Kobe Bryant, Kawhi Leonard et Gregg Popovich, les 3 conversations clés de l’offseason de Rudy Gay

Kobe Bryant, Kawhi Leonard et Gregg Popovich, les 3 conversations clés de l’offseason de Rudy Gay

Autant en manque de victoires que de reconnaissance ces 4 dernières années à Sacramento, Rudy Gay espère cette saison se rappeler au bon souvenir de ceux qui ont oublié ses saisons à Memphis. Pour ça, l’ailier n’a pas fait dans la demi-mesure en signant à San Antonio, l’équipe qui n’a plus manqué les playoffs depuis… 20 ans. C’est un coup de fil de Gregg Popovich le 1er juillet qui a mené le 8ème choix de la draft 2006 dans le Texas.

Le coach des Spurs avait un simple question pour lui. Avait-il oui ou non passé un accord avec une équipe depuis l’ouverture de la free agency ? Ce n’était pas le cas.

« Il a dit ‘bon, alors ne signe pas ailleurs, viens ici’. Il plaisantait bien sûr, mais plus on parlait… Il me parlait des possibilités. Quel type de joueur je pouvais être. Quel type de joueur il pensait que j’étais et comment je pouvais aider cette équipe » Rudy Gay
Vendu, Gay a signé pour 2 ans et 17 millions de dollars. Pas tout de suite néanmoins. Mais après avoir étudié toutes les options qui s’offraient à lui, choisir les Spurs lui est apparu comme simplement logique.
« C’était un moment ‘do or die’ pour ma carrière je pense. Je voulais rejoindre une franchise réputée pour gagner et qui pouvait m’aider à amener mon jeu au palier suivant » Rudy Gay

Neuf mois après sa rupture du tendon d’Achille, Gay arrive dans le timing parfait pour le début de saison.

« Je me sens super bien. Je sais que beaucoup de gens vont dire que je ne vais pas dire le contraire. Mais c’est vrai. Je travaille dur et je suis prêt à jouer » Rudy Gay

Durant son absence et sa rééducation, quelques discussions avec Kobe Bryant l’ont aidé à rester motivé. Et affamé.

« J’étais énervé, je me suis entraîné énervé. Comme un animal » Rudy Gay

Connu pour ses talents de scoreur (18.4 points de moyenne en carrière), Gay sait qu’il devra en montrer plus chez les Spurs. Cet été, il s’est entretenu avec Kawhi Leonard pour lui demander comment il pourrait au mieux l’aider sur le terrain.

« Je ferai tout ce qu’il faut. Si je suis le 6ème homme, je serai le meilleur 6ème homme de la ligue. Si je suis titulaire, je vais essayer d’être un des meilleurs ailiers de la ligue. Je suis comme ça » Rudy Gay

En cas de bonne saison, Gay pourra décliner sa player option de 8.8 millions de dollars pour aller chercher un plus gros contrat pour 2018-19. Mais pour le moment, ce n’est pas sa priorité.
« Je suis un Spur. Je suis un Spur pour la vie » Rudy Gay

via San Antonio Express News

Facebook Comments

Leave a Reply