Les Bulls 1995-96 plutôt contents de voir les Warriors perdre

Les Bulls 1995-96 plutôt contents de voir les Warriors perdre

Quoique fassent les Warriors ou même les Spurs cette saison, les Bulls 96′ auront été les premiers. Les premiers à dépasser la barre des 70 victoires en 82 matchs de saison régulière. Avec 72 victoires, l’équipe est entrée dans l’histoire autour de son trio magique Michael JordanScottie PippenDennis Rodman. A ce jour, alors que le record serait susceptible d’être égalé ou même de tomber, avec plus de la moitié de la saison écoulée, une chose est claire pour les anciens joueurs de l’Illinois : leur collectif aurait vaincu les Warriors.

Je serais prêt à parier. Je pense que nos 15 ou 16 joueurs vous diraient qu’on les battrait. » Toni Kukoc à ESPN

Selon, des calculs faits par ESPN, même s’ils ont aujourd’hui une victoire de retard pour être dans le même rythme que celui des Bulls de l’époque, Golden State aurait 14.3% de chances d’atteindre la barre des 70 victoires. Un pourcentage qui a augmenté de 7.9% suite à leur énorme victoire du MLK Day 132-98, lundi.

Je pense beaucoup plus à notre saison à 72-10 que je ne l’ai jamais fait dans le passé. Les Warriors sont si prêts de nous concurrencer… Ils viennent juste d’obtenir leur quatrième défaite face à Detroit, et je vous mentirais si je disais que ça ne me faisait pas plaisir. Les records sont faits pour être battus. Ça arrivera un jour. Le plus tard sera le mieux, mais… C’est une super équipe, ils jouent dans un super système, ils bougent bien la balle, ils jouent bien ensemble… Ils sont fun à regarder ! Ils sont comparables à nous dans leur façon de jouer ensemble. Ils prennent du plaisir. Ils donnent l’impression d’apprécier constamment la compagnie des uns et des autres. Chacun connaît son rôle. Qu’il soit titulaire ou qu’il joue dix minutes, chacun prend du plaisir. C’est comme nous. Je voulais être starter, prendre la place de Luc Longley, mais je comprenais ma position et je savais ce que j’avais à faire, tout comme Randy Brown, Jud Buechler ou Steve Kerr. Nous voulions tous jouer davantage et c’était une bonne  chose. Il faut des gars qui ont les crocs, mais qui comprennent aussi leur rôle dans l’équipe. » Bill Wennington

Michael Jordan venait de revenir. Après avoir été éliminé en playoffs par le Magic la saison précédente durant laquelle il lui a fallu un petit temps d’adaptation après presque deux ans d’absence, His Airness voulait absolument remporter un quatrième titre. Ainsi, dès les training camps, il a donné le ton.

Je me rappelle de Michael au training camp, il disait qu’il allait prendre chaque match comme un match de playoffs. Je suis certain que tous les Bulls se rappelaient de leur défaite face à Orlando la saison précédente, et s’en servaient de motivation. Nous avions une équipe expérimentée, de bons systèmes, nous avons connus peu de blessures, et surtout je me rappelle du sérieux avec lequel nous abordions chaque rencontre. Nous avons été bien plus sérieux que pour les deux titres qui ont suivi. » Randy Brown

Quand l’on regarde les stats collectives, l’équipe était impressionnante. Les Bulls dominaient la NBA avec 105.2 points marqués par match, mais aussi une offensive efficiency de 115.2 et une defensive efficiency de 101.8.

Vous pouvez dire que Klay Thompson est Scottie Pippen, Draymond Green pourrait être Dennis Rodman, mais nous avions aussi Toni Kukoc. Tout le monde oublie à quel point Toni était bon, et ce qu’il signifiait pour cette équipe. » Bill Wennington

Andre Iguodala justement, ne pourrait-il pas être comparé au joueur croate ? En défendant sur LeBron James pendant la majorité des finales 2015, et en obtenant le titre de MVP de ces mêmes finales, il serait injuste de ne pas souligner le rôle qu’il a joué dans le titre des Warriors la saison passée. Mais si l’on pousse la comparaison jusqu’au bout, Michael Jordan a lui constamment été MVP des finales lors des titres de son équipe, trophée que Stephen Curry n’a pas remporté l’an passé.

ESPN souligne de plus, que dans une confrontation entre les deux équipes, la défense d’Andre Iguodala sur Michael Jordan, et celle de Ron Harper sur Stephen Curry pourraient avoir une grande importance. Mais personne, non personne n’imagine que Son Altesse puisse être stoppé sur une série de finales, ce qui selon les anciens Bulls, ne peut pas être forcément vrai de la part de Steph Curry.

Il y a des gens qui disent que Curry est le meilleur joueur de la ligue. Ce n’est pas facile d’en être sûr. Il est le meilleur scoreur, pas de doute, il a un super handling et il sait très bien l’utiliser, c’est un plaisir de le regarder… Mais si vous parlez de basket dans sa globalité, en prenant en compte la défense et les rebonds, vous ne pouvez pas dire qu’il est le meilleur joueur… Je ne pense pas qu’on puisse le comparer à LeBron et à ce genre de joueurs. Je dirais même qu’il ne peut pas être comparé à Jimmy Butler. Eux, sont des joueurs qui peuvent avoir un vrai rôle des deux côtés du terrain. » Toni Kukoc

Je ne suis pas sûr que protéger les positions de shoot soit suffisant pour défendre sur Stephen Curry. Il a des positions que les autres n’ont pas. Mais il aurait galéré avec Ron Harper qui est si long, si intelligent… Même si Curry peut shooter de partout. Je pense de plus, que le jeu d’aujourd’hui aurait été favorable à Michael Jordan, qui aurait très bien pu ralentir le jeu pour passer sa vie sur la ligne des lancers-francs. Nous aurions juste eu à ajuster notre rythme un peu plus sérieusement que d’habitude. » Randy Brown

Steve Kerr, qui pour le moment reste complètement muet à ce sujet, serait en tout cas le mieux placé pour parler de tout ça, lui qui (même s’il est blessé) coache les Warriors et leur a inculqué ses systèmes, après avoir appartenu à cette équipe des Bulls 96′.

Je pense que la présence de Steve Kerr est très importante. Je pense que Steve sait exactement qu’il faut garder une concentration énorme pendant tout la saison, et il peut le leur dire dans le vestiaire. Je sais qu’il assiste à tous les entraînement à domicile et qu’il donne une très grande importance à l’intensité de concentration nécessaire pour faire une grande saison. La deuxième partie de la saison est souvent beaucoup plus compliquée à envisager que la première… Au final, il leur dira que le record importe peu, c’est la bague à la fin qui compte. » Bill Wennington

Même si les Bulls 96′ resteront les premiers, et qu’ils pensent qu’ils auraient sans doute été meilleurs que les Warriors, certains espèrent quand même que, même si c’est la bague qui compte, leur record restera.

Comme ils le disent, ils ne se concentrent pas sur notre record, je pense qu’ils se concentrent seulement sur le fait de jouer un bon basket, et que si ça provoque une victoire, tant mieux pour eux. Mais je dois vous avouer que j’ouvrirai peut-être une bouteille de champagne quand ils perdront leur 11e match ! » Randy Brown

Facebook Comments

Leave a Reply