[Ranking] Les 10 meilleurs arrières du moment: changement de leader

[Ranking] Les 10 meilleurs arrières du moment: changement de leader

Retour de mon ranking temporel concernant les shooting guards de la NBA. Quatre entrées cette fois-ci avec les arrivées dEvan Fournier, Bradley Beal, Victor Oladipo et Tony Allen, qui permettent à leur équipe d’être efficaces au point de présenter un bilan suffisant sur la période qui nous intéresse.

Les critères pris en compte sont :

  1. Les 10 derniers matchs
  2. Avoir joué au moins 70% des matchs concernés
  3. Les résultats collectifs sur la période
  4. Pas de Hype
  5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe
  6. Les stats individuelles sur la période
  7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

CLIQUEZ ICI POUR LE RANKING PRÉCÉDENT.

  1. Evan Fournier – Orlando Magic (5-5)
    17.4 pts à 49.6%, 2.6 rbds, 4.1 passes & 1.3 int en 32.1 mins [entrée dans le ranking]

Si les cartes ont été redistribuées à Orlando, Evan Fournier est lui resté titulaire et première option offensive de Frank Vogel. Le Français semble encore chercher ses marques dans la nouvelle rotation du nord de la Floride (5 points à 1/7 et 10 points à 4/10 respectivement lors de victoires face aux Pistons et au Wizards), il n’en reste pas moins un des meilleurs postes 2 de la NBA. Efficace offensivement (23 points à 11/15 hier soir dans une victoire à Atlanta), son envie de gagner est toujours valorisée par son coach et lui cherche toujours à progresser (retrouvez ici notre interview réalisée par Arthur Heuzard).

  1. Nicolas Batum – Charlotte Hornets (6-4)
    11.9 pts à 35.9%, 9.4 rbds, 5.7 passes & 0.6 int en 33.3 mins [-2 places]

Semaine compliquée niveau réussite dans le shoot pour Nicolas Batum. L’ex-Blazer en est conscient et dit se concentrer sur la création pour ses coéquipiers, toutefois, pour que Charlotte continue sa progression, Steve Clifford a besoin que son arrière soit bien plus efficace. Cependant, il ne faut pas oublier de mettre en avant que le 25ème choix de la draft 2008 prend presque trois rebonds de plus en comparaison avec mon dernier ranking, la marque des grands joueurs qui savent compenser s’attachant au « sale boulot » quand leur shoot est en panne.

  1. Avery Bradley – Boston Celtics (5-5)
    18.4 pts à 49%, 6.8 rbds, 1.8 passe & 1.4 int en 35.1 mins [+2 places]

Au sein de Celtics, qui continuent de se chercher, Avery Bradley arriver à se détacher cette saison. Moins présent au rebond depuis le retour d’Al Horford à la compétition. Connu pour ses qualités défensives qui ne sont plus à prouver, il est devenu le lieutenant offensif surprise d’Isaiah Thomas dans les galères des verts et blanc. Si on y regarde de plus près, hors une défaite de 7 points face à des Pistons qui devraient être accessibles pour les hommes de Brad Stevens, Boston s’est incliné face à trois gros de la conférence Ouest (Spurs, Thunder et Rockets) et à des Raptors presque injouables en ce moment de l’autre côté du Mississippi, serait-ce un signe de mieux dans le Massachusetts ?

  1. Bradley Beal – Washington Wizards (5-5)
    23.6 pts à 47.2%, 3.1 rbds, 3.7 passes & 1.2 int en 37.1 mins [entrée dans le ranking]

L’étrangleur d’Evan Fournier fait son entrée dans mon ranking temporel. Les Wizards se rappellent au bon monde de la NBA en ce moment sous l’impulsion de Bradley Beal qui profite de la grande forme de John Wall en mode agressif et créateur. Pour comprendre le jeu du Gator, je vous recommande le NBEinstein de Guillaume le concernant.

  1. C.J. McCollum – Portland Trail Blazers (5-5)
    23.3 pts à 49.1%, 3.1 rbds, 4.1 passes & 0.8 int en 34.3 mins [-2 places]

Les Blazers sont toujours aussi irréguliers, mais C.J. McCollum ne baisse pas son niveau de jeu. Le MIP en titre est toujours un poison pour les défenses adverses, Terry Stotts profitant au maximum de ses qualités de scoreur aux côtés de Damian Lillard. L’ex-étudiant de Lehigh sait marquer de bien de manières différentes, images à l’appui avec un autre NBEinstein de Guillaume.

