Les 10 meilleures Recrues du début de saison

Les 10 meilleures Recrues du début de saison

Ils ne sont pas rookies, ils jouaient pour une autre franchise NBA au printemps dernier et ils imposent leur jeu depuis l’opening-night. Voici les 10 meilleures recrues de ce début de saison. À noter que sur 12 joueurs, 4 sont de retour dans une franchise qu’ils ont déjà connu … il fait bon de retrouver ses marques, sur et en dehors du terrain.

Les critères pris en compte sont :

  1. Les matchs depuis le début de saison
  2. Avoir joué au moins 70% des matchs de son équipe
  3. Le bilan collectif individuel (non le bilan collectif global)
  4. Pas de Hype
  5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe
  6. Les stats individuelles depuis le début de saison
  7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

Bonus Track :
Chris Kaman – Portland Trail Blazers (23-7)
9.8 pts à 49.6%, 6.1 rbds, 0.9 passe, 0.9 ct & 1.7 bps en 19 mins
Steve Blake – Portland Trail Blazers (23-7)
4.9 pts à 37.2%, 2.2 rbds, 4.2 passes, 0.6 int & 1.3 bps en 22.3 mins

Les chiffres proposés par Chris Kaman & Steve Blake ne sont pas des plus impressionnants (d’autres joueurs laissés sur la touche avaient de bien meilleures stats), cependant, leur arrivée a fait de Portland la deuxième équipe de la ligue. Terry Stotts avait besoin de quelques vétérans pour encadrer ses jeunes stars, et le moins que l’on puisse dire c’est que le retour de Blake (troisième passage sous le maillot rouge et noir) pour guider Damian Lillard et l’apport de points de Kaman en sortie de banc furent deux choix payants pour la franchise de l’Ohio. Un petit coup de cœur en « Bonus Track » pour ces joueurs qui ne noircissent pas les box-scores, mais qui font gagner leur équipe.

  1. Evan Fournier – Orlando Magic (11-19)
    14.4 pts à 44.2%, 2.8 rbds, 2.3 passes, 0.6 int & 1.7 bps en 32.9 mins

Alors qu’il jouait les utilités à Denver, Evan Fournier est arrivé à Orlando pour devenir un joueur cadre. Titulaire indiscutable en début de saison, l’ancien joueur de Potiers a fait les frais des mauvais résultats du Magic il y a peu pour être envoyé sur le banc en début de match (en compagnie de Channing Frye). Désormais sixième homme des bleus et blancs, il peine à retrouver son efficacité offensive (11.5 pts à 35% en 29.5 mins), néanmoins, le médaillé de bronze lors du dernier Mondial a plus que rempli la tâche qui lui était attribuée en remplaçant le confirmé Arron Afflalo, en espérant qu’il retrouve certains repères dans les semaines à venir.

  1. Aaron Brooks – Chicago Bulls (19-9)
    11.2 pts à 47.1%, 1.7 rbds 3.2 passes, 0.5 int & 2.1 bps en 19.8 mins

Dans la lignée des C.J. Watson, Nate Robinson & D.J. Augustin, Aaron Brooks est le meneur scoreur remplaçant qui s’éclate dans le système de Tom Thibodeau. Depuis octobre, le MIP 2010 confirme sa bonne fin de saison dernière à Denver (11.9 pts & 5.2 passes) et profite d’un Derrick Rose parfois en repos forcé pour montrer ses talents de scoreur, et apporter ce petit plus en sortie de banc qui permet à Chicago d’être dans le Top 4 de sa conférence malgré un roster souvent privé de ses cadres. À noter que sur les 5 derniers matchs, l’ancien pensionnaire du championnat chinois tourne à 15.6 pts à 48.3% & 4.6 passes en 27.2 mins.

  1. Paul Pierce – Washington Wizards (18-8)
    13.1 pts à 43.4%, 4.6 rbds, 2.3 passes, 0.6 int & 1.2 bps en 27.5 mins

Tout comme Chris Kaman et Steve Blake, Paul Pierce apporte l’expérience qui manquait aux Wizards l’an passé pour être contant. S’il ne joue pas autant que par le passé, le All-Star est parfait dans son rôle de mentor pour les young-guns de D.C.

  1. Tyson Chandler – Dallas Mavericks (20-10)
    10.9 pts à 68.1%, 11.9 rbds, 1.3 passes, 1.4 cts & 1.4 bps en 30.2 mins

Considéré injustement comme un poison dans le vestiaire des Knicks la saison passée, Tyson Chandler s’éclate pour son retour à Dallas. Le champion du Monde 2010 a de nouveau enfilé le costume de parfait complément de Dirk Nowitzki et rappelle aux fans de la franchise texane à quel point il fut important dans la conquête du titre de 2011.

