[Que sont-ils devenus ?] Les meilleurs joueurs de High School 2011

[Que sont-ils devenus ?] Les meilleurs joueurs de High School 2011

La classe de lycéens 2011 a la particularité d’avoir été la première vraiment surmédiatisée, si on la compare aux précédentes. Avec l’avènement des sites tels que « Ball Is Life » et « Hoop Mix Tape », les exploits vidéo des meilleurs joueurs de High School furent montrés hebdomadairement au grand public aux quatre coins du monde. Si certains méritaient une telle hype comme les All-Stars NBA Anthony Davis et Andre Drummond, d’autres tels que Marquis Teague ou Adonis Thomas en furent victimes, se voyant trop beaux, cela leur a porté certainement préjudice dans leur formation de basketteur.

Pour rappel, nous utilisons les rankings de High School établis par ESPN en analysant le Top 10 établis par les scouts du média américain, puis en faisant ressortir quatre joueurs de plus classés au-delà de la dixième place.

CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER LES « QUE SONT-ILS DEVENUS ? » PRÉCËDENTS

 

#1. Anthony Davis – Perspectives Charter School
Stats HS : 32 pts, 22 rbds & 7 cts (Senior)
Draft NBA : 1er en 2012 (Hornets)
Stats NBA : 23 pts, 10.2 pts, 1.8 passes, 1.3 int & 2.3 cts en 34.7 mins (386 matchs)
Distinctions Pro : NBA All-Star (x5), All-NBA Teams (x2), Champion Olympique (2012), Champion du Monde (2014)

Monstre en High School, Anthony Davis confirme encore de nos jours son statut de potentiel numéro un de sa génération. Champion NCAA et MOP de la finale en 2012 avec Kentucky, le natif de Chicago a éclaboussé le championnat universitaire de toute sa classe (14.2 pts à 62.3%, 10.4 rbds, 1.3 passe, 1.3 int & 4.7 cts en 32 mins). Intérieur frêle possédant de longs segments, il fut bien évidemment choisi en premier choix de la draft cette année-là. La Nouvelle Orleans posséda alors enfin sa pépite capable de faire oublier Chris Paul dans le cœur de ses fans. Avant de jouer son premier match professionnel, il a eu l’honneur d’accompagner le Team USA à Londres en remplaçant Blake Griffin au dernier moment. La saison rookie du MVP du Jordan Brand Classic 2010 a été compliquée. Ne jouant que 28.8 minutes pour 13.5 pts et 8.2 rbds, il a compris qu’il devait prendre du muscle pour s’imposer au plus haut niveau. Depuis, il est considéré comme le meilleur poste 4 au monde, capable de tout faire des deux côtés du terrain. La prochaine étape de sa carrière est de faire des Pelicans une place forte de la grande ligue.

 

#2. Andre Drummond – St. Thomas More School
Stats HS : 20.2 pts, 16.6 pts, 4.5 ints & 7.2 cts (Sophomore)
Draft NBA : 9ème en 2012 (Pistons)
Stats NBA : 13.5 pts à 54.6%, 13.2 rbds, 1.1 passe, 1.3 int & 1.5 ct en 30.2 mins (440 matchs)
Distinctions Pro : NBA All-Star (x2), All-NBA Teams (x1), Champion du Monde (2014)

Annoncé comme concurrent d’Anthony Davis pour être le premier choix de la draft 2012 à l’automne 2011, Andre Drummond a vu sa cote chuter après une saison freshman compliquée du côté de l’Université de Connecticut (10 pts à 53.8% mais 29.5% aux LFs, 7.6 rbds, 0.4 passe & 2.7 cts en 28.4 mins). Pivot auréolé de la réputation de « trou noir » et de lanceur de briques sur la ligne de réparation, les Pistons furent heureux de pouvoir le récupérer en neuvième position. Après une saison rookie en tant que joueur de rotation (7.9 pts & 7.6 rbds en 20.7 mins), le natif de Mount Vernon est depuis un titulaire indiscutable ou presque pour Detroit. All-Star en 2016, il a connu ses seuls playoffs cette année-là. Au final, il reste toujours un trou noir et un lanceur de briques aux LFs avec des records en carrière sur une saison de 1.1 passe en 2016-17 et de 41.8% sur la ligne de réparation en 2013-14. Mais cette saison on a pu voir de très jolis progrès sur la ligne des lancers et surtout à la passe.

