[Ranking] Les 10 ailiers forts NBA du moment

[Ranking] Les 10 ailiers forts NBA du moment

Avec la moitié des ailiers forts renouvelés pour établir ce ranking, on trouve un niveau des plus homogènes depuis le début de saison. Si Anthony Davis domine toujours son poste, LaMarcus Aldridge montre le bout de son nez tandis que Kristaps Porzingis chute au classement.

Les critères pris en compte sont :
1. Les 10 derniers matchs.
2. Avoir joué au moins 70% des matchs concernés.
3. Les résultats collectifs sur la période.
4. Pas de Hype.
5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe.
6. Les statistiques individuelles sur la période.
7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

10. Michael Beasley – New York Knicks (5-5)

  • 15.9 pts à 50.8%, 6.1 rbds, 1.8 passe & 0.7 int en 23 mins (entré dans le ranking)

Entrée très intéressante pour Michael Beasley dans ce ranking. Cantonné au fond du banc en début de saison (4.4 points en 12 mins au mois d’octobre), l’ex-numéro 2 de la draft a su profiter des pépins physiques de Kristpas Porzingis pour retrouver la confiance de son coach (Hornacek l’avait coaché à Phoenix). Six fois titulaire cette saison, il a pu montrer tout le monde le monstre offensif qui dormait encore en lui (20.2 pts à 54.7, 5.3 rbds, 1.8 passe & 1.2 ct en 27.8 mins sur 6 match en tant que starter). Depuis dix matchs, il ne baisse pas le pied, et même avec le retour du Letton à la compétition il a forcé le technicien à lui trouver du temps de jeu aux côtés de la « licorne » new-yorkaise.

9. Taj Gibson – Minnesota Timberwolves (7-3)

  • 12.9 pts à 61.7%, 7.2 rbds, 0.7 passe & 1.1 ct en 35 mins (+1 place)

Taj Gibson continue sur sa lancée. Son coach retrouvé à Minneapolis, l’ex-Bull n’a pas bougé du cinq de départ de Wolves et n’est pas prêt de retrouver le banc. Son activité défensives et le sale boulot qu’il abat en a toujours fait un joueur à part et encore plus en jouant aux côtés du talentueux Karl-Anthony Towns, comblant encore certaines lacunes défensives du Dominicain.

8. Serge Ibaka – Toronto Raptors (7-3)

  • 16.3 pts à 51.3%, 7.1 rbds, 1 passe & 1.4 ct en 29.8 mins (entré dans le ranking)

Toronto continue son rythme élevé au sein de la conférence est, et Serge Ibaka a su être l’apport intérieur qui manquait tant à la franchise canadienne ses dernières saisons. Sans jamais s’imposer tel le All-Star que l’on pensait qu’il deviendrait, il arrive parfois à faire la différence un temps en attaque (24 points face aux Hornets) ou en défense (12 rebonds & 3 contres face aux Mavericks).

7. Kristaps Porzingis – New York Knicks (5-5)

  • 21.6 pts à 40%, 6.9 rbds, 1.5 passe, 0.8 int & 2.9 cts en 33 mins (-4 places)

Après un début de saison qui le fit rentrer dans l’histoire (statistique) des Knicks, Kristaps Porzingis voit une fois de plus son corps ne pas supporter les joutes NBA. Haut de ses 2.22 mètres, le Letton a encore besoin de se renforcer pour nous laisser profiter de son talent unique soir après soir. Cependant, le quatrième choix de la draft 2015 fait encore le taf, et si sa réussite est en berne, New York est toujours dans la course aux playoffs.

6. Zach Randolph – Sacramento Kings (5-5)

  • 18.9 pts à 54.7%, 7.9 rbds, 2.3 passes & 0.7 int en 27.3 mins (entré dans le ranking)

Annoncé sur la pente descendante par David Fizdale l’an passé lors de l’arrivée de l’ex-assistant coach du Heat à Memphis, Zach Randolph a repris le goût du jeu depuis son arrivée à Sacramento. Leader d’une franchise en pleine reconstruction, il fait fureur cette saison en imposant sa grande carcasse sous le panier de ses adversaires. Les Kings restent sur un surprenant bilan sur la période qui nous intéresse et le doit bien à son intérieur vétéran.

