[Ranking] Les 10 meilleurs arrières NBA du moment : Une entrée fracassante !

[Ranking] Les 10 meilleurs arrières NBA du moment : Une entrée fracassante !

Encore beaucoup de changements dans mes rankings temporels, avec 70% des joueurs présents dans le dernier opus qui ont pris la porte. DeMar DeRozan manque cruellement aux Raptors qui connaissent un moment difficile en termes de résultats, tandis qu’Evan Fournier et Avery Bradley viennent eux aussi de passer par la case infirmerie. Finalement ce poste qui a connu la domination de Micheal Jordan il y a une trentaine d’année n’est plus si important dans la NBA moderne qui voit des postes 2 cantonnés à des tâches défensives voir des shoots longue distance… c’est d’ailleurs la seule position qui voit régulièrement des remplaçants classés et classables.

Les critères pris en compte sont :

  1. Les 10 derniers matchs
  2. Avoir joué au moins 70% des matchs concernés
  3. Les résultats collectifs sur la période
  4. Pas de Hype
  5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe
  6. Les stats individuelles sur la période
  7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE RANKING PRÉCÉDENT

10-9. Gary Harris – Denver Nuggets (5-5)
13.3 pts à 48.2%, 3.5 rbds, 2.5 passes & 1.6 int en 29.3 mins (entrée/retour)
Jamal Murray – Denver Nuggets (5-5)
12.3 pts à 43%, 2.8 rbds, 2.1 passes & 0.6 int en 21.4 mins (entrée/retour)

Beau parcours actuel des Nuggets qui tentent de s’installer à la huitième place de la conférence ouest (seul seed qui n’a pas un bilan positif) après un début de saison douteux. Gary Harris pour la défense et l’explosivité d’entrée de match, Jamal Murray au relais pour mettre des points depuis le banc (18 points en 21 mins contre Milwaukee ou encore 18 points en 23 minutes à Phoenix), Mike Malone semble avoir trouvé l’équilibre qui manquait à sa rotation. Au moment d’établir ce ranking, il m’était impossible de ne pas citer ces deux joueurs, ni de les dissocier.

  1. Eric Gordon – Houston Rockets (5-5)
    15.8 pts à 37.9%, 2.9 rbds, 2.6 passes & 0.5 int en 30.1 mins (-5 places)

Lors de mon précédent ranking, Eric Gordon tournait à 20.9 pts à 50% les Rockets proposant alors un bilan de 9V-1D, ceci explique la chute du Hoosier dans ce classement. James Harden allait même jusqu’à le voir All-Star il y a un mois (le barbu a dû s’enflammer…). Cependant, il ne faut rien enlever au natif d’Indianapolis, son rôle en sortie de banc est primordial au jeu des Rockets. Les Texans sont toujours troisièmes de leur conférence et quand le septième choix de la draft 2008 s’adaptera aux schémas défensifs qu’on lui propose, il faudra s’attendre à ce que la bande de Mike D’Antoni fasse de nouveau trembler les ténors de la grande ligue.

  1. J.J. Redick – Los Angeles Clippers (5-5)
    16 pts à 41.7%, 2 rbds, 2.5 passes & 1.1 int en 31.4 mins (entrée/retour)

Retour pour J.J. Redick qui tente de surnager dans le marasme actuel des Clippers. Comme beaucoup de joueurs du vestiaire de Doc Rivers, son rendement dépend beaucoup des créations de Chris Paul (qui n’a pas mis un pied sur le terrain depuis le 16 janvier), néanmoins, il fait tout pour conserver son efficacité et tourne même à 47.2% à trois points sur les cinq derniers matchs.

  1. Tim Hardaway Jr. – Atlanta Hawks (6-4)
    14.6 pts à 42.1%, 3.5 rbds, 3.3 passes & 1 int en 28.9 mins (entrée/retour)

Tim Hardaway Jr. est en train de faire taire ses détracteurs (enfin Phil Jackson !). Remplaçant au pied levé le All-Star Kyle Korver (envoyé à Cleveland dans un énième processus de reconstruction enclenché par la franchise de la Géorgie), il explose depuis quelques semaines au point de rendre à Mike Budenholzer la confiance qu’il avait placée en lui la saison passée en attendant ce « tilt » qui le ferait devenir un autre joueur. Jeudi, il a pris feu face aux Rockets qui filaient tout droit vers une victoire facile avec 20 points d’avance à 8’27 du terme avant que l’ex-étudiant de Michigan devienne fou (c’est Mike D’Antoni qui le dit) pour terminer le match avec 33 points.

