[Draft 2017] Le jeu en pénétration de Lonzo Ball peut-il l’empêcher d’être une superstar ? Son plus gros défaut ?

[Draft 2017] Le jeu en pénétration de Lonzo Ball peut-il l’empêcher d’être une superstar ? Son plus gros défaut ?

Après avoir étudié deux parmi les meilleurs meneurs de cette draft à venir, Markelle Fultz et Dennis Smith, place à un autre de ces énormes meneurs de cette cuvée : Lonzo Ball. Même sans suivre la NCAA, vous n’avez pas pu passer à coté de ce petit phénomène médiatique qu’est Ball à UCLA.

Après avoir décortiqué son jump-shot atypique mais efficace, focus cette fois sur l’autre aspect de son scoring : le jeu en pénétration.

En l’état, Ball est assez limité pour aller scorer au panier de manière qualitative et quantitative. S’il faut lui reconnaître d’y arriver quand il faut (quelques drives très clutchs cette saison), il n’est pas très abouti dans l’exercice. Autant d’un point de vue technique, que (et surtout) dans son agressivité.





Ball ne cherche tout simplement pas assez à attaquer le cercle. Il fuit clairement le contact, et son très faible total de lancers francs tentés par match (2.7) illustre bien cela.

Bien qu’il peut largement compenser avec du shoot et sa distribution du jeu, il lui faudra tout de même s’améliorer en pénétration pour atteindre un niveau de star en NBA. Ne serait-ce que pour être plus imprévisible, ou être en mesure de prendre à revers un défenseur qui s’attend à ce qu’il dégaine un jump-shot. Images à l’appui.

Retrouver tous les NBEinstein ici

Voir aussi :

Facebook Comments

Leave a Reply