Bilan de la semaine : Paul George et les Pacers sont de retour !

Bilan de la semaine : Paul George et les Pacers sont de retour !

Cela devient peu à peu une tradition, chaque lundi soir, basket-infos revient sur la semaine NBA écoulée, en mettant en valeur divers joueurs, équipes ou performances qui ont marqué les esprits au cours des sept derniers jours. Voyez ça comme la version 2.0 des tops et flops hebdomadaires. C’est ainsi qu’une performance sur une rencontre sera soulignée, pendant qu’un MVP de la semaine sera élu. Mais ce n’est pas tout ! Le bilan de la semaine décidera également de quel coup de cœur, quel tricolore, quel rookie, quel sophomore, quel 6e homme, quel flop ou quelles équipes méritent d’avoir quelques lignes dans cette rubrique. Toutes ces récompenses seront ainsi décernées de manière totalement subjective (mais justifiée), et les débats ou les avis contraires seront clairement les bienvenus. Bonne lecture !

 

La performance de la semaine:

player photo

James Harden (HOU) – le 26/11, victoire 116-114 contre les Sixers – 50 points à 14 sur 28 au tir, 9 rebonds, 8 passes décisives.

On le sait, en ce début de saison, les Rockets ne sont pas au mieux, et avouez qu’offrir la première victoire de leur saison aux Sixers au Toyota Center aurait fait tâche. Voici pourquoi, James Harden a tout donné face à la défense de Philly bien trop souvent dépassée. Encore une fois un peu esseulé, The Beard a pris les choses en main en étant présent dans tous les secteurs de jeu et en shootant à 50% aussi bien à 2-points qu’à 3-points. Il faut dire que quand les hommes de Brett Brown ont mis un 22-6 à leurs adversaires en début de quatrième quart-temps, pour mener 104-97 à 6 minutes de la fin, tout Houston a tremblé. Heureusement, avec 30 points inscrits en deuxième mi-temps et une troisième performance en carrière égale à au moins 50 points qui lui a permis de dépasser les légendes de sa franchise que sont Hakeem Olajuwon, Moses Malone et Elvin Hayes dans ce secteur, l’ancien d’Arizona a sauvé les siens. Ouf !

Mentions spéciales:

Stephen Curry (GSW) – le 27/11, victoire 135-116 à Phoenix – 41 points à 11 sur 20 au tir, 6 rebonds, 8 passes décisives, 2 interceptions.

Paul George (IND) – le 24/11, victoire 123-106 à Washington – 40 points à 14 sur 19 au tir, 8 rebonds, 4 passes décisives, 2 interceptions.

Kevin Durant (OKC) – le 27/11, victoire 103-87 contre les Pistons – 34 points à 10 sur 22 au tir, 13 rebonds, 5 passes décisives, 3 contres.

Kemba Walker (CHA) – le 23/11, victoire 127-122 contre les Kings – 39 points à 15 sur 23 au tir, 6 rebonds, 5 passes décisives, 2 interceptions, 3 contres.

 

 

Le MVP de la semaine:

player photo

Paul George (IND) – 3 victoires et 0 défaite – 37.3 pts à 54.7%, 6.7 reb, 2.3 ast, 1.3 stl, 0.3 blk et 4.3 to de moyenne sur la semaine.

La grave blessure qu’a dû subir Paul George pendant l’été 2014 lors du scrimmage de Team USA, n’est aujourd’hui plus qu’un mauvais et lointain souvenir. Alors que certains observateurs semblent surpris du niveau auquel évolue le joueur en ce moment, il apparait que ceux-ci ont la mémoire courte, au vu des performances que le Pacer avait réalisées entre 2012 et 2014. Néanmoins, nous ne pouvons que nous réjouir que l’ailier ait pu retrouver son niveau, en menant des Pacers étonnants (au vu des nombreux mouvements de cet été) à une semaine parfaite et cinq victoires de rang. Avec au minimum 33 points inscrits lors de chacune de ses apparitions depuis lundi dernier, le chouchou d’Indianapolis a à nouveau marqué la ligue de son empreinte. Il remporte ainsi le trophée honorifique de MVP de la semaine de façon tout à fait légitime, malgré les stats affolantes de James Harden et le talent de Stephen Curry.