  1. Trevor Ariza – Houston Rockets (20-7)
    13.8 pts à 36.3%, 6.2 rbds, 2 passes, 1.7 ints & 1.7 bps en 38.3 mins

Si le pourcentage de réussite de Trevor Ariza ne plaide pas en sa faveur (le pire de sa carrière), son apport dans le succès des Rockets est lui indéniable. Sortant d’une belle saison à Washington, le champion NBA 2009 est le parfait lieutenant de James Harden pour son retour à Houston.

  1. Kevin Love – Cleveland Cavaliers (17-10)
    16.9 pts à 43.5%, 10.5 rbds, 2.4 passes, 0.8 int & 1.9 bps en 36.3 mins

Pas toujours évident de passer de franchise player à troisième option d’une équipe. Néanmoins, Kevin Love ne s’en sort pas si mal que ça avec son changement de statut. Après une période d’adaptation compliquée (35.5% de réussite sur les deux premiers matchs), le All-Star semble avoir trouvé sa place dans le système de David Blatt. Cependant, suite à la récente blessure d’Anderson Varejao, l’ex-Wolf va devoir bien plus apporter « in the paint » pour compenser le travail qu’accomplissait le Brésilien dans l’ombre des stars de l’Ohio … courage.

  1. Lou Williams – Toronto Raptors (22-7)
    14.6 pts à 41.5%, 1.6 rbds, 1.5 passes, 1.2 ints & 1.1 bps en 23 mins

Considéré comme l’un des meilleurs remplaçants de la NBA durant ses dernières années sous le maillot des 76ers, Lou Williams s’éclate de nouveau à Toronto après un passage compliqué avec les Hawks. Si il défend autant que ses cross cassent des chevilles, il reste cet apport offensif salvateur dans la rotation de Dwane Casey qui permet aux Raptors de dominer encore à ce jour la conférence est.

  1. Chandler Parsons – Dallas Mavericks (20-9)
    15.9 pts à 44.3%, 5.3 rbds, 2.3 passes, 1 int & 1.3 bps en 33 mins

Après un début de saison compliqué (14.6 pts à 41.5% au mois de novembre), Chandler Parsons semblait avoir trouvé enfin ses marques dans le système de Rick Carlisle (18.5 pts à 49% depuis début décembre). Alors qu’il avait bien plus la balle en main à Houston l’adaptation du Gator fut exemplaire, toutefois, depuis l’arrivée de Rajon Rondo (en mode suceur de balle), le beau-gosse du Texas souffre : 9 pts à un horrible 36.7% pour seulement 1.3 passes ; arrivera-t-il de nouveau  à s’harmoniser à une nouvelle forme de jeu ?  … le succès des Mavs en dépendra.

  1. Pau Gasol – Chicago Bulls (18-7)
    18 pts à 47.5%, 11.4 rbds, 2.4 passes, 2 cts & 2.2 bps en 35.4 mins

Ce sont les fans des Lakers qui doivent avoir la rage. Après deux saisons durant lesquelles ses performances insultaient son talent, Pau Gasol est revenu aux affaires, même si pour cela il a dû déménager dans l’Illinois. L’Espagnol semble avoir retrouvé le goût du jeu et son association avec Joakim Noah en fait la paire d’intérieurs la plus impressionnante de la NBA après celle de Memphis. Le champion du Monde 2006 a de suite trouvé ses marques sous le maillot des Bulls, compensant comme il peut les absences répétées des All-Stars Noah et Derrick Rose.

  1. LeBron James – Cleveland Cavaliers (17-9)
    25.2 pts à 49.4%, 5.2 rbds, 7.6 passes, 1.4 ints & 3.7 bps en 37.7 mins

Qui d’autre que LeBron James pour cette première place. Même si le début de saison des Cavs est logiquement décevant, le quadruple MVP de la ligue est toujours à un niveau individuel impressionnant. Moins rebondeur, plus passeur, j’ai hâte de voir le rôle qu’il occupera ces prochains mois sans la présence d’Anderson Varejao. Toutefois, il faut rappeler qu’il ne pourra pas prétendre à soulever Maurice pour la cinquième fois si Cleveland ne propose pas d’ici le printemps un jeu digne du talent de son roster.

7 Comments

  1. Les stats aux rebonds de Gasol sont quand même assez incroyables

    1. Il a retrouvé de la motivation

      1. Et comment. Pourtant il joue avec Noah ou Gibson à ses côtés qui sont de gros rebondeurs et dans une équipe qui a un jeu relativement lent, donc une faible masse de tirs (donc moins de rebonds !)

  2. Darren Collison? Isiah Thomas? Ils méritent leur place en 3 pour Collison. Et Thomas ex-æquo avec Lou Will mais pour moi les deux meilleures recrues que Parsons.

    1. Collison et Thomas n'étaient pas loin de rentrer dans ce Top 10, les résultats de leurs équipes ne les ont pas aidé

  3. Isiah Thomas ? Collison aussi
    On aurait pu mettre morrow
    Fournier un peu plus haut
    Parsons un peu plus bas

    1. Morrow n'était pas loin non plus, mais pas au niveau des Thomas et Collison

Leave a Reply