5. Carmelo Anthony – Oklahoma City Thunder (8-2)

  • 15.9 pts à 43.4%, 4.8 rbds, 1.6 passe & 0.4 int en 33.7 mins (entré dans le ranking)

Carmelo Anthony aurait-il enfin trouvé ses marques dans le jeu offensif du Thunder ? Après deux mois à se chercher en tant que troisième option offensive de son équipe (une première depuis son arrivée dans la ligue en 2003), il semble enfin prouver qu’il avait bien raison de vouloir quitter les Knicks. Plus personne n’arrête OKC en ce moment et sur les cinq derniers matchs il tourne à 19.2 points à 46.1 %, trouvant pas moins de 15.2 shoots par match… pas mal quand on joue derrière Russell Westbrook et Paul George.

4. Nikola Mirotic – Chicago Bulls (8-2)

  • 18.3 pts à 51.6%, 8.1 rbds, 1.1 passe & 0.4 int en 26.5 mins (entré dans le ranking)

Écarté des terrains suite à son altercation avec Bobby Portis, Nikola Mirotic a commencé sa saison seulement le 3 décembre. Un retour à la compétition synonyme de salvation pour des Bulls qui végétaient au fond du classement de leur conférence. Depuis, Chicago n’est plus bon à prendre, même pour les meilleures équipes de la ligue, Boston, Philadelphie, Milwaukee ou encore New York en ont fait les frais. Le Montenegro-espagnol a changé l’esprit de compétition des jeunes joueurs de Fred Hoiberg et la course aux playoffs est lancée dans l’Illinois.

3. Giannis Antetokounmpo – Milwaukee Bucks (5-5)

  • 28.4 pts à 54%, 10.7 rbds, 4.8 passes & 1.9 int en 40 mins (-1 place)

Souvent associé à Kareem Abdul-Jabbar en ce moment en raison de statistiques hors du commun, Giannis Antetokounmpo continue sa saison comme il l’avait commencé en étant un danger de tous les instants pour les défenses NBA. Ses 27 points, 14 rebonds, 8 passes et 2 interceptions pour venir à bout de LeBron James et des Cavaliers a marqué les esprits, mais sans vraiment surprendre, car tout est possible avec le Greek Freak.

2. LaMarcus Aldridge – San Antonio Spurs (7-3)

  • 20.7 pts à 46.3%, 8.8 rbds, 1.7 passe & 1.1 ct en 34 mins (+3 places)

Les semaines se passent et LaMarcus Aldridge s’affirme encore comme le leader des Spurs. Gregg Popovich ne cesse de louer les performances de son intérieur et comme il l’a bien résumé il y a peu où en seraient les Texans cette saison s’ils n’avaient pas Aldridge avec eux. Régulier en attaque comme en défense, il est toujours la cible des schémas défensifs adverses car quand il passe à travers comme il y a peu face au Jazz (11 points à 4/11) c’est tout San Antonio qui flanche ; en attendant le retour en forme de Kawhi Leonard.

1. Anthony Davis – New Orleans Pelicans (6-4)

  • 25.9 pts à 56%, 9.1 rbds, 1.9 passe, 0.8 int & 3.1 cts en 35.4 mins (=)

La Nouvelle Orleans n’est pas encore l’équipe la plus régulière qui soit, mais son ailier fort fait le taf tous les soirs. Son association avec DeMarcus Cousins ne fait plus débat et Rajon Rondo sait trouver le premier choix de la draft 2012 les yeux fermés. À noter qu’Anthony Davis ajoute une nouvelle arme à son arsenal office avec 60% de réussite à trois points sur les cinq derniers matchs, dont un joli 4/4 face aux Nets il y a deux jours.

Entrés dans le ranking : Nikola Mirotic (Bulls), Carmelo Anthony (Thunder), Zach Randolph (Kings), Serge Ibaka (Raptors), Michael Beasley (Knicks).
Sortis du ranking : Ryan Anderson (Rockets), Marcus Morris (Celtics), Tobias Harris (Pistons), Paul Millsap (Nuggets), Draymond Green (Warriors).

Leave a Reply