Mentions spéciales:

James Harden (HOU) – 2 victoires et 1 défaite – 38.7 pts à 48.0%, 7.0 reb, 7.3 ast, 1.7 stl, 0.3 blk et 5.0 to de moyenne sur la semaine.

Kevin Durant (OKC) – 3 victoires et 0 défaite – 30.3 pts à 58.5%, 8.3 reb, 3.7 ast, 1.3 stl, 2.3 blk et 3.3 to de moyenne sur la semaine.

Stephen Curry (GSW) – 3 victoires et 0 défaite – 28.0 pts à 52.1%, 4.7 reb, 7.7 ast, 2.3 stl, 0.0 blk et 2.3 to de moyenne sur la semaine.

Kawhi Leonard (SAS) – 4 victoires et 0 défaite – 24.3 pts à 58.7%, 8.8 reb, 4.3 ast, 2.8 stl, 1.8 blk et 2.3 to de moyenne sur la semaine.

 

 

Le coup de cœur de la semaine:

player photo

CJ McCollum (POR) – 1 victoire et 1 défaite – 23.0 pts à 51.4%, 2.0 reb, 2.5 ast, 0.5 stl, 0.5 blk et 0.5 to de moyenne sur la semaine.

Draymond Green aurait clairement pu encore une fois avoir sa place en tête de ce classement, mais au vu des perfs hallucinantes de polyvalence que réalise le joueur des Warriors dernièrement, le voir tourner à presque un triple-double de moyenne par match ne parait même plus être une surprise. Voici pourquoi notre coup de cœur hebdomadaire est décerné cette fois-ci à CJ McCollum. Issu de Lehigh (une toute petite fac, tout comme son mentor Damian Lillard), l’arrière explose littéralement cette saison en terme de scoring après des débuts en NBA plutôt compliqués. Après son coup de chaud contre les Lakers samedi (28 points à 12 sur 20 au tir dont 4 sur 7 à 3-points), le Blazer a même dévoilé toute son humilité en allant exprimer beaucoup de respect à un Kobe Bryant pourtant en grande difficulté cette saison. C’est pour toutes ces raisons que la semaine de McCollum méritait bien d’être mise en valeur dans cette rubrique.

Mentions spéciales:

Draymond Green (GSW) – 3 victoires et 0 défaite – 15.0 pts à 53.6%, 9.3 reb, 9.0 ast, 1.0 stl, 2.7 blk et 3.0 to de moyenne sur la semaine.

CJ Miles (IND) – 3 victoires et 0 défaite – 19.0 pts à 46.3%, 3.0 reb, 2.0 ast, 0.3 stl, 0.3 blk et 0.7 to de moyenne sur la semaine.

Isaiah Thomas (BOS) – 2 victoires et 2 défaites – 21.3 pts à 42.3%, 2.3 reb, 4.5 ast, 2.0 stl, 0.0 blk et 3.3 to de moyenne sur la semaine.

Robert Covington (PHI) – 0 victoire et 4 défaites – 17.3 pts à 43.1%, 8.5 reb, 2.5 ast, 6.0 stl, 1.0 blk et 5.0 to de moyenne sur la semaine.

 

 

Le tricolore de la semaine:

player photo

Tony Parker (SAS) – 4 victoires et 0 défaite – 15.0 pts à 70.0%, 3.3 reb, 6.8 ast, 1.0 stl, 0.5 blk et 2.3 to de moyenne sur la semaine.

