[Que sont-ils devenus ?] Les meilleurs joueurs de High School 2010

[Que sont-ils devenus ?] Les meilleurs joueurs de High School 2010

Nouvel opus de notre série d’articles « Que sont-ils devenus ? » avec les meilleurs joueurs d’High School de la classe 2010. Après une cuvée 2008 ayant connu de gros gâchis, on retrouve ici des stars de la NBA actuelle, comme certains talents lycéens n’ayant su passer à l’étape supérieure avec succès. Dans cet article on ne fera pas vraiment référence à des joueurs au talent surcoté au moment d’aller en fac, mais plus des problèmes d’hygiène de vie et de comportements incompatibles avec l’univers NBA.

Pour rappel, on utilise les rankings de High School établis par ESPN en analysant le Top 10 établi par les scouts du média américain, puis en faisant ressortir quatre joueurs de plus classés au-delà de la dixième place.

CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER LES « QUE SONT-ILS DEVENUS ? » PRÉCËDENTS

 

#1. Harrison Barnes – Ames High School
Stats HS : 27.1 pts, 10.4 rbds, 4 passes & 4 ints (Senior)
Draft NBA : 7ème en 2012 (Warriors)
Stats NBA : 12.5 pts à 45.3%, 4.9 rbds, 1.5 passes & 0.7 int en 34.7 mins (425 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (2015), Champion Olympique (2016)

Arrivé à l’Université de North Carolina avec ce statut de meilleur lycéen du pays, Harrison Barnes n’a pas vraiment convaincu lorsqu’il foulait le parquet du Dean Smith Center au cours de sa saison freshman (15.7 pts à 42.3%, 5.8 rbds & 1.4 passe en 29.4 mins). Sur son talent, l’ailier pouvait tout de même espérer être lottery pick lors de la draft 2011, mais il préféra rester un an de plus sur le parquet de Chapel Hill afin de peaufiner son jeu ; n’hésitant pas à participer au camp d’été de Chris Paul réservé normalement aux meneurs de jeu pour améliorer son maniement du ballon. Arrivé en NBA, il trouva de suite sa place dans la rotation des Warriors en tant que troisième voire quatrième option de luxe pour la franchise de la baie d’Oakland avec qui il remporta le titre de 2015. Titulaire au poste 3, capable de jouer de précieuses minutes au poste 4, il a été forcé de faire ses valises pour Dallas suite à l’arrivée de Kevin Durant dans le vestiaire de Steve Kerr. Mark Cuban a misé 94 millions de dollars sur lui durant l’été 2016, persuadé qu’il verra le potentiel entrevu chez le natif d’Ames lors de ses années lycéennes. Si le joueur est talentueux, on attend encore !

#2. Jared Sullinger – Northland High School
Stats HS : 24.5 pts & 11.7 rbds (Senior)
Draft NBA : 21ème en 2012 (Celtics)
Stats NBA : 10.8 pts, 7.5 rbds, 1.8 passe & 0.7 int en 24.3 mins (269 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Intérieur dominant physiquement comme techniquement au lycée, Jared Sullinger était attendu comme futur numéro 1 de la draft quand il enfila le maillot d’Ohio State. De nos jours, il évolue dans le championnat chinois, bien triste parcours pour le natif de Colombus qui avait tout pour dominer la NBA. Après une saison sophomore laissant place aux doutes quant à ses blessures, son implication et son hygiène de vie (bien que proposant des stats intéressantes : 17.5 pts à 51.9%, 9.2 rbds & 1.1 ct en 30.4 mins), il est tombé à la 21ème place de la draft. Non contents de pouvoir obtenir un joueur si talentueux naturellement à ce moment tardif de la draft, les Celtics ont finalement été déçus du Buckeye, préférant ne pas le prolonger à la fin des quatre années de son contrat rookie. Après un court passage aux Raptors et aux Suns, il joue désormais en Chine comme de nombreux joueurs NBA qui prouvent chaque saison que seul le talent ne suffit pas.

