Vince Carter « J’essaye de rendre le jeu plus facile »

Vince Carter « J’essaye de rendre le jeu plus facile »

La fin de carrière s’approche de pas à pas pour Vince Carter, toutefois, le Grizzlie est loin d’être fini. Il a expliqué la raison de sa longévité à David Aldridge d’NBA.com, et l’importance actuelle de faire les bons choix au moment de décider quelles couleurs il va défendre.

Comme pour tout, tu dois te renseigner. Il y a beaucoup de mecs dans cette ligue avec qui j’ai joué qui sont maintenant soit des jeunes coaches soit autre chose. Tu dois donc mener ton enquête. Je joue les saisons les unes après les autres maintenant, je vois ce qui va se passer. Désormais je recherche ce qui correspond le mieux à mon style, ce qui s’en rapproche le plus. Je pense bien sûr que l’approche de chacun est différente.

Fin 2014, beaucoup furent surpris de la décision de Vinsanity de quitter Dallas pour Memphis. Suite à la signature de Chandler Parsons lors de la free-agency, le multiple-All-Star a étudié le marché et jeté son dévolu sur la franchise du Tennessee. Là-bas, on acceptait de le laisser être un leader vocal, ce qui l’intéressait avant tout.

En ce qui me concerne c’est plus de savoir qui va me permettre d’être moi-même. J’aime aider les jeunes à le faire, donc j’amène ca sur la table, et c’est ce que le coach me m’autorise à faire ici durant les matchs. Ce que je ne ferai jamais c’est d’outrepasser mes responsabilités, je n’essaye pas d’être le coach, d’être le porte-parole, j’essaye simplement de rendre le jeu plus facile. En tant que joueur, tu écoutes ce que les coaches disent, mais parfois, quand un autre coéquipier te délivre le même message c’est un peu différent.

S’il ne parle pas encore de raccrocher ses sneakers le swingman pense déjà à sa reconversion et s’il est féru de coaching c’est dans les médias qu’il se voit à moyen terme.

Je pense que j’aimerais faire de la télévision pour être honnête avec vous, je pense que c’est ma vraie passion. J’adore coacher, jouer pour un coach qui me laisser coacher, ou qui me laisser apporter des paroles de sagesse. Je ne sais pas si c’est vraiment du coaching, mais aider, être un autre coach sur le terrain, ou depuis le banc, ou quelque chose d’autre. Parfois c’est facile à expliquer ou à relayer le message qu’il essaye d’illustrer ou de mettre en place. J’aime faire partie de ça, mais je pense que je veux faire de la télévision.

Profitons encore de voir Vince Carter sous un jersey NBA, car s’il n’est plus celui que l’on surnomma un jour « Air Canada », son sens du jeu et le jump qu’il garde sous les semelles (voir ce récent alley-oop arrière) continue de nous faire lever de notre sofa.

Leave a Reply