 

#3. Austin Rivers – Winter Park High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 10ème en 2012 (Hornets)
Stats NBA : 9.1 pts à 41.8%, 2 rbds, 2.3 passes & 0.7 int en 23.6 mins (383 matchs)
Distinctions Pro : N/A

À la fin de sa saison junior en High School, Austin Rivers commençait déjà à se défaire de l’étiquette de fils de Doc, coach victorieux avec les Celtics. Sa saison senior avec Winter Park fut incroyable et très médiatisée, champion de l’état de Floride il fit ses bagages pour Duke après avoir posé un lapin à Florida (il ne voyait pas d’un bon œil une association avec Bradley Beal en vue de la draft). Sous les ordres de Coach K, l’arrière a réalisé une saison correcte, à la limite de la déception avec 15.5 pts à 43.3%, 3.4 rbds, 2.1 passes & 1 int en 33.2 mins. Retenu par la Nouvelle Orléans en compagnie d’Anthony Davis le soir de la draft, il eut du mal à s’adapter aux joutes physiques de la NBA et à un statut de role-player venu du banc. Il fallut attendre son transfert aux Clippers, sous les ordres de son paternel pour que le public NBA puisse profiter par étincelles de son talent. 2016-17 fut sa meilleure saison en carrière avec 12 pts à 44.2%, 2.2 rbds, 2.8 passes & 0.7 int en 27.8 mins, dans un rôle d’arrière capable d’apporter de précieuses minutes aussi au poste 1 et 3. Il a encore passé un cap cette saison et est devenu un joueur très important de la rotation des Californiens.

 

#4. Michael Kidd-Gilchrist – Saint Patrick’s High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 2ème en 2012 (Bobcats)
Stats NBA : 9.2 pts à 47.6%, 6.1 rbds, 1.3 passe & 0.7 int en 27 mins (333 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Coéquipier d’Anthony Davis à Kentucky, le volume physique de Michael Kidd-Gilchrist a séduit le front-office des Bobcats. Cinq ans plus tard, le natif de Philadelphie est un ailier qui se cherche encore, victime en plus d’une blessure à l’épaule qui lui gâcha la saison 2015-16. Capable de prouesses sur le plan défensif, il a dérobé le titre de shoot le plus bizarre de la NBA à Shawn Marion. Avec sa mécanique de tir aussi moche qu’inefficace, son avenir pro ne semble pas aussi radieux qu’on pouvait espérer.

 

#5. Bradley Beal – Chaminade College Prep School
Stats HS : 32.5 pts, 5.7 rbds & 2.8 passes (Senior)
Draft NBA : 3ème en 2012 (Wizards)
Stats NBA : 18.6 pts à 44.5%, 3.7 rbds, 3.3 passes & 1.1 int en 33.7 mins (381 matchs)
Distinctions Pro : NBA All-Star (x1)

S’il était moins en vue qu’Austin Rivers à sa sortie du lycée, Bradley Beal avait déjà convaincu la NBA qu’il connaîtrait une meilleure carrière pro que le joueur de Winter Park. Sélectionné tôt dans la draft après une saison convaincante avec les Gators (14.8 pts à 44.5%, 6.7 rbds, 2.2 passes & 1.4 int en 34.2 mins), il est cinq saisons plus tard sur le point de jouer son premier All-Star Game. Formant avec John Wall un des meilleurs back-courts de la ligue, il semble progresser chaque saison et tournait à 24.8 pts lors des derniers playoffs 2017.

 

#6. James McAdoo – Nortfolk Christian School
Stats HS : 21.6 pts & 8.1 rbds (Senior)
Draft NBA : non drafté (2014)
Stats NBA : 3 pts à 53.5%, 1.7 rbd, 0.3 passe & 0.4 ct en 7.9 mins (111 matchs)
Distinctions Pro : Champion NBA (x2), Champion D-League (x1), D-League All-Star (x1)

Avec James McAdoo, on commence notre série de joueurs qui n’ont pas confirmé le potentiel vu en eux avant la case NCAA. Non drafté après trois saisons sérieuses à North Carolina (11.4 pts à 44.7 % & 5.9 rbds en 25 mins sur 108 matchs), l’ailier fort n’a jamais vraiment fait mieux que neuvième ou dixième homme dans la grande ligue. Double champion NBA avec les Warriors, occupant un rôle insignifiant, il est passé via « two-way contract » aux 76ers mais n’a pas été conservé.

