Bouna Ndiaye sur Jonathan Jeanne : « Il va rentrer en France pour faire des contre-expertises »

Bouna Ndiaye sur Jonathan Jeanne : « Il va rentrer en France pour faire des contre-expertises »

Invité de l’émission Stade 2 sur France 2, Nicolas Batum et Bouna Ndiaye ont réagi à la terrible nouvelle qui a touché Jonathan Jeanne il y a de cela 10 jours. Le Français a vu son rêve de NBA se briser du jour au lendemain et à moins de 15 jours de la draft car des tests lui ont diagnostiqué le syndrome de Marfan (maladie génétique du tissu conjonctif qui touche l’ensemble des organes du corps humain dont le système cardio-vasculaire).

« C’est une épreuve très compliquée pour Jonathan, dans le sens où son rêve de jouer en NBA aujourd’hui est stoppé. La NBA lui dit non, tu es atteint d’une maladie grave, tu ne pourras pas intégrer la NBA. Il est encore avec moi ici à Dallas. Notre rôle aujourd’hui c’est de l’accompagner, on parle énormément avec lui. D’abord pour mettre des perspectives à la vie. Ensuite il va rentrer en France la semaine prochaine pour faire des contre-expertises. Parce que c’est important d’avoir l’avis de nos médecins français. Et voir ensuite ce qu’on va faire. Mais pour l’instant c’est perspective sur son avenir, son futur et aller refaire une expertise médicale » Bouna Ndiaye

« C’était un peu la même histoire. Moi c’était après des tests à Toronto, on m’avait dit que j’avais des problèmes au cœur liés au décès de mon père alors que mon père n’était pas du tout décédé d’une crise cardiaque mais d’une rupture d’anévrisme. Ils ont fait le rapprochement et on a connu une dizaine de jours pas drôles, plus personne ne voulait me voir en NBA, plus personne ne voulait m’essayer en NBA. J’étais aussi avec Bouna Ndiaye donc on a connu la même histoire il y a 9 ans de ça maintenant. Moi ça s’est bien terminé, heureusement pour moi. Mais c’est vrai que quand Bouna m’a appelé il y a quelques semaines pour me dire je suis en train de revivre exactement ce que j’ai vécu avec toi, sauf que là il y a beaucoup moins d’espoir… Ça m’a fait mal pour Bouna et surtout pour Jonathan parce que je sais par où il est passé. Et quand il n’y a pas forcément un bon dénouement à la fin, à quelques jours de la draft… C’est horrible » Nicolas Batum

Facebook Comments

Leave a Reply