Chandler Parsons : « Voir que Vince Carter était mon back-up en arrivant à Memphis m’a carrément choqué ! »

Chandler Parsons : « Voir que Vince Carter était mon back-up en arrivant à Memphis m’a carrément choqué ! »

Abonné aux blessures depuis maintenant presque trois saisons, Chandler Parsons a des difficultés à prouver à Memphis qu’il mérite le contrat max qu’il a signé l’été dernier. Si sa santé est une bonne excuse, le joueur peine à revenir. Heureusement, il y a du mieux : ce soir face à son ancienne équipe des Mavericks, il jouera son premier back-to-back de cette campagne 2016-17. L’ailier explique où il en est.

Ce qui m’embête le plus c’est mes genoux. Ils me font mal et c’est frustrant de voir que je ne suis pas à 100%, que je n’ai pas la même explosivité. Mais je pense qu’il y a aussi une bonne partie qui est dans ma tête. J’ai des douleurs physiques mais je me sens suffisamment bien pour jouer, même si bien sûr à la fin, c’est douloureux. Ce qui est positif là-dedans c’est que j’ai déjà traversé ce type de situation. J’ai l’habitude. Je connais mieux mon corps maintenant. Et, comme je l’ai dit, il y a une bonne part de mental. Personne ne veut bien jouer autant que je le veux. J’entends dire de beaucoup de joueurs qu’ils sont frustrés, mais croyez-moi, ils ne sont pas plus frustrés que moi ! Je suis content de jouer à Dallas vendredi pour mon premier back-to-back de la saison. » Chandler Parsons

En tout cas, même s’il y a dans ses dires, du mieux, Parsons veut faire plus. Il estime qu’il est encore loin de son niveau. Honnêtement, on a l’impression que ça fait bien longtemps que l’on entend ça de sa part. Cela ne l’a pas empêché de signer un contrat à 94 millions de dollars cet été.

Je suis venu ici avec beaucoup d’espoir. Je suis un joueur avec un contrat max, je gagne beaucoup d’argent et je ne joue pas dans mes standards actuellement. Je comprends que certains puissent être déçus, mais d’un autre côté je vois aussi à quel point je travaille. Je sais aussi à quel point j’ai été bon dans ma carrière et je n’ai aucun doute sur le fait que je retrouverai ce niveau ! » Chandler Parsons





Côtoyant aujourd’hui tous les jours Vince Carter à Memphis, Parsons a devant lui, un bel exemple d’un joueur qui a réussi à durer à haut niveau malgré plusieurs blessures.

C’est incroyable d’être avec lui. Il était l’un de mes joueurs préférés quand j’étais jeune, alors voir qu’il était mon back-up en arrivant à Memphis m’a carrément choqué ! Il est génial ! Je bosse avec lui tous les jours après les entraînements. Il me répète toujours de garder confiance et d’être sûr des raisons pour lesquelles je suis là. Comme tout le monde dans l’équipe d’ailleurs. Ils me voient aller mieux de jour en jour, ils me voient bosser… Mais aussi, il me voient stresser, ils me voient me frustrer. Ils croient en moi ! C’est pour ça que je suis venu ici, pour jouer avec ces gars généreux qui ne pensent qu’à la victoire. Leur volonté est de faire ce qu’ils peuvent pour m’aider moi aussi à gagner tout en retrouvant le niveau auquel je peux évoluer. » Chandler Parsons

Tournant à 6.1 points en 19.5 minutes de temps de jeu moyen, Parsons réalise actuellement sa pire saison en carrière. Ses meilleures années à Houston semblent maintenant loin… Et on ne peut qu’avouer qu’on est peut-être un peu moins optimiste que lui quant à ses chances de casser la baraque à nouveau. Pourtant, au vu des dollars qu’ils lui donnent, c’est sûrement le minimum de ce qu’attendent les dirigeants de Memphis !

Via Commercial Appeal

Facebook Comments

Leave a Reply