Même si Nico Batum a davantage scoré que TP sur ces sept derniers jours et a même été beaucoup plus complet, l’adresse des deux joueurs n’a rien de comparable. Alors que l’ailier des Hornets commet pas mal de déchets en raison de son nouveau rôle de pilier de la franchise, le meneur de jeu des Spurs est de son côté impressionnant de propreté au sein d’une équipe de San Antonio en super forme (4 victoires cette semaine). Ainsi, après des débuts un peu moins impressionnants, Parker semble avoir totalement adopté son nouveau rôle de chef d’orchestre, réussissant de main de maître à compléter le duo de stars que composent Aldridge et Leonard. Ainsi, Parker parait constamment faire les bons choix depuis quelques rencontres, et le succès des siens n’est clairement pas indépendant des performances du Français. Voilà pourquoi il mérite complètement son premier trophée de tricolore de la semaine, cette saison.

Mentions spéciales:

Nicolas Batum (CHA) – 3 victoires et 1 défaite – 16.5 pts à 35.1%, 7.5 reb, 7.0 ast, 1.8 stl, 0.5 blk et 4.8 to de moyenne sur la semaine.

Ian Mahinmi (IND) – 3 victoires et 0 défaite – 10.0 pts à 50.0%, 9.3 reb, 2.7 ast, 1.0 stl, 1.0 blk et 1.7 to de moyenne sur la semaine.

Rudy Gobert (UTA) – 2 victoires et 1 défaite – 9.7 pts à 73.3%, 10.0 reb, 0.3 ast, 1.3 stl, 2.0 blk et 3.3 to de moyenne sur la semaine.

Evan Fournier (ORL) – 3 victoires et 1 défaite – 10.5 pts à 40.0%, 2.8 reb, 0.8 ast, 0.8 stl, 0.0 blk et 1.0 to de moyenne sur la semaine.

 

 

Le rookie de la semaine:

player photo

Kristaps Porzingis (NYK) – 0 victoire et 4 défaites – 15.3 pts à 41.8%, 11.0 reb, 1.3 ast, 1.0 stl, 3.3 blk et 2.0 to de moyenne sur la semaine.

Sans sa belle performance d’hier (20 points, 13 rebonds et 2 contres) combinée au très vilain 3 sur 11 au tir de Jahlil Okafor face à Memphis , Kristaps Porzingis n’aurait sûrement pas remporté ce deuxième trophée consécutif de rookie de la semaine. Sauf que là, vu qu’aucun des deux intérieurs n’a remporté le moindre match au cours de ces sept derniers jour, le Letton, grâce à une présence défensive bien plus importante (3,3 contres), a pu prendre un léger avantage sur l’ancien Blue Devil, perturbé actuellement par de nombreux soucis extra-sportifs. Les deux pourraient ainsi s’inscrire dans une belle compétition pour le trophée de Rookie of the Year en fin de saison, car Karl-Anthony Towns semble légèrement avoir levé le pied depuis peu. Porzingis constitue ainsi à ce jour la plus belle surprise de la draft 2015.

Mentions spéciales:

Jahlil Okafor (PHI) – 0 victoire et 4 défaites – 16.0 pts à 43.6%, 10.0 reb, 1.3 ast, 0.5 stl, 1.5 blk et 2.8 to de moyenne sur la semaine.

D’Angelo Russell (LAL) – 0 victoire et 3 défaites – 10.7 pts à 45.2%, 5.3 reb, 3.3 ast, 0.7 stl, 0.0 blk et 1.7 to de moyenne sur la semaine.

Karl-Anthony Towns (MIN) – 3 victoires et 1 défaite – 9.0 pts à 54.8%, 6.0 reb, 0.3 ast, 1.0 stl, 1.5 blk et 1.5 to de moyenne sur la semaine.

Nikola Jokic (DEN) – 0 victoire et 3 défaites – 10.0 pts à 60.0%, 4.7 reb, 0.7 ast, 0.3 stl, 0.0 blk et 2.3 to de moyenne sur la semaine.

 

 

Le sophomore de la semaine:

player photo

Andrew Wiggins (MIN) – 3 victoire et 1 défaite – 22.5 pts, à 42.9%, 4.5 reb, 1.8 ast, 1.3 stl, 1.0 blk et 2.5 to de moyenne sur la semaine.

