusqu’au cercle. Une fois au panier, il se sert à merveille de ses très longs bras et son toucher de balle pour conclure dans le trafic, voire même avec autorité et/ou malgré les contacts. Harden maîtrise de plus l’art de provoquer les fautes à volonté une fois qu’il s’infiltre dans la raquette.

Le jeu en pénétration de Kevin Durant (voir le profil vidéo complet) est sans doute la partie la plus sous-estimée de son arsenal. Le MVP 2014 a développé une qualité de dribble et des changements de vitesse/direction tout simplement fantastiques pour un joueur de sa taille, et s’il ne parvient pas à complètement faire la différence sur son très bon premier pas il peut semer son défenseur à coup d’énormes enjambées lorsqu’il se rend jusqu’au panier. Au cercle, c’est un finisseur d’élite (78%), qui joue par-dessus le cercle, est bien aidé par sa fantastique envergure de bras et qui surtout possède un remarquable toucher de balle, lui permettant de conclure de manières très variées et efficaces (lay-ups, floaters, scoop-shot, avec la planche, etc). Enfin, même s’il n’est pas très costaud, Durant encaisse remarquablement bien les contacts pour finir malgré eux, et peut lui aussi se rendre sur la ligne des lancers francs lorsque bon lui semble.

LeBron James (voir le profil vidéo complet) est lui aussi un véritable monstre dans l’exercice. Il possède tout simplement la totale : très bon premier pas, excellent dribble, changements de rythme, contrôle du corps exceptionnel, explosivité d’élite, capacité à jouer au-dessus du cercle, etc. James est lui aussi un fantastique finisseur au panier (79%), utilisant toute sa créativité, sa verticalité et son toucher de balle des deux mains pour conclure avec aisance même par-dessus les plus grands et plus longs protecteurs de cercle de la ligue. Inutile de dire que sa combinaison de puissance/vitesse le rend presque impossible à stopper une fois lancé, et que c’est avec on ne peut plus d’aisance qu’il score malgré les contacts, comme si de rien n’était.

En ce qui concerne le jump-shot, les quatre s’avèrent ultra compétents, et plus encore. Kevin Durant est sans doute le plus à craindre dans l’exercice, pouvant même être considéré comme le meilleur joueur de NBA dans l’exercice. En plus de sa capacité à se créer son propre tir à volonté ou sa mécanique de tir très rapide, Durant peut également (à l’inverse d’un Stephen Curry par exemple) shooter par-dessus les défenses du fait qu’il relâche le ballon extrêmement haut au moment du tir. Redoutable et efficace à mi-distance comme à longue distance, il s’avère tout aussi létal sur catch & shoot (sortie d’écran, spot-up) ou sur son turnaround jumper au poste bas, là encore presque impossible à contester pour le défenseur.

Carmelo Anthony n’est pas en reste lui non plus. Egalement doté d’une mécanique de tir très rapide, Melo peut de la même manière se créer son propre tir à volonté, ne relâchant pas le tir aussi haut mais pouvant magnifiquement générer de l’espace et une séparation avec le défenseur du fait de son footwork très élaboré (jab-step, step-back, rapide pull-up). La mi-distance reste son espace de prédilection, en tête de raquette au poste haut notamment, mais il s’avère on ne peut plus redoutable, et même très efficace, à longue distance. S’il est vrai que sa sélection de tir est parfois contestable, elle s’explique aussi par le manque de talent autour de lui, et est surtout à relativiser quand on remarque son très bon 40% de réussite générale sur jump-shoot.

Il en va de même pour James Harden, qui de cette même manière se joue de son défenseur et s’offre suffisamment de place pour dégainer du fait de son dribble et ses géniales feintes dans le périmètre. On peut toutefois regretter sa bien trop mauvaise sélection de tir. L’arrière des Rockets a en effet beaucoup trop tendance à prendre de mauvais tirs, dégainant à longue distance et/ou trop tôt dans la possession et/ou avec un défenseur complètement sur lui. Il a la capacité de rentrer ce genre de tir (ou n’importe quel autre type de jump-shot, en fait) mais ce sont des tirs qui pénalisent finalement assez les Rockets, et sans doute que le barbu serait plus inspiré de ne pas autant shooter hors du flow du jeu.

