Le jeu du GM: la Trade Deadline, The Phoenix Suns’ Edition, Ep. 24

Le jeu du GM: la Trade Deadline, The Phoenix Suns’ Edition, Ep. 24

Alors que les cendres de la trade deadline sont encore chaudes, on a décidé de se mettre à la place des GMs pour les jours qui la précèdent voir ce qu’on aurait fait, ce qu’on aurait voulu faire et ce qu’on a pas pu faire. J’ai ainsi donné pour mission à Anthony Dubourg (contributeur sur Débat-Sport, invité régulier de l’Echo des Parquets) de prendre une équipe en difficultés, les Suns de Phoenix en l’occurrence, et d’essayer de monter des transferts pour sérieusement améliorer son effectif. Pour ma part, je prendrai le rôle de chacun des GMs qu’il contacte pour réaliser ses transactions espérées.
[Précédemment: …, épisode 20, épisode 21, épisode 22, épisode 23]
___________________________________
February 23, 2017 – 14:59 ET
.
Proposition d’Anthony, GM des Suns
.
Les Phoenix Suns envoient: choix du second tour de Phoenix (2017)
Les Denver Nuggets envoient: Emmanuel Mudiay
.

.
J’appelle, ou plutôt rappelle, mon homologue des Nuggets à la dernière minute. Je le félicite d’abord pour sa performance, son patient travail d’architecte place la franchise du Colorado à la 8e place, soit en bonne position pour se qualifier en playoffs.Dans le même temps, je remarque un boulet qui traîne à sa cheville. La reconfiguration de son effectif opérée, la logique sportive des Nuggets consiste à construire tout de suite en vue de capitaliser sur une première expérience d’après saison. Opportuniste, mon interlocuteur devra utiliser les fenêtres de tir susceptibles de se présenter sur le marché des agents-libres pour consolider son succès.

Or, le fameux Emmanuel Mudiay, qui devait porter la formation sur ces épaules… régresse! Sur le plan statistique, le bilan est absolument désastreux au point que le jeune homme se voit menacer d’être relégué à la troisième place de la hiérarchie à son poste. S’il est privé de temps de jeu alors que Denver initie sa remontée, qu’en sera-t-il dans un an?

La cote du prospect sur le marché connaît une véritable chute libre. Et pour cause!

Investi du costume, bien trop grand, de franchise player par défaut, Mudiay a pu jouer une saison complète en qualité de joueur star à fort temps de jeu autour duquel on entendait construire. Cette opportunité exceptionnelle est rarissime en NBA, et nombre de basketteurs ont connu l’échec dans la ligue faute d’avoir ne serait-ce que le dixième d’une chance pareille.

Je mets donc dans la balance un choix du second tour qui devrait se trouver dans la brochette #32-#35, soit un joueur du calibre du premier tour avec une flexibilité salariale maximale. Je signifie en revanche au GM des Rocheuses que l’offre est ferme et non-négociable, je doute encore de sa pertinence. Comme le disait le très sage homonyme de Schopenhauer, ce sera « à prendre ou à laisser ».

___________________________________
February 23, 2017 – 14:59:47 ET
.
Contre-proposition de StillBallin, GM momentanée des Nuggets
.

Ça fait une bonne heure que je me démène pour trouver un moyen de convaincre les Hornets de me céder Michael Kidd-Gilchrist et alors qu’il ne reste plus que quelques minutes avant la date limite des transferts, un de mes assistants tire timidement sur ma manche: les Suns nous proposent leur choix de draft du second tour 2017 en échange d’Emmanuel Mudiay. Cette offre est non négociable, ajoute le jeune subordonnée d’une voix fluette.

En quelques dixièmes de secondes, mon esprit a fait le tour de la question. Drafter Mudiay constituait un pari et celui-ci est en train d’être perdu. Depuis son arrivée dans la ligue en 2015, le meneur a malheureusement démontré que son niveau de départ était assez loin de celui d’un meneur titulaire et qu’il n’avait pas fait preuve d’une capacité de progression suffisamment rapide et importante pour laisser espérer qu’il pourra l’atteindre un jour. Mudiay est athlétique, bon dribbleur et volontaire mais c’est à peu près tout.

Mais il n’a que 21 ans. Il est trop tôt pour abandonner le projet qu’il est, surtout après avoir investi un haut choix de draft sur lui. Ou du moins, il est trop tôt pour l’abandonner pour un seul choix de draft du second tour.

Mudiay a encore du potentiel. Vraisemblablement pas celui d’un meneur titulaire mais peut-être celui d’un sympathique role player, plutôt au poste 2 (ou sur le poste 1 avec un meneur de facto comme LeBron James ou James Harden a ses côtés). Le congolais n’est pas réellement un bon défenseur mais avec ses qualités athlétiques et du temps, il pourrait le devenir et je pense qu’on peut espérer voir en lui, à terme, un catch and shooteur correct (36 % à trois points en réception de passe, sur deux tentatives par match, cette année).

Parvenir à convertir Mudiay en un solide Three’n’Dee pouvant évoluer sur les trois postes extérieurs serait une issue très acceptable à l’échec du plan de départ qui était de faire de lui le meneur titulaire de la franchise (pour ne pas dire le leader de l’équipe). Ce role player-là aurait aussi le dribble et le soupçon de créativité et de passing instinct pour être un peu plus qu’un défenseur-shooteur et offrir des solutions secondaires face aux plus grosses défenses.

Ce role player est pas mal du tout même s’il ne s’agit là encore que de potentiel, comme depuis le début de la carrière du jeune homme. Je peux au choix miser sur ce potentiel ou compter sur le fait qu’une autre franchise voit ce potentiel (voire celui d’un meneur titulaire, certains dirigeants n’ont peut-être pas encore fait une croix sur ce futur-là) et soit prête à m’offrir une contrepartie intéressante en échange.

Cette contrepartie devra toutefois être supérieure au 2nd round pick (certes tout en haut du tableau) proposé par Phoenix. Le potentiel de Mudiay a pour l’instant encore à mes yeux une valeur plus importante que cela.

J’indique à mon assistant qu’il peut refuser poliment la proposition des Suns tout en glissant à son interlocuteur arizonien qu’il pourrait être intéressant de prolonger cette discussion autour du n°7 de la draft 2015 lors de la prochaine ouverture du marché des transfert, l’été prochain. J’aimerais quand même les faire un peu cracher au bassinet. S’ils n’avaient pas fait volte-face, il y a quelques jours, Dragan Bender serait actuellement dans mon roster. Je l’ai encore un peu en travers de la gorge.

.

___________________________________
February 23, 2017 – 15:00:00 ET
LA LIMITE DE LA PÉRIODE DES TRANSFERTS EST DÉSORMAIS PASSÉE
___________________________________

(Dernier) A suivre.

StillBallin (@StillBallinUnba)

Leave a Reply