 

#7. Quincy Miller – Westchester Country Day School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 38ème en 2012 (Nuggets)
Stats NBA : 5.3 pts à 35%, 2.4 rbds, 0.5 passe & 0.4 int en 13.5 mins (69 matchs)
Distinctions Pro : All-Euroleague Second Team (2016), Champion d’ABA (2016), Champion de Serbie (2016), Champion de la Coupe d’Israël (2017), D-League All-Star (2015)

Annoncé comme le futur Kevin Durant à la fin de sa saison junior en High School en raison de mensurations équivalentes, Quincy Miller n’avait en fait rien à voir avec le MVP NBA 2014. Ailier longiligne de 2.08 m dépourvu d’un shoot efficace, il prend alors la direction de Baylor où il ne montra pas le talent attendu, avec seulement 10.6 pts à 44.7%, 4.9 rbds & 1.4 passe en 24.4 mins. Alors qu’il aurait eu besoin de prolonger son expérience universitaire, il préféra « s’échapper » de Waco (l’ambiance était morose dans le programme de basket à cette époque), quitte à risquer une draft compliquée. Finalement, il n’a jamais su s’imposer en NBA. Se décidant à traverser l’Atlantique, il connut une magnifique première saison sur le sol européen avec l’Étoile Rouge de Belgrade, accédant aux deuxième cinq de l’Euroleague et nous régalant chaque semaine d’actions spectaculaires. Depuis, il a joué pour le Maccabi Tel Aviv et pour Bamberg.

 

#8. Marquis Teague – Pike High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 29ème en 2012 (Bulls)
Stats NBA : 2.3 pts à 34.9%, 1 rbd, 1.4 passe & 0.2 int en 9.5 mins (88 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Son frère Jeff en NBA, on attendait Marquis Teague au moins aussi bon que son aîné. Après un titre NCAA glané avec Anthony Davis et Michael Kidd-Gilchrist, il décida de se présenter à la draft, alors qu’on lui conseillait de patienter encore au moins une saison de plus sur le campus de Kentucky. Sa carrière NBA fut un gros échec et il remonte la balle désormais en D-League. Ironie des ranking de High School quand son frangin, All-Star en 2015 avec les Hawks, était lui seulement classé soixante-septième de la classe 2007.

 

#9. Adonis Thomas – Melrose High School
Stats HS : 19.3 pts, 12.3 rbds, 4.1 passes, 3.6 ints & 4.9 cts (Senior)
Draft NBA : non drafté (2013)
Stats NBA : 2.3 pts à 42.9%, 0.5 rbd & 0.5 passe en 6.2 mins (6 matchs)
Distinctions Pro : All-D-League Third Team (x1), D-League All-Star (x1)

Pire encore que Marquis Teague, Adonis Thomas rejoignit la fac de Memphis avec une énorme cote pour finalement s’écrouler en plein vol. Le swingman n’a jamais convaincu au niveau universitaire (10.7 pts à 42.6%, 4 rbds & 1.5 passe en 27.5 mins). Après sa saison sophomore, il tente de se présenter à la draft, comptant sur son potentiel entrevu en High School pour séduire, mais il ne fut retenu par aucune franchise NBA. Après un très court passage dans la grande ligue, il a joué en Italie et désormais en Turquie.

 

#10. LeBryan Nash – Lincoln High School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : non drafté (2015)
Stats NBA : N/A
Distinctions Pro : All-Star de la ligue japonaise (x1), Meilleur cinq de la ligue japonaise (x1)

Ailier solide et capable d’envolées incroyables, LeBryan Nash n’a pas su non plus confirmer son potentiel en NCAA afin de convaincre les franchises NBA. Très apprécié de Travis Ford, son coach à Oklahoma State, il joua quatre saisons pour les Cowboys en terminant sur une saison senior convaincante (17.2 pts à 46.2%, 5.7 rbds, 2 passes & 0.9 ct en 31.7 mins) mais pas assez pour être drafté, barré par ses lacunes dans le dribble et son shoot extérieur. Ensuite, il rejoignit le Japon, puis la D-League, et serait actuellement sans contrat.

