Avery Bradley a changé les Pistons

Avery Bradley a changé les Pistons

Lorsque les Pistons ont récupéré cet été Avery Bradley en provenance des Celtics alors que ces derniers tentaient de dégraisser pour signer Gordon Hayward, on savait qu’ils avaient fait une très bonne affaire. Cela se confirme en ce début de saison puisque si Detroit pointe actuellement en seconde place à l’Est, l’arrière n’y est pas étranger. L’équipe de Stan Van Gundy est très solide défensivement et il a bien sûr contribué à la faire progresser sensiblement.

« Je l’ai dit plusieurs fois, mais il a vraiment changé l’attitude défensive de notre équipe. Il ne mérite pas tout le crédit – l’arrivée de Stanley (Johnson) dans le 5 a aussi aidé – mais nous défendons bien mieux avec Avery sur le terrain. » Van Gundy

Si son agressivité en défense est contagieuse, il est aussi performant offensivement, dans la continuité de sa saison passée aux Celtics. On a un peu tendance à l’oublier mais la saison dernière il était le second meilleur scoreur à Boston avec tout de même 16.3 points par match. Cette nuit face aux Kings il a signé 24 points à 10/15 dont 3/6 à 3-pts. C’est son second match de suite à au moins 23 points et le 3ème sur les 4 derniers.

« Nous ne sommes pas surpris par ce qu’il peut faire offensivement. C’est un très bon pull-up shooter. Il est rapide. Il est bon en sortie d’écrans. Il essaye vraiment plus d’attaquer le cercle que par le passé. Nous aimons ce qu’il fait. » SVG

« Je pense que mon rôle l’an passé était un peu différent. J’ai fait ma meilleure saison au scoring et je pense que désormais on s’attend à ce que je sois performant des deux côtés du terrain. Chaque année depuis que je suis en NBA j’ai voulu progresser en attaque et mes moyennes ont augmenté chaque saison. » Bradley

Sa capacité à manier le ballon et à créer en dribble est très importante pour l’attaque sur demi-terrain des Pistons. Un plus que n’avait pas un joueur comme Kentavious Caldwell-Pope. Cela permet de diversifier le jeu de Detroit, qui adorait l’an passé jouer le pick & roll haut avec Andre Drummond et qui se contentait de ça.

« Quand vous avez une menace comme Andre Drummond près du cercle, cela rend les choses différentes, vous avez plus d’options. » Bradley

Via ESPN et Detroit News

Leave a Reply