So Spurs !

So Spurs !

Lors du shootaround, auquel Kawhi Leonard a participé, Gregg Popovich a semé le doute sur la participation de sa star, mais on pensait vraiment qu’il serait présent pour ce match capital. Une fois de plus Gregg Popovich a pris tout le monde à contre-pied et a décidé de le garder au chaud pour un éventuel Game 7, qui sera finalement un Game 1 des finales de conférence. Privés de Tony Parker et Leonard, les Spurs ont fait du Spurs. Spécialistes pour gagner avec des équipes B durant la saison régulière, cette nuit ils ont sorti une incroyable performance collective pour s’offrir une 4ème victoire dans cette série. So Spurs !était pourtant prévenu puisque lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait de la possibilité que Leonard soit absent, il avait répondu au shootaround.

« Ils ont beaucoup d’armes. » D’Antoni

En effet, ils ont montré qu’ils avaient de la ressource et un état d’esprit irréprochable.

« Quand l’adversité vous frappe, vous avez deux options. Vous pouvez vous plaindre, pleurer, vous appitoyer sur votre sort, ou alors vous regrouper, vous endurcir, jouer à votre meilleur niveau et donner le meilleur de vous. C’est ce que nous avons fait. » Pau Gasol

« Nous étions prêts à finir la série, nous l’avons montré ce soir. » Jonathon Simmons

Cette nuit ils ont été nombreux à briller ou à être à la hauteur, Jonathon Simmons, qui a remplacé Leonard dans le 5, Patty Mills, Pau Gasol, Dejounte Murray et bien sûr LaMarcus Aldridge, homme du match.

« Tout le monde a élevé son niveau. 4, 5 ou 6 joueurs ont fait un bon match. Tout le monde a contribué. Ce n’était pas un joueur qui a scoré 40 points, c’était vraiment un effort collectif. » Gregg Popovich

« Kawhi est un super joueur, mais nous avons des gars qui sont prêts à jouer. Chaque gars dans cette équipe fait du travail supplémentaire pour être prêt. Je n’étais pas inquiet. » Aldridge

Ils sont parfaitement rentrés dans leur rencontre et après avoir été menés une fois 5-4, ils ont pris les commandes puis se sont petit à petit envolés dans un Game 6 qui a tourné à la démonstration avec un écart qui a culminé à 42 points ! Les Rockets étaient méconnaissables et les Spurs récitaient eux leur basket comme ils le font depuis tant d’années.

« Ca fait mal, ça pique. » James Harden

Parmi les clés du match, il y a eu la domination intérieure, attendue depuis le Game 1. Dans ce secteur les Spurs avaient été très décevants mais cette nuit ils inscrivent 62 points dans la raquette et dominent 60-37 au rebond sous l’impulsion d’Aldridge et Gasol.

« Nous y sommes finalement arrivés dans le Game 6. » Gasol

L’écart final de 32 points est tout simplement le plus gros à l’extérieur en playoffs dans l’histoire de la franchise, en plus sans deux MVP de finales.

« Personne ne s’attendait à ça. Cela vous montre que chaque soir en NBA n’importe quoi peut se produire, même en playoffs. » Danny Green

Via San Antonio Express News

 

Facebook Comments

Leave a Reply