Pour cette récompense virtuelle de meilleur sophomore de la semaine, attendez-vous à voir fréquemment le visage d’Andrew Wiggins ! De fait, il la remporte lui aussi pour la deuxième fois consécutive malgré une adresse plutôt critiquable. Pourtant, impossible d’envisager que qui que ce soit puisse lui dérober ce trophée pour le moment au vu de comment il a porté son équipe vers un superbe bilan au cours de ces sept derniers jours. Même si Nikola Mirotic, TJ Warren ou encore (à moindre mesure) son coéquipier Zach LaVine, réalisent de belles choses dans leurs domaines respectifs, aucun n’est autant le leader de son équipe que cet Andrew Wiggins flamboyant depuis le début de la saison. C’est ainsi que l’on attendra sûrement beaucoup plus des abonnés absents que constituent le trio composé de Jabari Parker, Julius Randle et Nerlens Noel qui à la base, avaient largement le potentiel pour concurrencer le Canadien, aujourd’hui bien esseulé dans la course vers cette récompense hebdomadaire.

Mentions spéciales:

Nikola Mirotic (CHI) – 1 victoire et 1 défaite – 19.0 pts, à 54.5%, 7.5 reb, 2.5 ast, 0.0 stl, 0.5 blk et 3.0 to de moyenne sur la semaine.

TJ Warren (PHX) – 1 victoire et 3 défaites – 19.3 pts, à 59.6%, 5.3 reb, 1.0 ast, 0.8 stl, 1.0 blk et 1.0 to de moyenne sur la semaine.

Zach LaVine (MIN) – 3 victoires et 1 défaite – 16.8 pts, à 44.4%, 5.3 reb, 4.3 ast, 0.0 stl, 0.0 blk et 2.0 to de moyenne sur la semaine.

Clint Capela (HOU) – 2 victoires et 1 défaite – 12.3 pts, à 57.1%, 7.7 reb, 0.3 ast, 1.7 stl, 2.0 blk et 1.0 to de moyenne sur la semaine.

 

 

Le sixième homme de la semaine:

player photo

Victor Oladipo (ORL) – 3 victoires et 0 défaite – 20.0 pts à 43.6%, 6.0 reb, 5.7 ast, 1.0 stl, 0.3 blk et 1.0 to de moyenne sur la semaine.

Sortir du banc est quelque chose de tout nouveau pour un Victor Oladipo qui devait devenir le franchise player du Magic en seulement quelques saisons. Effectivement, Scott Skiles a récemment changé sa rotation pour re-décaler Evan Fournier (qui semble moins en vue depuis) à son poste naturel, pendant que Channing Frye commençait les rencontres et qu’Oladipo devenait sixième homme. Grand bien lui en a fait en tout cas, car depuis ce moment Orlando ne perd plus, et l’ancien d’Indiana semble beaucoup plus en vue. Leader de la second unit, l’arrière joue aujourd’hui un peu plus de 25 minutes par match et peut apporter son énergie et son intensité sur de courtes séquences très intéressantes. Son match face aux Celtics hier (19 points, 8 rebonds et 6 passes), est la preuve d’une confiance retrouvée, même si quelques soucis d’adresse méritent encore d’être réglés. Au vu de cette première récompense obtenue dans ce rôle, peut-être que le costume de sixième homme pourrait finalement être taillé parfaitement aux mesures de Victor Oladipo, qui par la suite, correspondrait bien au profil idéal d’un candidat sérieux pour le trophée de 6th Man of the Year. Affaire à suivre…

Mentions spéciales:

Ish Smith (NOP) – 1 victoire et 2 défaites – 16.0 pts à 42.0%, 5.0 reb, 9.0 ast, 1.7 stl, 0.0 stl et 1.7 to de moyenne sur la semaine.

TJ Warren (PHX) – 1 victoire et 3 défaites – 19.3 pts, à 59.6%, 5.3 reb, 1.0 ast, 0.8 stl, 1.0 blk et 1.0 to de moyenne sur la semaine.

