Les 10 meilleurs meneurs du moment: Les habitués sont déjà là

Les 10 meilleurs meneurs du moment: Les habitués sont déjà là

Poste le plus en vue de la NBA depuis déjà quelques années en raison d’un changement de règles en 2004, les meneurs de jeu continuent d’impacter la ligue dans tous les sens du terme. Toutefois, on constate cette saison une véritable mutation du rôle de point-guard, avec par exemple James Harden qui joue ce rôle pour les Rockets, ou encore Giannis Antetokounmpo qui s’est vu confier les clés de la création du jeu des Bucks, même s’il est encore associé à un PG de formation. Quoiqu’il en soit, j’ai dû me résoudre à établir un ranking des meilleurs postes 1 en respectant ces critères-là :

  1. Les 10 derniers matchs
  2. Avoir joué au moins 70% des matchs concernés
  3. Les résultats collectifs sur la période
  4. Pas de Hype
  5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe
  6. Les stats individuelles sur la période
  7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

  1. D’Angelo Russell – Los Angeles Lakers (6-4)
    16.9 pts à 45.8%, 3.3 rbds, 4.8 passes & 1.1 int en 26 mins

Le retour de Luke Walton à Los Angeles a changé la donne pour D’Angelo Russell et les siens, car à la vue de ses prestations lors de son année rookie et des résultats des Lakers, j’aurais peu misé sur le fait de le voir débarquer dans mes rankings aussi rapidement. Dans l’équipe surprise de ce début de saison (aucun joueur rester plus de 30 minutes sur le parquet, cinq joueurs scorent entre 14 et 17 points par match), le deuxième choix de la draft 2015 tire son épingle du jeu et arrive même à sortir quelques matchs d’éclat comme ces 32 points en 31 minutes face aux Nets cette semaine.

  1. Damian Lillard – Portland Trail Blazers (5-5)
    26.6 pts à 42.4%, 4.3 rbds, 4.4 passes & 0.8 int en 35.8 mins

Les Blazers ne sont pas bons en ce moment (c’est leur #0 qui le dit), cependant, Damian Lillard continue d’éclabousser la NBA de sa classe. S’il n’a toujours pas l’air très intéressé par la défense, il fait tout pour maintenir la franchise d’Oregon à flot, en espérant qu’elle ne passe pas de surprise 2015-16 à flop un an plus tard, toutefois, la saison est encore longue.

  1. Isaiah Thomas – Boston Celtics (5-5)
    26.7 pts à 42.5%, 2.5 rbds, 6.4 passes & 0.7 int en 32.7 mins

Isaiah Thomas fait partie de ces joueurs qui jouent chaque match comme si c’était le dernier. Les Celtics amputés de deux titulaires (Al Horford et Jae Crowder), le meneur de jeu All-Star laisse tout sur le parquet et n’hésite pas à faire des déclarations peu politiques mais dignes d’un véritable capitaine « Nous ne sommes pas aussi bon que nous le pensions, nous nous contentons de parler ». Dernièrement il a fait mordre la poussière aux Mavs (20 points dans le dernier quart temps) et aux Pacers (Mr Clutch), de bonne augure pour la suite de la saison des verts et blancs ?

  1. Russell Westbrook – Oklahoma City Thunder (5-5)
    29.6 pts à 45.5%, 8.9 rbds, 9.6 passes & 1.2 int en 33.3 mins

Je sens que le ranking de Russell Westbrook, chouchou des Top 10 (Top 25 cette saison ?) va faire grince quelques dents. Néanmoins, pas de hype dans mes ranking (critère #4), et si le meneur de jeu du Thunder est un exemple d’engagement et de détermination sur le terrain, il ne permet toujours pas OKC d’avoir des résultats réguliers ; même Michael Jordan vient de déclarer sa flamme pour le multiple MVP du All-Star Game, mais je reste fidèle à moi-même.

  1. Kyle Lowry – Toronto Raptors (7-3)
    19.9 pts à 40.6%, 5.6 rbds, 7.6 passes & 2.1 ints en 38.8 mins

Toronto continue son petit bout de chemin dans le haut du classement de la conférence Est, et dans l’ombre d’un DeMar DeRozan stratosphérique on retrouve Kyle Lowry. Moins clinquant que l’an passé, le meneur de jeu champion olympique fait encore le job pour la franchise canadienne. Parfois capable de grosse performances individuelles (28 pts à 11/23 mardi soir à Cleveland) il est capable de voir sa réussite dans le shoot sombrer (24 points mais à 6/17 le lendemain contre les Warriors).