#3. Kyrie Irving – Saint Patrick’s High School
Stats HS : 24 pts, 5 rbds & 7 passes (Senior)
Draft NBA : 1er en 2011 (Cavaliers)
Stats NBA : 21.9 pts à 46%, 3.4 rbds, 5.5 passes & 1.3 int en 34.2 mins (420 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (2016), NBA All-Star (x4), Rookie de l’année (2012), All-NBA Teams (x1), Champion Olympique (2016), Champion du Monde (2014)

Meilleur joueur actuel de cette classe de lycéens, Kyrie Irving aurait pu connaître une tout autre carrière. Blessé lourdement au pied, le meneur de jeu a manqué presque toute sa saison freshman sous le maillot de Duke, ne jouant que 11 matchs pour 17.5 pts à 53.2% & 5.1 passes en 27.5 mins. Drafté sur son talent par les Cavaliers en premier choix de la draft 2011, il a porté fièrement les couleurs de Cleveland dans l’ère post « The Decisions », toutefois sans jamais atteindre les playoffs. Au retour de LeBron James dans l’Ohio, il devint la deuxième option des Cavs, et s’il fut décisif dans l’obtention du titre en 2016 et qu’il participa aux NBA Finals 2017, il préféra demander son transfert le même été. Le but, devenir de nouveau la première option, ce qu’il fait depuis à merveille pour les Boston Celtics.

#4. Brandon Knight – Pine Crest High School
Stats HS : 32.5 pts, 8.6 rbds & 4 passes (Senior)
Draft NBA : 8ème en 2011 (Pistons)
Stats NBA : 15.2 pts à 41.5%, 3.3 rbds, 4.3 passes & 0.9 int en 31.3 mins (382 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Arrivé à Kentucky avec le statut d’un des meilleurs joueurs de High School du pays, Brandon Knight ne confirma pas son talent malgré des statistiques avantageuses sous les ordres de John Calipari (17.3 pts à 42.3%, 4 rbds, & 4.2 passes en 35.9 mins). Les fans des Pistons pensaient avoir décroché le jackpot le soir de la draft en le récupérant si bas dans la draft (il était attendu bien plus haut). Toutefois les doutes quant à son poste (meneur ou arrière shooteur ?) n’ont pas joué en sa faveur et il n’a pas marqué les fans de Motown. Envoyé à Milwaukee après sa saison sophomore, il fit les beaux-jours des Bucks dans le système de Jason Kidd, au point de rentrer dans les discussions pour une éventuelle sélection au All-Star Game. Cependant, l’univers de la NBA est cruel et quelques jours après ledit All-Star Game, il est prié de faire ses valises pour Phoenix, Kidd arguant que son joueur en fin de contrat allait demander un salaire max et qu’il n’était pas prêt à lui donner. Depuis ce 19 février 2015 c’est la galère pour le Florida Mr Basketball 2009 & 2010, qui fait les frais de la reconstruction des Suns, finissant la saison 2016-17 en costume alors qu’il n’était pas blessé et étant out pour la saison 2016-17 à cause d’une rupture des ligaments croisés.

#5. Josh Selby – Lake Clifton High School
Stats HS : 32 pts, 5 rbds, 7 passes & 2 ints (Senior)
Draft NBA : 49ème en 2011 (Grizzlies)
Stats NBA : 2.2 pts à 33%, 0.5 rbd, 0.9 passe & 0.2 int en 7.8 mins (38 matchs)
Distinctions Pro : Israeli Basketball Premier League All-Star (x2)

Énorme joueur en High School, Josh Selby avait la réputation d’être un joueur instable à son arrivée à Kansas (il a joué pour quatre lycées en quatre ans). Auteur d’une saison décevante sous le maillot de Jayhawks (7.9 pts à 37.3%, 2.2 rbds, 2.2 passes & 0.8 int en 20.4 mins), le meneur de jeu n’a tout de même pas hésité à se présenter à la draft, pensant que son talent allait convaincre les franchises NBA. Sélectionné en fin de second tour, il ne trouva jamais sa place dans la grande ligue, recevant des louanges seulement en Summer league (co-MVP en 2012 avec Damian Lillard). Commençant sa carrière avec les Grizzlies, il alterna entre le fond du banc de Lionel Hollins et la D-League. Après deux années d’échecs, il fila pour la Chine où il se fera couper, puis en Croatie où il terminera son contrat de manière anticipée et ensuite il trouvera sa place dans le championnat israélien. Après une expérience mouvementée en Turquie (il a quitté son club deux mois après y avoir signé), il joue de nouveau en Israël. Triste carrière pour ce joueur pétri de talent.

