[Interview] Cyrille Eliezer-Vanerot rêve toujours de NBA

[Interview] Cyrille Eliezer-Vanerot rêve toujours de NBA

Cyrille Eliezer-Vanerot (20 ans, 2m02), ailier du Paris-Levallois, s’était inscrit à la draft avant de finalement retirer son nom. Il était présent ce weekend au Quai54, l’occasion d’échanger rapidement avec lui.

Bonjour Cyrille, et merci de nous accorder quelques instants. Tout d’abord, pour un Parisien comme toi, qu’est-ce que ça fait de jouer au Quai 54 ?

Pour un Parisien, on va dire que c’est pas la base mais c’est quelque chose dont on rêve tous ! Petit, on y va et quand on grandit, on essaye de le faire.

Après une saison de Pro A dans un contexte assez cadré, est-ce que c’est pas aussi un moyen de jouer plus libre ?

C’est sûr que ce n’est pas le même jeu. En Pro A c’est la compétition. Là, il y en a aussi mais l’enjeu est moindre. On se fait vraiment notre équipe entre amis, on joue avec eux et on prend du plaisir : on se lâche, on joue. Après, on vient pour gagner quand même parce qu’on est des compétiteurs.

Tu t’es retiré de la draft cet été, c’est pour mieux rebondir l’année prochaine ?

J’espère que ça va se passer comme ça. Je vais tout faire pour. Je serai auto-éligible l’an prochain, je vais faire ma saison avec Levallois, mettre mon nom à la draft et ensuite je verrai comment ça se passe au fur et à mesure de la saison. Mais si ça se finit comme ça, je signe direct !

Il y a plusieurs joueurs avec ton profil de 3&D qui ont réussi à jouer en NBA comme Axel Toupane ou Timothée Luwawu-Cabarrot, est-ce que tu es en contact avec eux ?

Je connais Axel seulement de nom, je connais un peu plus Timothée mais on n’est pas vraiment en contact.

Pendant la finale, tu vas sûrement défendre sur Evan Fournier, qu’est-ce que ça t’inspire ?

On a eu à peu près le même parcours dans nos années jeunes ! Il a joué dans la sélection du Val-de-Marne, moi aussi, puis ensuite le pôle à Châtenay-Malabry puis l’INSEP, comme moi. On va dire que c’était l’exemple à suivre dans notre département. Comme on dit, c’est un peu l’élève qui va défier le maître.

On a aperçu Louis Labeyrie, il revient de la Summer League avec les Knicks, vous en avez discuté ?

Oui, il m’en a parlé ! Apparemment, ça s’est bien passé pour lui. Je l’ai suivi d’ici parce qu’on est de bons potes et qu’on joue depuis 3 ans ensemble. On sait qu’en summer league, tout le monde veut se montrer, le staff avait l’air assez content de lui donc c’est assez positif ! »

Propos recueillis par Hugo Givernaud 

Facebook Comments

Leave a Reply