  1. Victor Oladipo – Oklahoma City Thunder (7-3)
    15.1 pts à 47.4%, 5.2 rbds, 3.1 passes & 1 int en 34 mins [entrée dans le ranking]

Belle entrée dans mon ranking pour Victor Oladipo. La recrue estivale du Thunder ne fait pas vraiment parler de lui depuis le début de saison, néanmoins, dans l’ombre de Russell Westbrook il reste un élément essentiel de la bonne passe d’OKC. Absent hier soir lors de la défaite des siens à Portland (sa défense aurait pu être utile face au duo Lillard-McCollum), il a retrouvé des sensations dernièrement face aux Wizards (25 points, 6 rebonds et 6 passes) et aux Nuggets (26 points, 4 rebonds et 7 passes).

  1. Tony Allen – Memphis Grizzlies (7-3)
    11.9 pts à 52.6%, 6.3 rbds, 1.2 passe & 1.9 int en 29.6 mins [entrée dans le ranking]

La très bonne passe des Grizzlies malgré les absences conjuguées de Mike Conley et Chandler Parsons permet à Tony Allen de se hisser directement en quatrième position de mon ranking. Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de la ligue depuis une petite décennie, il montre ses talents offensifs au bon moment : 19 points face aux Warriors, 15 points face aux Blazers ou encore 19 points (agrémentés de 13 rebonds) sur le parquet de la Nouvelle Orléans. Un joueur qui fait parler son jeu avant ses stats comme on sait les apprécier.

  1. Eric Gordon – Houston Rockets (9-1)
    20.9 pts à 50%, 1.9 rbds, 2.7 passes & 0.6 int en 29.7 mins [+6 places]

Grosse hausse pour Eric Gordon dans mon ranking, qui, s’il continue comme ça se dirige tout droit vers le titre de meilleur sixième homme de la saison. L’ex-Pelican a enfin pris ses marques dans la rotation de Mike d’Antoni, et s’éclate comme tout attaquant digne de ce nom dans le système du coach moustachu. Le shooteur détient déjà un record de franchise et permet à son équipe de jouer dans la cour des grands cette saison.

  1. Klay Thompson – Golden State Warriors (8-2)
    23.3 pts à 46%, 4.3 rbds, 2.1 passes & 0.5 int en 35.5 mins [-1 place]

Après son match historique (60 points en 29 minutes), Klay Thompson a baissé le pied : 8 points à 4/14 à Memphis ou encore 17 points à 6/16 à la Nouvelle Orléans. Pour cette raison, le All-Star laisse sa place de numéro 1 à DeMar DeRozan cette fois, mais il devrait bien pouvoir la récupérer dans les prochaines semaines.

  1. DeMar DeRozan – Toronto Raptos (9-1)
    23.7 pts à 44.2%, 5.3 rbds, 4.9 passes & 0.9 int en 34.3 mins [+2 places]

Après un début de saison tonitruant, DeMar DeRozan avait marqué le pas. Ses productions ne sont plus aussi jordanesques qu’elles pouvaient l’être il y a encore cinq semaines, mais peu importe, les Raptors sont devenus presque injouables, une chance pour Dwane Casey qui a su rééquilibrer sa rotation sans se reposer uniquement sur son arrière All-Star. Durant cette période, la franchise de l’Ontario ne s’est inclinée que face aux Cavs de quatre points, le Trojan s’amusant lui face aux Rockets (24 points & 9 passes), aux Wolves (27 points, 8 rebonds et 5 passes) ou aux Bucks (30 points en 32 minutes à 7/11).

Bonus Track :
Courtney Lee – New York Knicks (6-4)
12 pts à 58.3%, 2.6 rbds, 2.1 passes & 0.9 int en 29 mins

Petit focus sur Courtney Lee, venu pour être un joueur de complément à New York et qui respecte parfaitement son rôle. Concerné en défense (il s’occupe généralement du meilleur défenseur adverse), il connait parfois quelques éclats en attaque comme ses 16 points à 4/6 sur le parquet des Lakers ou encore hier soir avec 14 points à 6/8 à Phoenix. Une bonne pioche pour les Knicks.

Entrés dans le ranking : Evan Fournier (Magic), Bradley Beal (Wizards), Victor Oladipo (Thunder) et Tony Allen (Grizzlies).
Sortis du Ranking : Dwyane Wade (Bulls), Lou Williams (Lakers), Nick Young (Lakers) et J.J. Redick (Clippers).

2 Comments

  1. "des Raptors presque injouables en ce moment de l’autre côté du Mississippi" ?
    Il y a une donnée géographique qui m'échappe, là…

    1. A L\’est du Mississippi ce sont les équipes de la conférence Est et à l\’Ouest celles de l\’Ouest

Leave a Reply