Analyse Vidéo : Kawhi Leonard peut-il devenir le franchise player des Spurs ?

Analyse Vidéo : Kawhi Leonard peut-il devenir le franchise player des Spurs ?

2014 NBA Finals - Game Five

MVP des Finales 2014, Kawhi Leonard n’en finit plus de progresser et de faire parler de lui. Alors que les Spurs vont tenter de réaliser le back-to-back, ils pensent aussi à l’avenir, l’ère du Big Three touchant très bientôt à sa fin. Alors, Kawhi peut-il devenir le franchise player des Spurs ?

Jetons un coup d’œil à son profil.

Guillaume (@GuillaumeBInfos)

D’un point de vue physique, Kawhi Leonard présente un profil on ne peut plus attrayant. Il n’est que peu explosif mais s’avère un athlète très fluide, possédant une superbe charpente et de magnifiques mensurations pour le poste d’ailier, à savoir une très bonne taille (6’8/2m03), une exceptionnelle envergure de bras (7’3/2m21) et d’énormes mains.

Offensivement, Leonard représente une menace très polyvalente, n’étant pas forcément exceptionnel dans un domaine en particulier mais pouvant faire à peu près tout sur un terrain de manière très correcte.

Leonard est tout d’abord devenu un solide jump-shooteur, réalisant d’énormes progrès depuis ses années universitaires où cela constituait une de ses principales faiblesses. Sa mécanique de tir nécessite toujours du travail (notamment en termes d’équilibre à conserver durant la totalité du shoot) mais de manière plus générale celle-ci est tout de même bien meilleure et bien plus régulière qu’auparavant. Il tourne d’ailleurs à un excellent 44% de réussite générale sur 6.8 jump-shots/m, et un encore meilleur 51eFG%.

Au-delà de ses progrès dans l’exercice, c’est également et surtout sa sélection de tir (ou plutôt son utilisation par les Spurs) qui est à la base de cette très belle efficacité. A longue distance, c’est principalement sur des tirs en réception de passe qu’il opère (38%, 2.8 tentatives/m). Le jeu en sortie de dribble et la création de son propre tir est en revanche une autre affaire. Leonard a en effet du mal à générer de l’espace et créer une réelle séparation avec son défenseur lorsqu’il est appelé à créer son tir tout seul en situation d’isolation ou sur P&R, résultant donc la majorité du temps sur des tirs plutôt bien contestés. Il  possède néanmoins la particularité de relâcher le ballon très haut au moment du tir, lui permettant ainsi malgré ses limites de création d’espace de pouvoir prendre son tir par-dessus son adversaire et même de le rentrer à l’occasion.

Le jeu en pénétration reste la partie la plus intrigante de son répertoire. A l’heure actuelle, Leonard n’est rien de plus qu’un slasher occasionnel opérant quasi tout le temps sur de simples straight-line drive, où sa superbe charpente (grande et puissante) lui permet d’aller scorer. C’est un solide finisseur au cercle, du fait d’un touché de baller intéressant et de ses bras interminables (2m20), qui a démontré un floater on ne peut plus prometteur pour scorer à quelques mètre du cercle, bien qu’il ne soit pas encore assez fiable à l’heure d’aujourd’hui.

Leonard semble posséder un superbe potentiel dans l’exercice, et possède tous les outils nécessaires pour un jour devenir redoutable en attaquant le cercle. Du fait de ses qualités physiques et athlétiques, de son potentiel de finisseur (60% au lay-ups, capacité à jouer au-dessus du cercle, termine malgré les contacts), et des fulgurances d’excellents contrôle du corps et créativité que l’on peut observer certaines fois. Mais à l’heure actuelle, Leonard reste assez frustre dans l’exercice.

En premier lieu, il ne sait pas encore tirer complètement profit de sa magnifique charpente. Son contrôle du corps et son footwork restent d’ailleurs de manière plus générale très inconstants, et il n’est vraiment pas rare de le voir encore commettre des fautes offensives, être sifflé pour un marcher, ne pas savoir orienter son corps dans de bonnes directions entraînant encore beaucoup de mauvais tirs ou des pertes de balles. Sa qualité de dribble, bien que meilleure qu’au moment de sa draft, reste toutefois largement améliorable et lui coûte également de perdre la gonfle un nombre encore un peu trop important de fois lorsqu’il attaque le panier. Enfin, Leonard doit également veiller à être plus souvent agressif. Il doit être plus enclin à créer les contacts au cercle et à ne pas les éviter lorsqu’ils se présentent sur son chemin. Il le fait déjà mais pas de manière assez régulière, se contentant encore trop souvent de difficiles et inefficaces floater plutôt que de rentrer dans le lard du défenseur devant lui. Enfin son manque d’explosivité et d’un rapide premier pas le pénalise de manière assez conséquente pour le moment, étant donné qu’il n’est pas encore poli et n’a pas encore appris en toute situation à compenser par d’autres moyens (appuis, équilibre, feintes, créativité, contrôle du corps, etc ; à la James Harden, Kyrie Irving, Tyreke Evans).