Gary Neal (WAS) – 0 victoires et 3 défaites – 15.3 pts à 50.0%, 2.7 reb, 0.3 ast, 0.7 stl, 0.0 stl et 1.3 to de moyenne sur la semaine.

Jeremy Lamb (CHA) – 3 victoires et 1 défaite – 13.5 pts à 48.8%, 7.3 reb, 1.8 ast, 0.5 stl, 0.5 stl et 1.3 to de moyenne sur la semaine.

 

 

Le joueur flop de la semaine:

player photo

Kobe Bryant (LAL) – 0 victoire et 3 défaites – 12.7 pts à 22.2%, 4.0 reb, 2.3 ast, 1.0 stl, 0.0 blk et 1.7 to de moyenne sur la semaine.

Même si apparemment, il avait déjà prévu depuis un moment de prendre sa retraite à la fin de cette saison (il l’avait d’ailleurs évoqué à Michael Jordan cet été), les performances catastrophiques qu’a réalisées Kobe Bryant cette semaine doivent clairement le conforter dans ce choix. C’est assez triste de voir un joueur de son standing et prêt à tout pour gagner, réaliser un 1 sur 14 au tir mardi enchaîné d’un 4 sur 20 hier soir (son match à 7 sur 20 samedi fait ainsi presque figure de bonne perf). Bref… A 37 ans, il était sûrement temps d’arrêter pour celui qui il y a un peu moins de dix ans, était capable de marquer 81 points en une seule rencontre. Espérons cependant qu’il ne se retrouve pas trop souvent dans cette rubrique d’ici à ce qu’il stoppe sa carrière, car il fait définitivement partie des joueurs qui mériteraient de sortir par la grande porte…

Mentions spéciales:

Langston Galloway (NYK) – 0 victoire et 4 défaites – 3.5 pts à 18.8%, 2.3 reb, 2.0 ast, 0.5 stl, 0.0 blk et 1.0 to de moyenne sur la semaine.

Nerlens Noel (PHI) – 0 victoire et 2 défaites – 5.0 pts à 23.1%, 6.5 reb, 1.0 ast, 1.0 stl, 1.0 blk et 2.0 to de moyenne sur la semaine.

Joe Johnson (BKN) – 1 victoire et 2 défaites – 11.7 pts à 34.4%, 4.7 reb, 2.0 ast, 1.0 stl, 0.0 blk et 5.0 to de moyenne sur la semaine.

Jamal Crawford (LAC) – 3 victoires et 1 défaite – 6.8 pts à 23.3%, 1.8 reb, 1.5 ast, 0.5 stl, 0.0 blk et 2.0 to de moyenne sur la semaine.

 

 

L’équipe de la semaine:

Golden-State-Warriors_15_1

Golden State Warriors – 3 victoires et 0 défaite – 2 matchs joués à l’extérieur – victoire la plus significative à Phoenix 135-116 – 122.0 points marqués et 98.0 points encaissés sur la semaine.

Il faut se l’avouer, cette rubrique n’est pas très variée. Ce sont donc les Warriors qui encore une fois s’imposent comme équipe de la semaine. Et même s’il était presque tentant de donner cette récompense aux Spurs (qui restent sur 4 victoires depuis lundi dernier), comment ne pas mettre encore et toujours la franchise californienne numéro un de ce classement ? Ayant gagné leurs trois dernières rencontres (dont deux à l’extérieur) avec un écart moyen de 24 points, les joueurs de Luke Walton semblent inarrêtables. Impossible aujourd’hui de savoir où ils s’arrêteront, car outre Stephen Curry, Draymond Green a également pris une toute nouvelle dimension à Golden State. Pas de doute, le record historique des Bulls (72 victoires sur une saison) est aujourd’hui en grand danger !

Mentions spéciales:

San Antonio Spurs – 4 victoires et 0 défaite – 1 match joué à l’extérieur – victoire la plus significative contre les Hawks 108-88 – 96.3 points marqués et 83.8 points encaissés sur la semaine.

