Chris Paul : « Nous savons quoi faire, c’est facile »

Chris Paul : « Nous savons quoi faire, c’est facile »

A seulement 4 points des Rockets à 8 minutes de la fin grâce à un grand Karl-Anthony Towns, les Minnesota Timberwolves n’ont rien pu faire en dernier quart pour faire plier les Texans. Bien au contraire, ils ont pris un terrible éclat face à des Rockets qui ont fait ce qu’ils savent faire de mieux, planter des banderilles à 3-pts. Ils ont rentré 10 de leurs 16 tentatives dans le dernier quart, record NBA égalé dans un 4ème quart. Ils n’ont laissé aucune chance à leur adversaire avec 42 points inscrits.

« Je savais que nous mettions nos shoots, mais ce quatrième quart, c’est ce dont nous sommes capables. Je crois qu’il y avait 4 points d’écart puis nous avons passé un 12-0. Tout s’est passé très vite. » James Harden

Ils ont rentré 22 tirs derrière l’arc dont 6 pour James Harden et Ryan Anderson. Le tournant c’est lorsque Mike D’Antoni a décidé de sortir Clint Capela, qui se faisait maltraiter par Towns, pour mettre ensemble sur le terrain Ryan Anderson et PJ Tucker. Houston a répondu par un 12-0 fatal en un clin d’oeil.

«  »De toutes façons Towns scorait. Cela a donné plus de vitesse, un jeu plus écarté. Ils ont dû choisir entre la peste et le choléra. Je ne savais pas ce qu’ils allaient choisir. James et Chris ont tout simplement parfaitement lu le jeu. » D’Antoni

Cela a ouvert encore plus le jeu et permis aux Rockets de faire exploser la défense adverse avec des drives d’Harden et Paul, souvent à l’origine de tirs extérieurs. Les Rockets ont abusé du pick & pop avec Anderson et ça a fonctionné.

« Nous avons beaucoup de gars qui peuvent mettre des shoots extérieurs donc ça force les bigs à sortir de la raquette et à défendre dans le périmètre. Cela ouvre le jeu. Ryan a pris feu. Ce dernier quart c’est ce que nous sommes capables de faire. » Harden

« Ce soir ils ont joué avec un grand 5 donc nous voulions tirer profit des switchs et des mismatchs, et c’est ce que nous avons fait. En dernier quart nous avons pu les déstabiliser un peu, que ce soit en posant des écrans à mi-terrain ou en mettant beaucoup de mouvement sur les picks. Quand nous jouons avec énergie, que nous sommes engagés sur les pick & rolls, c’est difficile pour les équipes savoir quoi faire. C’est difficile de communiquer, de savoir comment nous défendre, surtout quand il y a des gars comme James et Chris qui sont en possession du ballon. Quand les équipes jouent grand comme ça, nous pouvons en tirer profit. » Anderson

« Nous savons quoi faire. C’est facile. S’ils changent en défense, en règle générale il y a un mismatch. S’ils sortent sur l’écran, nous savons qu’un gars va être ouvert. Nous ne réfléchissons pas à quel lineup est sur le terrain, nous jouons comme nous avons l’habitude de jouer. Si Clint est sur le terrain il va dérouler vers le panier. Si Ryan est sur le terrain, il va alterner. Nous avons assez de joueurs intelligents, nous prenons ce qui se présente. Ce soir j’étais un fan, c’est certain. » Chris Paul

Cela fait 9 de suite pour les Rockets, qui marchent à plein régime en ce moment, parfait avant un petit break.

Via ESPN et Houston Chronicle

Facebook Comments

Leave a Reply