LeBron James s’avère lui aussi excellent dans l’exercice, et s’il est sans doute un peu moins susceptible de prendre feu à tout moment comme Harden par exemple, il n’en demeure pas moins capable de rentrer n’importe quel jump-shot lui aussi tout en se faisant avec une bien meilleure efficacité. En sortie de dribble comme en réception de passe, James établit très bien ses appuis et conserve un bon équilibre durant son tir, relâchant lui aussi son shoot assez haut. Créatif et évidement capable de se créer son propre tir quand bon lui semble, sa portée de tir apparait de plus presque illimitée du fait de toute la force qu’il possède dans la partie haute de son corps.

En tant que playmaker en revanche, il n’y a aucun doute que LeBron James se place bien au-dessus des trois autres. Doté d’un remarquable QI basket et d’une superbe vision de jeu, il possède d’excellentes capacités de création balle en main que ce soit sur Pick & Roll, en transition, ou en pénétration. Plus encore, James est un véritable meneur de jeu dans l’âme, un général de terrain, et qui gère le jeu autant qu’il le distribue. Très altruiste et attentif à impliquer tout le monde sur le terrain et obtenir le meilleur tir possible pour son équipe, il impressionne par sa capacité à réaliser l’extra pass et à fluidifier le jeu, semblant toujours avoir un ou deux temps d’avance sur la défense adverse et trouvant l’ouverture avant même que celle-ci ne soit créée.

James Harden possède lui aussi de remarquables qualités de création pour autrui. C’est d’ailleurs un des tous meilleurs passeurs de NBA sur ce poste d’arrière, qui voit très bien le jeu, fait preuve d’un grand QI basket et parvient à créer régulièrement et efficacement depuis à peu près n’importe quelle situation de jeu. En revanche, il ne possède pas cette même fibre du meneur de formation que James. Il a trop tendance à être fantaisiste dans ses passes, voire même carrément nonchalant, résultant en un nombre important de turnovers. Clairement, Harden brille dans ce rôle d’arrière créateur, mais lui confier un rôle de meneur de jeu à plein temps et la responsabilité de gérer la totalité du jeu n’est clairement pas recommandé et n’aboutirait sans doute pas sur des résultats concluants.

Kevin Durant n’a lui pas les instincts naturels de passeur que possède James et Harden, mais ne cesse de progresser d’année en année. Il se montre plus altruiste, et a appris à tirer profit de l’énorme attention que sont obligées de lui porter les défenses adverses, une évolution de son jeu grandement bénéfique pour lui-même comme pour la fluidité du jeu du Thunder. Sa taille lui permet de voir par-dessus les défenses et il se montre particulièrement doué en pénétration pour transmettre la balle à un coéquipier une fois que la défense s’est resserrée sur lui. Durant n’est en revanche pas encore un très bon passeur sur Pick & Roll, et de manière plus générale doit encore améliorer sa prise de décision, étant donné qu’il force encore fréquemment de mauvaises passes et ne lit pas très bien les défenses adverses.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Carmelo Anthony est un plutôt bon passeur. Il reste certes un vrai scoreur dans l’âme, mais se montre capable de créer pour autrui à l’occasion. Il possède de bons instincts, et une plutôt bonne vision de jeu, mais n’est pas le créateur le plus créatif qui soit (limité en sortie de dribble, prise de décision assez mauvaise). Plus encore, il est capable de se montrer altruiste mais ne le fait pas assez, manquant fréquemment des coéquipiers grands ouverts pour prendre son propre tir.