Indiana Pacers – 3 victoires et 0 défaite – 2 matchs joué à l’extérieur – victoire la plus significative contre les Bulls 104-92 – 111.3 points marqués et 100.3 points encaissés sur la semaine.

Oklahoma City Thunder – 3 victoires et 0 défaite – 1 match joué à l’extérieur – victoire la plus significative à Utah 111-89 – 108.0 points marqués et 91.7 points encaissés sur la semaine.

Memphis Grizzlies – 3 victoires et 1 défaite – 1 match joué à l’extérieur – victoire la plus significative à Houston 102-93- 101.3 points marqués et 97.3 points encaissés sur la semaine.

 

 

L’équipe flop de la semaine:

Washington-Wizards_32_1

Washington Wizards – 0 victoire et 4 défaites – 2 matchs joués à domicile – défaite la plus significative contre les Pacers 106-123 – 88.3 points marqués et 104.8 points encaissés sur la semaine.

Qui aurait pu prédire que les Wizards auraient réalisé un début de saison aussi mauvais ? N’apparaissant à ce jour qu’à la douzième place de la conférence Est, les hommes de Randy Wittman ont encore davantage creusé leur tombe cette semaine, enchaînant quatre revers d’affilée. Le tacticien serait d’ailleurs d’ores et déjà sur la sellette. Est-ce le départ de Paul Pierce (qui ont le sait avait un très grand rôle dans le vestiaire) qui aurait fait tant de mal ? Dur à savoir, mais depuis la fuite du vétéran, Washington n’y arrive plus. Pus que le bilan, ce sont les scores qui inquiètent, car les Wizards enchaînent déculottée sur déculottée. Le secteur intérieur, qui faisait vraiment la force de ce collectif, est aujourd’hui aux abonnés absents ; alors que Nene semble complètement démotivé, Marcin Gortat a lui, déjà avoué qu’il ne prenait plus aucun plaisir à jouer avec ses coéquipiers. En tout cas, les stats offensives de l’équipe sont désastreuses sur ces sept derniers jours et l’adresse au tir des Wizards (36.6% de réussite), est juste ridicule. Des changements pourraient donc très vite avoir lieu au sein de l’équipe de la capitale, et plus personne ne s’attend aujourd’hui à ce qu’elle réalise un gros coup en playoffs. Voici de quoi faire peur à Kevin Durant en vue de la prochaine free agency…

Mentions spéciales :

New York Knicks – 0 victoire et 4 défaites – 2 matchs joués à domicile – défaite la plus significative contre le Heat 78-97 – 89.5 points marqués et 102.0 points encaissés sur la semaine.

Los Angeles Lakers – 0 victoire et 3 défaites – 1 match joués à domicile – défaite la plus significative à Golden State 75-111 – 92.0 points marqués et 108.7 points encaissés sur la semaine.

Denver Nuggets – 0 victoire et 3 défaites – 2 matchs joués à domicile – défaite la plus significative contre les Clippers 94-111 – 85.0 points marqués et 98.0 points encaissés sur la semaine.

Philadelphia 76ers – 0 victoire et 4 défaites – 0 match joués à domicile – défaite la plus significative à Memphis 84-92 – 93.3 points marqués et 98.0 points encaissés sur la semaine.

 

Le top 10 de la semaine :

 

Le Shaqtin’ a Fool de la semaine :

Pas de Shaqtin’ a Fool cette semaine (Thanksgiving).

 

A lundi !!

5 Comments

  1. Curieux que Fournier peine à retrouver son poste naturel, espérons que ce ne soit que temporaire…
    Quand à Harden, la machine a shooter est toujours là, mais : https://youtu.be/X2SXpHMbFOk ça calme pour un type qui se prétend candidat au MVP !

    1. Ça parait d'ores et déjà compromis le titre de MVP pour Harden, mais au vu de sa défense sur cette action, il a peut-être une petite chance pour le DPOY ;)

  2. Après une semaine remplie de travail, c'est un format qui me sied parfaitement. Merci beaucoup !

    1. Ça fait plaisir, merci à toi !

Leave a Reply