#6. Tobias Harris – Half Hollow Hills West High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 19ème en 2011 (Bobcats)
Stats NBA : 14.2 pts à 46.8%, 5.6 rbds, 1.6 passe & 0.7 int en (420 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Ailier de 2.06 m dote de qualités athlétiques au-dessus de la moyenne et d’un vrai instinct de scoreur, Tobias Harris pensait pouvoir rapidement s’imposer en NBA après une saison moyenne à Tennessee (15.3 pts à 46%, 7.3 rbds, 1.3 passes & 0.7 int en 29.2 mins). C’était sans compter qu’il allait être récupéré par Milwaukee le soir de la draft, des Bucks alors coachés par Scott Skiles, grand adepte de la défense… le gros point faible du New-Yorkais. Il lui faudra attendre son transfert à Orlando pour pouvoir montrer l’étendue de son talent à toute la NBA passant de 4.9 pts par match dans le Wisconsin à 17.3 pts dans le nord de la Floride. Envoyé à Detroit en échange de Brandon Jennings et d’Ersan Ilyasova, il trouve enfin sa place dans le système de Stan Van Gundy, titulaire en puissance et même joueur de la semaine en début de saison.

#7. Perry Jones – Duncanville High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 28ème en 2012 (Thunder)
Stats NBA : 3.4 pts à 42%, 1.8 rbds, 0.4 passe & 0.4 int en 11.7 mins (143 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Lors de son arrivée à Baylor, Perry Jones bénéficiait presque de la même cote que Jared Sullinger… et finalement les deux connaissent plus ou moins le même destin. Ailier de grande taille (2.11 m) possédant des qualités de scoreur et de jumper peu communes, il quitta la fac après deux saisons décevantes (13.5 pts à 50%, 7.6 rbds & 1.3 passe en 30.7 mins en senior). Retenu par le Thunder en fin de premier tour alors qu’on l’attendait dans le Top 5 de la draft 2011 à sa sortie du lycée, il n’a jamais su devenir le backup attendu et espéré de Kevin Durant dans l’Oklahoma. Capable de « sautes d’humeurs » comme ce soir d’octobre 2014 face aux Clippers (32 pts), il joue désormais en G-League après une expérience compliquée au Khimki Moscou.

#8. Will Barton – Brewster Academy
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 40ème en 2012 (Trail Blazers)
Stats NBA : 9.7 pts à 43%, 3.7 rbds, 2.1 passe & 0.7 int en 21.2 mins (350 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Auteur d’une saison sophomore prometteuse avec Memphis (18 pts & 8 rbds), Will Barton décida de tenter sa chance lors de la draft 2012. Retenu au second tour, il connut une saison rookie compliquée en tant que joueur du fond du banc dans l’Oregon. Lors de la fin de sa saison sophomore, il proposa un printemps intéressant dans un duo explosif avec Damian Lillard, mais fut benché la saison suivante. Arrière aux longs segments, athlétique et complet en attaque, le Conférence USA de l’année 2012 a dû attendre son transfert à Denver pour avoir un temps de jeu régulier. Le natif de Baltimore est parfait dans ce rôle de joker offensif sortant du banc, et il fait jusque-là le bonheur des fans du Colorado.