  1. James Harden – Houston Rockets (6-4)
    28.2 pts à 47.1%, 8.4 rbds, 12.7 passes & 1.5 int en 37 mins

Déjà quelques années que je réalise ces rankings « temporels », et je n’aurais jamais imaginé inclure James Harden dans la catégorie « Meneurs ». Mais voilà que Mike D’Antoni a débarqué dans le Texas avec sa vision du basket en sept seconds, qui permet à ses joueurs de voir leurs stats gonfler chaque fois qu’il arrive dans une franchise (hors flop-Lakers bien entendu). Le barbu fait tout ce qu’il veut à Houston, comme avant diront certains, mais cette fois c’est officiel, validé par son coach et ses coéquipiers qui essayent de lui rendre la vie facile ; et ne sont pas rancuniers de ses 6 ballons perdus par match (sur les 5 derniers). Après un petit mois de compétition ça marche plutôt pas mal pour une équipe qui s’était qualifiée pour les playoffs de justesse la saison dernière.

[Interview] Timothé Luwawu-Cabarrot : « J’ai cru que je n’allais pas marquer de l’année »

  1. Kemba Walker – Charlotte Hornets (7-3)
    26.2 pts à 49.7%, 4.3 rbds, 5.3 passes & 1.9 int en 32.7 mins

Charlotte occupe actuellement la troisième place de la Conférence Est, et cela ne choque presque personne… Kemba Walker joue à un niveau All-Star cette saison, et si la franchise de la Caroline du Nord continue d’enchaîner les victoires, il honorera sa première cape en février prochain. Son association à Nicolas Batum déjà alléchante l’an passé continue de nous faire saliver cette saison, le Français (15.3 pts, 6.8 rbds & 4.9 passes sur la même période) permettant de cacher les points faibles du jeu de l’ancien MIP (qui a perdu seulement 1.2 ballon en moyenne sur les 5 derniers matchs). Il se retrouve au pied du podium, une belle et rafraichissante surprise.

  1. Kyrie Irving – Cleveland Cavaliers (8-2)
    23.3 pts à 46-4%, 3.2 rbds, 5 passes & 0.7 int en 33.8 mins

Sans faire beaucoup de bruit, Kyrie Irving est en train de  jouer le meilleur basket de sa carrière en ce moment. Profitant de jeu en création de LeBron James (8.7 passes sur la même période) le Blue Devil s’éclate. Assassin de Warriors en Finale il y a encore quelques mois, il respire la confiance en ce moment dans ses drives et ses choix de shoots.

  1. Chris Paul – Los Angeles Clippers (8-2)
    17.1 pts à 44.3%, 5.8 rbds, 9 passes & 3.3 ints en 30.3 mins

Si les Clippers ne s’étaient pas inclinés contre Memphis mercredi, Chris Paul (peu efficace ce soir-là avec 9 pts à 3/11) aurait pu prétendre à la première place de ce ranking. Terminé Lob City, l’autre franchise de L.A. ne fait plus autant jaser qu’avant voire même a une mauvaise réputation au sein de la ligue, cependant les hommes de Doc Rivers font le taf. Meilleur bilan de la ligue depuis la reprise de la saison, c’est le général CP3 qui donne cet esprit de vainqueur à des Clips qui doivent continuer de profiter du manque d’attention qui leur est fait en ce moment.

  1. Stephen CurryGolden State Warriors (9-1)
    27.4 pts à 50%, 3.8 rbds, 6.1 passes & 1.5 int en 33.2 mins

Si le jeu des Warriors n’est pas encore aussi bien huilé en raison de l’arrivée et du statut d’un joueur comme Kevin Durant, c’est bien eux qui ont le meilleur bilan de la ligue sur les 10 derniers matchs. Stephen Curry continue de jouer au niveau qui lui a permis d’être MVP deux fois de suite. Il s’est même autorisé à narguer ses détracteurs en s’emparant enfin du record historique de shoots longue distances inscrits sur un match NBA, trois jours après avoir rendu un moche 0/10 dans l’exercice. Sacré Stephen va !

Bonus Track :
Tony Parker – San Antonio Spurs (5-0)
12.8 pts à 52%, 2.2 rbds, 5.4 passes & 0.6 int en 25.4 mins

Un petit coup de cœur pour Tony Parker, qui après avoir mal commencé la saison (5.3 pts à 26.3% au mois d’octobre) et fait un tour à l’infirmerie, est le Facteur X dans un costume de patron des Spurs derrière Kawhi Leonard et LaMarcus Aldridge. De retour à la compétition depuis 5 matchs, les Texans ne perdent plus et on ne se demande plus pourquoi.

3 Comments

  1. Je suis plutôt d'accord avec ce classement (même si j'ai un faible pour Lillard, il mérite sa place actuellement).

    On pourrait avoir des précisions, ou un lien vers un article pour expliquer ceci : "en raison d’un changement de règles en 2004" ?

    1. C’est avec l’arrivée de la règle des 3 secondes défensives et surtout l’interdiction du hand-checking (les extérieurs ne peuvent plus défendre avec les mains, ou entrer en contact avec l’attaquant), ce qui ouvre le jeu et favorise les extérieurs

      1. Merci bien : )

        (kimandleo = cardoville)

Leave a Reply