Très demandé, Marco Belinelli explique son choix

Très demandé, Marco Belinelli explique son choix

Libéré par des Hawks en pleine opération tanking après la trade deadline, Marco Belinelli a décidé de s’engager avec les Philadelphie Sixers . Ce choix, qui est loin d’être un choix par défaut puisque l’arrière était convoité par OKC, Toronto, Milwaukee ou encore Portland, montre toute l’attractivité acquise par la franchise de Joel Embiid depuis le début de la saison.

« J’étais vraiment certain de vouloir venir ici, je pense que c’est le bon choix pour moi. Je crois en leur projet. J’ai pu voir quelques matchs des autres équipes et je trouve que les Sixers jouent bien. Ils jouent ensemble, aussi bien en attaque qu’en défense et ce genre de choses est important. J’aime l’opportunité que j’ai d’aider cette équipe à faire un run pour les playoffs. » Marco Belinelli.

« Il était très intéressé par notre franchise. Beaucoup d’équipes de playoffs sont venues le voir parce que, comme nous, les front offices estimaient qu’il allait rendre le groupe meilleur. Et il nous a choisi nous. » Brett Brown.

Mais si le jeu que pratiquent les hommes de Brett Brown est séduisant, il ne faut pas oublier que le coach dispose également dans son roster de deux joueurs très attractifs avec Joel Embiid et Ben Simmons.

« Ils font partie des meilleurs joueurs de la ligue. J’aime bien Ben, il adore passer la balle. Joel est très performant en attaque, il peut tout faire. Je n’ai jamais rien vu de tel dans ma vie. Ça va être vraiment cool de jouer avec ces gars. J.J Redick est un super shooteur. Nous avons souvent joué l’un contre l’autre et enfin nous n’aurons pas à nous défendre dessus. » Marco Belinelli.

Le respect et l’enthousiasme qui anime le shooteur italien semble mutuel et les membres de sa nouvelle franchise n’ont pas manqué de dire du bien du nouvel arrivant.

« Je connais Marco depuis pas mal de temps, vu que j’ai entrainé des équipes nationales et que les trois dernières équipes pour qui il a joué, que sont les Spurs, les Hornets et les Hawks, sont coachées par de très bons amis à moi, Pop, Steve Clifford et Mike Budenholzer. C’est un bon gars, un bon coéquipier et nous avons beaucoup de connaissances en commun. Je suis excité de l’intégrer au roster. » Brett Brown.

« Il peut beaucoup aider. Avoir un autre shooteur qui sort du banc va nous permettre d’avoir un meilleur spacing qu’actuellement. Avec nos remplaçants, les autres équipes vont devoir jouer aussi dur que si nos titulaires étaient sur le terrain. Ils ne pourront plus se reposer comme beaucoup d’équipes le font à certains moments du match. Avec Marco, on a un autre Redick. » Robert Covington.

Le General Manager des Sixers Bryan Colangelo avait déjà eu Belinelli dans une de ses équipes, à Toronto lors de la saison 2009/2010. Il avait alors décidé de trader l’Italien contre Julian Wright. Mais l’arrière ne semble pas lui en tenir rigueur, bien au contraire.

« Je suis un joueur différent. J’ai gagné un titre et traversé des bonnes et des mauvaises situations. Donc de mon point de vue c’est juste important d’établir une bonne relation avec le coaching staff, le front office et mes coéquipiers. » Marco Belinelli.

L’arrivée de l’Italien, qui pèse tout de même 11,4 points par match cette saison, n’est cependant pas une bonne nouvelle pour Timothé Luwawu-Cabarrot qui voit arriver un vétéran respecté capable d’évoluer sur les deux postes occupés par le Français.

Via The Inquirer et NBC Sports.

Leave a Reply