#9. Terrence Jones – Jefferson High School
Stats HS : 30 pts, 14 rbds & 6 passes (Senior)
Draft NBA : 18ème en 2012 (Rockets)
Stats NBA : 10.5 pts à 50.1%, 5.7 rbds, 1 passe & 0.6 int en 24 mins (232 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Encore une grosse déception dans le top 10 de cette classe 2010 quand on regarde la carrière de Terrence Jones. Intérieur athlétique, capable d’écarter le jeu, il avait commencé sa carrière NBA d’une manière intéressante avec 12.1 & 6.9 rbds lors de sa saison sophomore sous le maillot des Rockets. Ne faisant plus partie des plans des Texans avec l’arrivée de Ryan Anderson, il a en vain cherché à exporter son potentiel à la Nouvelle Orléans puis à Milwaukee. Ne trouvant pas de spot en NBA, il joue depuis en Chine. Difficile et étrange carrière pour le champion NCAA 2012 avec Kentucky.

#10. Tristan Thompson – Findlay College Prep
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 4ème en 2011 (Cavaliers)
Stats NBA : 9.2 pts à 51.6%, 8.5 rbds, 0.8 passe & 0.8 ct en 28.3 mins (484 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (2016)

Pivot de petite taille mais capable de protéger son cercle, les Cavaliers surprirent tout le monde quand ils décidèrent de le sélectionner si haut en juin 2011, après une saison freshman correcte à Texas (13.1 pts à 54.6%, 7.8 rbds & 2.4 cts en 30.7 mins). Le Canadien a ensuite pris de l’expérience aux côtés de Kyrie Irving, en attendant l’arrivée de LeBron James pour commencer à remporter des matchs et devenir un parfait complément de Kevin Love dans la raquette des Cavaliers ; après une saison à partager ses minutes avec Timofey Mozgov et Anderson Varejao. Son énergie défensive est une des clés du succès des Champions NBA 2016, pourtant Tyronn Lue l’a remis sur le banc en début de saison et pour le moment il est à la peine.

________________________________________________________________________

#16. Cory Joseph – Findlay College Prep
Stats HS : 18.8 pts, 6.7 rbds, 4.9 passes & 2.5 ints (Senior)
Draft NBA : 29ème en 2011 (Spurs)
Stats NBA : 6.9 pts à 45.5%, 2.3 rbds, 3.1 passes & 0.9 int en 20 mins (402 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (2014), All-D-League Teams (x1), FIBA America 3rd place (2015)

Coéquipier de Tristan Thompson à Findlay College Prep, Cory Joseph a suivi son compatriote à Texas l’année suivante. Pourtant, on s’est étonné quand il a voulu sauter le pas vers la NBA après une saison freshman moyenne à la mène de Longhorns (10.4 pts à 42.2%, 3.6 rbds, 3 passes & 1 int en 32.4 mins). Débarquant à San Antonio avec l’étiquette de probable nouvelle trouvaille du front-office texan, le médaillé de bronze aux Fiba Americas 2015 est passé de souffre-douleur de Gregg Popovich lors de sa saison rookie, à chouchou de celui-ci quelques années plus tard. Devenu un meneur de jeu efficace des deux côtés du terrain, il reçut une offre des Raptors qu’il ne put refuser : 30 millions de dollars sur 4 ans lors de l’été 2015. De retour au pays, le natif de Toronto s’est affirmé comme l’un des meilleurs meneurs de jeu remplaçant de la ligue au relais de Kyle Lowry. Pourtant, il s’est vu transférer deux ans plus tard à Indiana où il officie dans le même rôle, mais cette fois derrière Darren Collison.

#25. Enes Kanter – Stoneridge Prep
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 3ème en 2011 (Jazz)
Stats NBA : 11.5 pts à 53%, 7 rbds, 0.7 passe & 0.4 int en 21.6 mins (480 matchs)
Distinctions Pro : N/A