________________________________________________________________________________

#24. Kentavious Caldwell-Pope – Greenville High School
Stats HS : 31 pts & 8.2 rbds (Senior)
Draft NBA : 8ème en 2013 (Pistons)
Stats NBA : 11.9 pts à 40.7%, 3.3 rbds, 1.7 passe & 1.2 int en 30.5 mins (363 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Auteur d’une saison sophomore intéressante avec Georgia, Kentavious Caldwell-Pope se présenta à la draft 2013. Sélectionné par les Pistons à un rang élevé, KCP connut une saison rookie cauchemardesque avec seulement 5.9 pts à 39.6% en 19.8 mins. C’est lors de ses troisième et quatrième saisons qu’il commence à convaincre, avec une capacité à mettre ses shoots et à tenir tête à certains des meilleurs attaquant de la ligue. Toutefois, il a été prié de quitter Motown après l’arrivée d’Avery Bradley à Detroit. Aujourd’hui arrière titulaire des Lakers, il semble donner un nouvel élan à sa carrière.

 

#31. Rodney Hood – Meridian High School
Stats HS : 24.8 pts, 8.6 rbds, 6.4 passes, 3.1 ints & 2 cts (Senior)
Draft NBA : 23ème en 2014 (Jazz)
Stats NBA : 13.2 pts à 41.8%, 3.1 rbds, 2 passes & 0.8 int en 27.6 mins (229 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Moyennement bien classé au lycée, joueur intéressant en NCAA après un changement de fac, Rodney Hood reste dans ses standing en étant un bon joueur NBA, efficace sans être transcendant. Catalogué comme shooteur longue distance (42% de réussite à Duke), il a fait les beaux jours d’Utah dans son rôle de scoreur qui ne fait pas de bruit mais qui remplit sa ligne de stats. Joueur apprécié de Quin Snyder, il fait les efforts essentiels en défense sans faire parler de lui, mais pas suffisant pour que le Jazz le conserve avant qu’il devienne free agent avec restriction. Il va désormais tenter de faire les beaux jours des Cavs.

 

#42. Otto Porter – Scott County Central High School
Stats HS : 30 pts & 14 rbds(Senior)
Draft NBA : 3ème en 2013 (Wizards)
Stats NBA : 10.1 pts à 48.8%, 4.8 rbds, 1.3 passe & 1.1 int en 26.1 mins (319 matchs)
Distinctions Pro : N/A

Drafté très haut après une saison sophomore convaincante sous le maillot de Georgetown (16.2 pts à 48%, 7.5 rbds, 2.7 passes, 1.8 passe & 0.9 ct en 35.4 mins), le meilleur joueur de la Big East en 2013 a mis du temps à confirmer son potentiel au niveau supérieur. 2.1 pts de moyenne en 2014, 6 pts en 2015, il tournait la saison passée à 13.4 pts par match, un progression d’année en année qui en fait un ailier d’avenir sur lequel les Wizards ont décidé d’investir durant l’été 2017. Capable d’aider sur le poste 4, il semble être le parfait complément à Bradley Beal et John Wall dans la hiérarchie de la franchise de D.C.

 

#73. Malcolm Brogdon – Greater Atlanta Christian School
Stats HS : non trouvées (Senior)
Draft NBA : 36ème en 2016 (Bucks)
Stats NBA : 11.4 pts à 47%, 3 rbds, 3.9 passes & 1 int en 28 mins (121 matchs)
Distinctions Pro : Rookie de l’année 2017

Magnifique histoire que celle de Malcolm Brogdon qui a été élu rookie de l’année à l’âge de 24 ans ! Sortant de nulle part, le natif d’Altanta a su se faire une place aux Bucks après avoir passé cinq saisons à l’université de Virginia en raison d’une blessure au pied qui le plaça sur la touche lors de sa supposée saison sophomore. Meilleur joueur de l’ACC en 2016, élu meilleur défenseur NCAA par les coachs et All-American la même année, il se fit facilement une place dans la rotation de Jason Kidd. Évoluant aussi sur le poste 2 en NBA, il profita de la blessure de Matthew Dellavedova pour exploser au grand jour. Titulaire, il trouva le moyen de réaliser un triple-double en décembre 2016, et depuis ce jour, toute la NBA s’intéressa à ses performances. Titulaire en début de saison, il a été prié de retrouver le banc suite à l’arrivée d’Eric Bledsoe dans le Wisconsin, mais avec un tel parcours, on ne peut douter que Brogdon fera encore parler de lui.

Leave a Reply