[Interview] Mathias Lessort : « Ronny Turiaf a été mon grand frère »

[Interview] Mathias Lessort : « Ronny Turiaf a été mon grand frère »

Le Martiniquais a été sélectionné en 50e position par les Sixers. Une soirée stressante, mais sans grand moment de doute absolu non plus. Pour la suite, c’est par contre moins clair, même s’il bénéficie d’un soutien de choix…

[Interview] Frank Ntilikina : « On joue au basket pour vivre toutes ces émotions »

Mathias, comment as-tu vécu un peu tout ça ? Ça avait l’air très compliqué pendant les 19 premiers choix du second tour…

Quand tu entends ton nom, la pression redescend. Je suis quand même content d’être là, d’avoir été appelé. Mes agents me tenaient au courant au fil de la soirée, donc ça allait… Là je réalise, mais je suis encore un peu dans le stress. Ce n’est pas une fin en soi, c’est quelque chose qui commence, maintenant il ne faut pas se relâcher.

Sans vouloir être trop dramatique, as-tu craint le pire (Thomas Heurtel en 2011 et Mam Jaiteh en 2015 avaient fait le déplacement pour rien…) ?

Non, on n’a jamais pensé à ça. On savait qu’il y avait plusieurs équipes qui voulaient me prendre, du coup je n’ai pas paniqué, mais ça a été un peu long !

Tu n’avais pas eu de contact avec Philly pourtant, si ?

Je n’ai pas fait de tests avec eux non ! Après je connais très bien Timothé. C’est une équipe très, très jeune, avec beaucoup de bons joueurs.

Tu as une idée sur la suite (il avait notamment était annoncé à Bamberg juste avant la draft) ?

Pour l’instant ce n’est pas moi qui décide, on va voir avec eux.

Comment s’est passé ton séjour ici ?

Ça a été super vite. Je suis parti juste à la fin des playoffs (il jouait en quart avec Nanterre jusqu’au 24 mai). J’ai pris 3-4 jours pour m’acclimater et après je suis allé faire plein de workouts avec plein d’équipes (Phoenix, Utah, Atlanta, Houston, Boston, Orlando, Milwaukee… entre autres). C’est vraiment beaucoup de travail, c’est fatiguant et c’est compliqué. Mais bon, ça vaut le coup. Je suis vraiment content d’être là.

Tu as une bonne relation avec Ronny Turiaf aussi…

Il a été le grand frère, il m’a donné plein de conseils, sur ce qui allait se passer une fois que j’arrivais ici. Il m’a vraiment donné de bons conseils. J’ai essayé et j’essaie toujours de les appliquer. Il est aussi très positif.

Propos recueillis par Antoine Bancharel, à Brooklyn

Leave a Reply