En High School, c’est au Nike Hoop Summit 2010 qu’Enes Kanter s’est fait remarquer avec 34 points et 13 rebonds face aux meilleurs lycées américains du moment. Puis c’est à Kentucky qu’il a décidé de faire ses classes universitaires, toutefois, le règlement NCAA est strict, les joueurs ne peuvent avoir été payés pour jouer au basketball, avant et pendant leur cursus scolaire. Le Turc avait alors joué avec l’équipe professionnelle du Fenerbahce, recevant 33 mille dollars avant de s’envoler pour le championnat High School US. Après une saison blanche, le potentiel du natif de Zurich ne fit toujours pas débat, et le Jazz jeta son dévolu sur le futur intérieur star de la NBA. Pourtant, ses débuts dans la ligue sont compliqués, car s’il remplit les box-scores soir après soir, ses lacunes défensives et son côté individualiste lui font une mauvaise réputation. Demandant son transfert avant la deadline de février 2015, le Jazz l’envoie contre presque « rien » à Oklahoma City, préférant laisser le champ libre à Rudy Gobert ; avec le succès que l’on connait pour le Français préféré des Mormons. Intérieur remplaçant pour le Thunder, il a gagné en dureté aux côtés de Steven Adams, au point que les Knicks décident qu’il sera le joueur de choix qu’ils recevront durant l’été 2017 en échange d’un Carmelo Anthony désireux de quitter Big Apple.

#30. Terrence Ross – Jefferson High School
Stats HS : 13.5 pts par match (Junior)
Draft NBA : 8ème en 2012 (Raptors)
Stats NBA : 9.6 pts à 42.2%, 2.6 rbds, 1 passe, 0.8 int en 23.9 mins (409 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Alors qu’il n’a pas pu jouer sa saison senior de High School en raison des règles de transfert, Terrence Ross n’a pas vu sa cote chuter par les scouts d’ESPN. Extérieur sur-athlétique, capable de shooter à longue distance, le vainqueur du Slam Dunk Contest NBA 2013 a passé deux saisons NCAA à Washington (16.4 pts à 45.7%, 6.4 rbds, 1.4 passe & 1.3 int en 31.1 mins). Drafté par les Raptors, il n’a jamais vraiment trouvé sa place dans l’Ontario, et se fit échanger au printemps 2017 à Orlando contre Serge Ibaka ; Toronto préférant miser sur Norm Powell et ayant besoin d’un poste 4 de standing. Au nord de la Floride, le natif de Portland a vite trouvé ses marques aux côtés d’Evan Fournier (12.5 pts à 43.1% sur les 24 derniers matchs de la saison).

#93. Tim Hardaway Jr. – Palmetto High School
Stats HS : 31.7 pts, 7.3 rbds & 4 passes (Senior)
Draft NBA : 24ème en 2013 (Knicks)
Stats NBA : 11.5 pts à 42.6%, 2.2 rbds, 1.6 passe & 0.5 int en 24.1 mins (302 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Auteur de grosses stats en High School, Tim Hardaway Jr. a pris la direction de Michigan pour jouer au niveau universitaire. Auteur de trois saisons régulières sous le maillot des Wolverines (14.3 pts en 107 matchs) il sera le finaliste malheureux du tournoi NCAA lors de saison junior, dans une finale sur-médiatisée, vingt ans après celle perdue par le Fabe Five en raison du fameux temps mort demandé par Chris Webber. Retenu par les Knicks lors de la draft, il montre aux yeux de la NBA que son jeu n’a rien à voir avec celui de son père, meneur de petite taille et inventeur du « killer crossover » (bien avant Allen Iverson). Après deux saisons où il montre qu’il peut mettre des points au sein d’une franchise en perdition, il est envoyé à Atlanta contre les droits de Jerian Grant le soir de la draft, avec en prime une mauvaise réputation donnée par Phil Jackson. Pourtant, deux ans après son départ de Big Apple, il fait équipe avec Enes Kanter dans l’effectif des Knicks, un retour combiné avec un contrat impressionnant de 71 millions de dollars sur quatre saisons, en raison d’une fin de saison surprenante sous le maillot des Hawks (17.5 pts à 47.1% après le All-Star Break). Un gros pied de nez pour le Zen Master, viré par les Knicks, et qui a perdu toute crédibilité au sein de la ligue malgré ses succès passés avec les Bulls et les Lakers.

Facebook Comments

Leave a Reply