Davis « Latvian Sensation » Bertans surprise du chef à Sacramento

Davis « Latvian Sensation » Bertans surprise du chef à Sacramento

Limité à 11.5 minutes par match cette saison, Davis Bertans a eu le droit à 31 minutes hier à Sacramento. Des minutes parfaitement exploitées par celui qui sera surnommé à la fin du match « Latvian Sensation » par Manu Ginobili (repos) et « Latvian Sniper » par Danny Green (blessé à l’aine). Et pour cause, le sophomore de 25 ans (2,08m, 95kg) a terminé à 28 points (dont 9 dans le money time) à 6/9 à 3-points pour aider les Spurs de LaMarcus Aldridge (31 points et 12 rebonds) à compléter leur comeback (victoire 107-100) face aux Kings.

Menés de jusqu’à 13 points en seconde mi-temps, les Spurs ont pu compter sur l’adresse longue distance de l’ailier pour revenir.

« Je suis toujours confiant. Parfois ça rentre, parfois non. Mais une fois que je rentre quelques tirs contestés, le panier devient de plus en plus gros shoot après shoot. » Davis Bertans

« Les gars étaient juste plus actifs. En première mi-temps on a fait quelques erreurs et on les a corrigées en seconde. Les gars se sont battus, ont joué plus intelligemment et on gagné. » LaMarcus Aldridge

Le Letton a bouclé sa soirée sur deux 3-points en 40 secondes pour donner l’avantage 97-86 aux siens à 2’42. En retard 95-90 à 4’14 de la fin du match, les hommes de Gregg Popovich ont terminé leur match sur un 17-5.

« C’est ce dont on a besoin venant de lui. C’est un gros shooteur. Quand il hésite et qu’il réfléchit trop, c’est là qu’il ne joue pas bien. Il a joué avec confiance et pris les shoots qu’il avait. » LaMarcus Aldridge

« Mes coéquipiers savent de quoi je suis capable. Après que mes premiers tirs soient rentrés, ils ont commencé à me chercher un peu plus que d’habitude. » Davis Bertans

Une perf’ d’autant plus bienvenue que Kawhi Leonard (épaule) et Rudy Gay (talon) manquaient aussi à l’appel, que Tony Parker s’est blessé à la cheville fin de match et que l’équipe restait sur 3 défaites en 5 matchs dont une à Portland la veille.

« C’est un shooteur exceptionnel, mais il comprend aussi comment jouer. Il est très altruiste, il travaille dur et il nous permet de créer des espaces évidemment. » Gregg Popovich

« Ce n’est pas un gars qui perd confiance en son shoot, il n’a pas peur de shooter, même s’il fait un gros raté, ça n’a pas d’importance pour lui. C’est une preuve de maturité pour un joueur qui est seulement dans sa deuxième année. » Danny Green

Facebook Comments

Leave a Reply