  1. Dwyane Wade – Chicago Bulls (5-5)
    19 pts à 42.9%, 5.8 rbds, 4 passes, 2.3 ints & 0.8 ct en 29.9 mins (entrée/retour)

Dur retour à Chicago pour Dwyane Wade qui n’avait pas l’habitude de se faire critiquer à Miami qu’il soit dans l’ombre ou non de LeBron James. Sur le papier, son association avec Jimmy Butler semblait des plus alléchantes l’été dernier, cependant, c’était avant qu’il ne critique ses coéquipiers et que les plus jeunes Bulls ne lui demandent d’en faire plus aux entrainements. Sur le terrain il est encore capable grosses prouesses individuelles (33 points lors d’une défaite contre Atlanta) ou encore de faire perdre la tête aux 76ers, mais Chicago n’a pas encore un bilan positif sur la saison, à peine sur la période qui m’intéresse, bien loin du standing du MVP des NBA Finals 2006 !

  1. Seth Curry – Dallas Mavericks (7-3)
    17.4 pts à 51.9%, 3.9 rbds, 2.6 passes & 1.3 int en 32.5 mins (entrée/retour)

Magnifique arrivée dans mon ranking pour Seth Curry qui a profité du début de saison compliqué dans l’équipe de mer** (c’est Rick Carlisle qui le dit !) de Dallas version 2016-17. Sans faire de bruit, il s’est installé dans le cinq de départ des Mavs, ses prestations étant déterminantes aux bons résultats actuels des champions NBA 2011. Vainqueurs récemment des Cavs et des Spurs (record en carrière pour l’ex-étudiant de Duke avec 24 points), l’équipe de Mark Cuban va connaître une fin de saison des plus intéressantes en luttant pour le huitième seed de la conférence Ouest dans un mini-championnat avec les Nuggets, les Blazers, les Kings et peut être même les Wolves.

  1. Klay Thompson – Golden State Warriors (8-2)
    21.1 pts à 43%, 4.4 rbds, 2.1 passes & 0.9 int en 33.8 mins (-1 place)

Klay Thompson arrive cette fois en troisième position du podium, et ce en raison des prestations et des résultats récents de Bradley Beal et Dion Waiters. Le Warrior reste régulier, il ne faiblit pas, sur les cinq derniers matchs, son plus petit total de points est de 16 unités à 63.6% lors d’une rouste infligée aux Clippers (144-98), pour un maximum de 29 points à 52.6% (dont 6 trois points) face à Charlotte.

  1. Bradley Beal – Washington Wizards (9-1)
    19.1 pts à 47.7%, 3 rbds, 3.9 passes & 1.9 int en 34.8 mins (+5 places)

Braley Beal joue actuellement le meilleur basket de sa carrière ! Présent dans mon troisième cinq All-NBA du mois de janvier, le Wizard fait trembler tous les défenseurs qui se proposent à lui. 23 points à 52.9% contre les Lakers, 28 points à 66.7% contre les Knicks, 31 points à 66.7% contre les Celtics actuellement troisièmes de la conférence Est, il ne dissocie jamais ses performances de John Wall et pense former le meilleur backcourt NBA avec le meneur All-Star.

  1. Dion Waiters – Miami Heat (10-0)
    21.5 pts à 51.2%, 4.2 passes, 4.8 rbds & 0.8 int en 32.2 mins (entrée/retour)

Récent joueur de la semaine NBA, Dion Waiters est la surprise du moment en NBA. Le quatrième chois de draft 2012 est passé du mal aimé (transféré par LeBron James au Thunder selon certains) au sauveur de Miami. Avant son retour à la compétition, les joueurs du Heat pensaient qu’ils seraient en vacances au printemps. C’était avant de remporter leurs dix derniers matchs, ils sont désormais à seulement deux victoires des Pistons, détenteurs provisoires de la huitième place qualificative aux playoffs. Associé à Goran Dragic et Hassan Whiteside, l’ex-étudiant de Syracuse est l’élément qui manquait à Miami, son game winner face aux Warriors en a étonné plus d’un pour qu’il réédite une telle performance face aux Nets deux jours plus tard, alors que les Floridiens étaient menés de 18 points. Certes Dion Waiters n’est pas le meilleur shooting guard de la NBA, cependant, sur les dix derniers matchs, c’est bien lui qui mérite cet honneur.

Entrés/Retours dans le ranking : Gary Harris (Nuggets), Jamal Murray (Nuggets), J.J. Redick (Clippers), Tim Hardaway Jr. (Hawks), Dwyane Wade (Bulls), Wesley Matthews (Mavs) & Dion Waiters (Heat).
Sortis du ranking : Evan Fournier (Magic), Nicolas Batum (Hornets), Avery Bradley (Celtics), C.J. McCollum (Blazers), Tony Allen (Grizzlies), Victor Oladipo (Thunder) & DeMar DeRozan (Raptors).

1 Comment

  1. Dion Waiters, si on m'avait dit ça un jour je n'y aurais pas cru mais c'est mérité

Leave a Reply