Leonard possède également un bon jeu au poste. Il n’est pas encore accompli ou au maximum de ce qu’il pourrait devenir mais n’en demeure pas moins suffisamment bon à l’heure actuelle pour être plus utilisé de la sorte (se montre plus productif tout en conservant une bonne efficacité). Son répertoire de move reste assez basique, mais s’avère payant du fait de sa belle combinaison de taille, envergure de bras et puissance. Son turnaround jumper pourrait d’ailleurs devenir une arme létale à l’avenir s’il parvenait à le perfectionner, du fait là encore qu’il relâche le ballon très haut là où le défenseur ne peut pas le contester efficacement (à la Kevin Durant).

En qualité de playmaker, Leonard n’est pas l’ailier le plus créatif qu’il y ait en NBA mais s’avère tout de même décent dans le domaine. Les Spurs ne lui demandent pas souvent de créer pour autrui, mais il s’avère intelligent et altruiste, toujours prêt à réaliser la passe simple lorsqu’elle se présente. Et ce même en sortie de dribble, ou il opère de manière assez correcte à la fois sur du jeu posé comme en transition.

Défensivement en revanche, Leonard est d’ores et déjà tout ce qu’il y a de plus accompli. Le MVP des Finales 2014 est d’ailleurs l’un des tous meilleurs défenseurs actuels de la ligue dans le périmètre. Lorsqu’il défend sur le ballon, Leonard est on ne peut plus disruptif, arrivant à tout instant à conserver son attaquant en face de lui, appliquant une forte pression sur le ballon, se battant remarquablement à travers les écrans, contestant les tirs de manière on ne peut plus efficace du fait de sa splendide envergure et dérobant un nombre très important de ballons grâce à ses mains à la fois très vives et très grandes.

En termes de défense loin du ballon, il n’est pas en reste non plus, démontrant un grand QI défensif et une activité pour apporter des aides défensives pertinentes. Plus encore, c’est un fantastique protecteur de cercle pour son poste d’ailier, utilisant à merveille sa grande taille et ses bras gigantesques pour contester les tirs de toute sa longueur dans un excellent timing. Leonard est également une véritable terreur sur ligne de passe, encore une fois du fait de ces longs bras, et anticipe aussi bien les intentions de passe qu’il couvre un volume de jeu impressionnant pour chiper des ballons que l’attaquant pensait hors de sa portée.

Son seul petit défaut reste toutefois sa relative indiscipline. Contrairement à sa défense sur l’homme où il se montre patient et rigoureux pour ne pas tenter l’interception à l’excès, Leonard l’est beaucoup moins en défendant loin du ballon. Il lui arrive d’aider à l’excès ou à mauvais escient (se mettant alors hors de position ou laissant son propre attaquant ouvert), comme s’il souhaitait réaliser une action défensive sur absolument chaque possession, ce qui est bien évidemment impossible. Il a certes plus de légitimité que quiconque autre en NBA pour tenter ce genre de pari de manière fréquente, du fait que bien plus que la moyenne il va remporter ces paris-là, mais il le fait parfois à l’excès et pénalise son équipe.

Tout bien considéré, rien ne semble permettre d’affirmer que Kawhi Leonard deviendra sans aucun doute le franchise player des Spurs. S’il est vrai que sa dynamique de progression est assez impressionnante depuis sa draft, Leonard demeure tout de même assez limité offensivement pour endosser ce rôle-là on ne peut plus compliqué. Dans un futur à court/moyen terme en tout cas.

Il n’est pas encore capable de se créer régulièrement et efficacement son propre tir, que ce soit sur jump-shot ou sur drive. Le potentiel semble certes être là, mais il reste désormais à l’exploiter. Sa polyvalence offensive est très intéressante, mais son manque de go-to-move est trop handicapante pour pourvoir assumer les responsabilités de première option d’équipe au scoring. Plus encore, la valeur actuelle de Leonard est à ce point grande du fait de son efficacité offensive et son niveau de jeu défensif. Rien ne garanti qu’avec un plus grand rôle il puisse en même temps maintenir cette belle efficacité et dépenser autant d’énergie en défense.

Ce sera intéressant de voir dans quel rôle les Spurs souhaiteront l’utiliser à l’avenir où dès lors que le Big Three passera la main, et à quel point Leonard lui-même sera capable d’ici là d’avoir exploité au maximum son potentiel offensif intéressant.

Retrouvez toutes les autres Analyses Vidéo.

Leave a Reply