Road to the Draft : Jayson Tatum vs Florida

Road to the Draft : Jayson Tatum vs Florida

Getty Images

Considéré comme un des trois meilleurs lycéens de tout le pays à sa sortie du lycée, l’ailier Jayson Tatum était extrêmement attendu cette saison. Meilleure recrue d’une classe de freshmen historiquement bonne pour Duke (Tatum, Giles, Bolden, Jackson), il aura fallu attendre un peu moins d’un mois de compétition pour le voir à l’œuvre, la faute à des pépins physiques. Après une première sortie à 10 points et 8 rebonds pour ses grands débuts universitaires, Tatum a démontré tout son talent sur sa deuxième sortie, contre Florida, compilant 22 points à 7/11 (63% FG) et 8 rebonds, la victoire en prime.

Guillaume (@GuillaumeBInfos)

Ce qui rendait Tatum si dévastateur au lycée, et un de ses principaux atouts en tant que prospect, c’est son physique. Il est grand, avec de longs bras, mais il est surtout très puissant. Il possède de très larges épaules qui supportent déjà une superbe charpente. Tatum est mature physiquement, et c’est d’autant plus bluffant qu’il n’a que 18 ans. Il n’a pas semblé extrêmement explosif sur ce match là (ni dans ses années lycée), mais s’avère un athlète très fluide, avec un superbe contrôle du corps.

Son profil de jeu est très old school. S’il s’était présenté à la draft il y a dix ans de cela, à l’époque où le shoot à trois points n’avait pas autant pris d’importance, et avant l’âge d’or des meneurs, Tatum aurait sans aucun doute été le premier choix de la draft, et de loin. A sa maturité physique se rajoute un répertoire technique très impressionnant, et des armes offensives déjà bien polies et prêtes à l’emploi même chez les pros.

Au niveau de son jump-shot, Tatum ressemble un peu à DeMar DeRozan. Il a refusé pendant tout le match les trois ou quatre opportunités de tir à longue distance qui se sont présentées à lui, mais a dominé de la tête et des épaules la mi-distance. Il s’élève très bien au moment du jump-shot (bien que pas toujours très bien verticalement), mais il a la capacité de shooter et marquer sur la tête de n’importe quel défenseur, et ne s’est pas privé pour le faire contre Florida. Son mouvement du poignet est également très bon, augmentant la rotation bu ballon et la courbe de la trajectoire du ballon.

Egalement, il s’est montré excellent pour se créer de l’espace dans des situations d’isolation. Il possède une belle coordination d’appuis, et plus encore, utilise très bien ses grandes jambes pour créer encore plus de séparation.

Tatum s’est également illustré pour finir ses actions au cercle, sur pénétration, sur transition, ou sur du jeu au poste.

En pénétration, Tatum est un slasher très fluide, bien coordonné dans ses mouvements et avec de bons acquis techniques (dribble et appuis). Son premier pas est excellent, non pas sur sa pure explosivité mais au contraire tout en finesse et technique. Il met tout son poids sur son appuis intérieur, glisse discrètement son appui extérieur le plus loin possible et une fraction de seconde enclenche un mouvement d’épaules pour mettre derrière lui son défenseur et basculer tout son poids sur l’appuis extérieur.

Dans sa finition au cercle, il a démontré son fantastique contrôle du corps sur une action en particulier, restant en l’air pendant un temps incroyable tout en absorbant le contact avant de conclure. En revanche, Tatum a démontré sur quelques actions sa tendance à ne vouloir utiliser que sa main droite pour conclure (même lorsqu’il drive à gauche), générant de cette manière de mauvais tir.

Son jeu au poste ne fut que brièvement aperçu, mais le rapide spin move qu’il a placé et les bon turnaround jumpers tentés (et rentrés) furent très satisfaisants. Tatum a en revanche excellé en transition, montant très rapidement vers le panier adverse et concluant ses actions en finesse, à défaut de pouvoir le faire agressivement et explosivement.

Dans son jeu de passe, Tatum montra du bon comme du moins bon. Il est capable de ressortir lorsqu’une prise à deux vient sur lui, ou de faire la passe simple mais fut en difficulté certaines autres fois. Il manqua certains coéquipiers très grandement ouverts, ou fit le choix de passer dans des angles de tirs très (trop) étroits et/ou avec un défenseur effectuant la rotation.

Défensivement, Tatum a pesé sur la rencontre grâce à ses fantastiques qualités de rebondeur pour un ailier. Il a tout temps veillé à poser de bons boxouts, à bien utiliser son corps puissant pour déblayer la raquette avant même que le tir soit pris, à bien garder ses positions, et s’est montré très agressif pour arracher le ballon des airs et sécuriser le rebond. Il termine avec 8 prises sur ce match, aucune n’étant un rebond facile tout fait qui lui est tombé dans les bras.

Mis à part cela, il a bien utilisé ses longs bras pour perturber les porteurs de balle et contester très efficacement les tirs, et a démontré une belle vitesse latérale. Il n’est pas grand, mais sa carrure très épaisse et ses longs bras lui permettent de jouer plus grand qu’il n’est, et il n’est pas impossible de le voir devenir un jour un très solide défenseur sur Pick & Roll, compilant mobilité et longueur pour bien suivre et perturber l’adversaire.

Tatum fit néanmoins quelques erreurs, parfois grossière. En première mi-temps il essaye de contrer un dunk par derrière (faute évidente), il fut en retard sur une ou deux rotations, et deux fois d’affilé en fin de match a complètement abandonné son vis-à-vis, offrant ainsi deux paniers faciles à Florida.

L’un dans l’autre, cette performance contre Florida, pas une des meilleures facs du pays mais certainement pas une fac de seconde zone, fut une première réussite dans la carrière universitaire de Tatum. Reste à voir sur toute la saison à quel point il peut dominer des matchs sur ses qualités intérieur & mi-distance (ce qu’il est censé faire pour être un top 5 de draft), quel est son vrai niveau de jeu défensif (à juger sur plus qu’un seul match), et qu’en est-il réellement de son tir extérieur (malgré tout, il est à 2/5 en trois matches universitaires, donc 40% mais sur un échantillon extrêmement faible).

Projeté top 3 avant le début de la saison, il fut un peu ralenti par ses blessure et rattrapé par certains autres prospects plus NBA-friendly (meilleurs shooteurs à 3pts). Néanmoins, son talent est là et, même sur un match, apparut clairement comme au-dessus du lot. Tatum aura une chance d’aller très loin, voire même au titre NCAA, avec une équipe de Duke extrêmement talentueuse quantitativement et qualitativement, et parvenir à le faire serait déjà un excellent signe de l’ampleur de son propre talent pour faire gagner son équipe. Il sera évidemment important de reprendre de ses nouvelles un peu plus tard dans la saison.

Voir aussi :



Facebook Comments

3 Comments

  1. Super travail et merci pour ces articles pour préparer la mock draft 2017 ;)

    J'aime bien ce joueur, en plus d'avoir un nom de star, je le trouve relativement fluide et intelligent en attaque. Il a vraiment 18ans??

    Cette année j'ai l'impression de cette cuvée est gorgée de bons freshmans!

    1. Merci bien :) Oui, 18 ans, il est né le 3 Mars 1998.

      C'est effectivement une cuvée très riche. Certains la voyaient aussi étoffé que celle de 2013 même. La différence c'est qu'il y a moins d'énormes prospects calibrés superstar, mais peut être un peu plus de profondeur en termes de bons joueurs potentiels.

Leave a Reply