Difficile de déterminer avec grande certitude lequel de ces quatre là s’avère le meilleur attaquant, ayant tous leurs lots de superbes qualités de petites faiblesses qui bien souvent s’avèrent surmontables. Sur le plan statistique, Kevin Durant apparaît à juste titre comme le meilleur scoreur du groupe, et il semble difficile de lui contester ce titre officieux tant le MVP 2014 impressionne par ses fantastiques qualités de shoot et en pénétration. Il est en revanche légèrement en retard dans le troisième tiers de la notion d’attaquant, le playmaking, n’ayant pas les instincts naturels de passeurs ni la capacité à décortiquer les défenses ou bien savoir les lire pour le moment. Il en va de même pour Carmelo Anthony, plus unidimensionnel mais tout aussi productif et apte à prendre feu. Pour James Harden, c’est clairement son manque de lucidité qui lui fait défaut malgré une palette offensive on ne peut plus complète, et encore trop souvent il est enclin aux turnovers largement évitable et aux mauvais jump-shots (pénalisants pour son équipe) qui le sont tout autant.

Au final, une part de subjectivité demeure inévitable au moment de faire le choix. Le petit manque de playmaking d’un Durant par rapport à Harden n’est il pas rapidement compensé voire même dépassé du fait de ses meilleures qualités en pénétration ou sa meilleur efficacité/dangerosité au jump-shot ? La nature plus équilibrée passe/tir de LeBron ne lui fait-elle pas défaut par rapport à la faim de scoring et au killer instinct de Melo ou Durant, ou au contraire cette lucidité et cet altruisme en font un attaquant bien plus à craindre car plus à même de faire payer une défense qui se resserre sur lui ?  Tout cela ne dépend-il pas également de facteurs plus profond, comme le contexte de jeu, le système de jeu, le talent des coéquipiers autour ou la compétence d’un coach à utiliser au maximum le potentiel d’un joueur ? Faites votre choix, tout en sachant que quelqu’il soit ce ne peut être que bon.

Retrouvez toutes les autres Analyses Vidéo.

Facebook Comments

3 Comments

  1. Je choisis LeBron James. Parce qu'il est plus dangereux dans le sens ou il peut faire un shoot ou une passe dans de meilleurs conditions. Et Lebron a des pourcentages énormes (sauf cette saison pour le moment) quasi chaque saison. Mais Scoreur pur j'aurais Kevin Durant.

    1. Oui il a des superbes pourcentages car il prend pas beaucoup de shoots comparé aux autres, il sécurise ses shoots ce pourquoi il atteint moins souvent des 35pts que Mélo, Harden et Durant font.
      Personnellement Mélo est mon joueur préféré mais cela ne veut pas dire que c'est le meilleur attaquant. Il est un peu trop gourmand a mon gout un peu comme Harden. Tous les deux ont un peu un esprit Kobe genre si ils ratent ils continuent a shooter quite a avoir un vieux pourcentage a la fin du match. Lebron lui se calme il se sent pas ds un grand soir donc il fait jouer ses coequipiers. Durant je sais pas trop pour tout vous dire j'ai pas regardé des tonnes de matchs de ce joueur privilegiant d'autres franchises pendant mes longues nuits blanches ^^
      Au final c'est dur a dire ils ont tous, comme l'a superbement bien écris l'auteur, leurs qualités et leurs défauts. Mais pour moi je préfère voir jouer KD, Mélo et Harden plutôt que LeBron.

  2. KD est je le scoreur pure incontestablement au dessus des trois autres, celui qui dis le contraire est insolent (comme les stats de durant d'ailleurs :) ). Attaquant c'est plus compliqué il y a d'autres paramètres ( forcément sinon KD serait déjà 3 ou 4 fois mvp). Je comprend que le fait que lebron prenne moins de shoot ou joue soit disant comme un playmaker peut plaire mais dire qu'il a un remarquable QI basket est exagéré ( un peu mieux que les autres disons) et excellent dribble aussi ( harden et durant sont largement plus à l'aise et rapide avec la balle). Honnêtement pour moi offensivement y a personne au dessus de durant mais je n'en veut pas à quelqu'un qui pense que le King est meilleur

Leave a Reply