One week in College Basketball : Michigan est sur un nuage, La #ChampWeek distribue déjà des tickets pour la March Madness

One week in College Basketball : Michigan est sur un nuage, La #ChampWeek distribue déjà des tickets pour la March Madness

Cette année en partenariat avec la référence française sur le College Basketball, le site Midnight on Campusnous vous parlons NCAA une fois par semaine avec un point sur ce qu’il ne fallait pas manquer de l’actu des des derniers jours.

Pour vous tenir au courant quotidiennement de toute l’actu, suivez  Midnight on Campus sur les réseaux sociaux :

Retour sur les faits marquants de la semaine (Du 26 février au 04 mars)

Ca y est ! Le mois de mars est enfin là et nous sommes partis pour un gros mois de compétition intense en College Basketball. Cette semaine fut spéciale, puisque c’est le début de la traditionnelle #ChampWeek. Mais c’est quoi cette champ week ? C’est la semaine (enfin, deux en réalité) où se jouent les tournois de conférence. Le vainqueur de ce tournoi représentera sa conférence à la March Madness. Les autres attendront le Selection Sunday pour savoir s’ils pourront participer à ce grand événement.

Une petite majorité des programmes des Mid-Majors étaient sur le pont pour cette #ChampWeek et un représentant des Power Six en la personne de la Big Ten. L’ACC, PAC-12, SEC, Big East ou encore la Big 12 terminaient sa saison régulière. Du coup, on va résumer un peu plus brièvement les matchs de ces derniers, pour se concentrer un peu plus sur les équipes ayant décroché leur ticket pour la grande danse.

Forcément, on commence par la Big Ten, qui avait comme scène le merveilleux Madison Square Garden. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le spectacle a été au rendez-vous, dès les premiers matchs (souvent, les joueurs universitaires sont à l’aise à MSG). Le premier tour voit surtout une équipe de Rutgers, pourtant seed 14, battre Minnesota, seed 11. La faute à un Corey Sanders tout simplement sur une autre planète. L’arrière scoreur remettra le couvert dès le tour suivant, en sortant Indiana, seed 6, en frôlant une nouvelle fois les 30 points inscrits. Malheureusement, la belle aventure de Rutgers se terminera en ¼ de finale, face à Purdue. Purdue, qui n’a pas été aussi impressionnant qu’à l’habitude, avec une courte victoire en demi-finale face à Penn State, de 8 points. Mais l’essentiel est là, la qualification en finale. D’ailleurs, concernant l’autre partie du bracket, Michigan State (seed 1) et Michigan (seed 5) frôlent à chaque fois la correctionnelle mais s’imposent et on aura une revanche entre les deux rivaux…

On sait bien que Michigan en mars, c’est clairement une autre équipe que lors de la saison régulière. Le programme l’a prouvé, avec une victoire sur le score de 75 à 64 face à des Spartans assez décevants que ce soit au niveau du jeu et surtout à l’envie. Mais on parlera du cas MSU un peu plus bas. La finale opposant Michigan à Purdue, un duel au sommet entre deux équipes présentes dans le Top 25 depuis quelques temps déjà. Mais les vieux démons reviennent au galop pour les Boilermakers, qui doivent s’incliner sur le score de 75 à 66. Cependant, cette saison, les intérieurs ont quelques ballons, avec notamment le 7-footer Isaac Haas, qui termine à 23 points et 8 rebonds, mais 4 fautes, ce qui explique (un peu) la défaite des siens… En face, Michigan remporte la conférence, obtient son ticket pour la grande danse et se positionne par la même occasion comme un outsider très crédible au Final Four ! Qui l’eut cru en début de saison…

La première équipe à avoir obtenue son ticket direct pour la March Madness se nomme Murray State, le champion de saison régulière au sein de l’Ohio Valley Conference. Avec un bracket assez ouvert, le tournoi promettait beaucoup, mais au final, pas de surprise : on retrouva le premier et le deuxième de la saison régulière. Belmont, le favori en début de saison, n’a rien pu faire face à l’excellente force de frappe des Racers, emmenés par le duo Jonathan Stark / Ja Morant. Ce dernier, le freshman de l’année dans la conférence, est une petite surprise, avec un niveau de jeu très intéressant pour sa première année. Attention petite pépite ce meneur de jeu !

Grosse surprise dans la Big South. Alors qu’on attendait Winthrop pour défendre son titre ou encore le favori UNC Asheville, c’est Radford qui obtient le ticket pour la grande danse, grâce à sa victoire en finale face à Liberty. La cerise sur le gâteau ? Une victoire au buzzer, car c’est mars !

Puis, nous passons au match complètement fou de la soirée (dans un autre registre que le match précédent), opposant le leader de l’Atlantic Sun et un habitué de la grande danse, Florida Gulf Coast (aka dunk City) et son dauphin, l’étonnant Lipscomb. Un match de dingue, Lipscomb menant sur le score de 60 à 31 à la pause ! Mais un comeback de folie de Dunk City en deuxième période, revenant à dix points, grâce à une excellente adresse à trois points (16/40 sur le match). Mais voilà, FGCU revenait de trop loin et s’incline sur le score de 108 à 96, avec une fin de match assez pittoresque (surtout vis-à-vis du corps arbitral, mais bon). C’est donc une énorme surprise de ne pas voir ce programme de Florida Gulf Coast à la March Madness. C’est une première historique pour Lipscomb, qui participera pour la première fois de son histoire au tournoi final !

Enfin, le dernier ticket direct pour cette semaine est pour Loyola-Chiacgo. Dans une Missouri Valley Conference new-look après le départ de Wichita State, la succession fut ouverte pour succéder aux Shockers. La saison fut dense, mais c’est bien Loyola-Chicago qui s’en est sorti le mieux, idem lors du tournoi. La victoire en finale sur Illinois State (l’outsider de WSU lors des années précédentes) fut assez nette (65-49), preuve de la maîtrise du programme.

Il y avait d’autres matchs aussi, concernant les membres du Top 25. Et forcément, la soirée de samedi a été riche en enseignements. La première, c’est qu’Oklahoma State a sweepé #6 Kansas grâce à sa victoire sur le score de 82 à 64. Et si les Cowboys étaient la grosse surprise dans cette Big 12 ? #3 Xavier sécurise seul le titre de la Big East, en se faisant très peur face à DePaul. Victoire sur le score de 65 à 62, pas de quoi rassurer les fans avant le tournoi. De son côté, #4 Villanova a déroulé face à Georgetown (97-73) et est donc dauphin des Muskateers.

#1 Virginia sera le champion de l’ACC, grâce à sa victoire face à Notre Dame, dans la douleur (62-57). Tout roule pour les Cavaliers, qui semblent intouchables en ce moment, avec en plus, de la réussite ! #12 Texas Tech a été aussi en délicatesse mais s’impose sur le fil face à TCU (75-72) alors que #16 Tennessee se sort du piège Georgia (66-61). Pas de soucis pour #7 Gonzaga en ouverture du tournoi de la West Coast Conférence (succès 83-69 face à Loyola Marymount), alors que son dauphin, #22 Saint Mary’s, a eu toutes les peines du monde à battre Pepperdine (69-66).

Ah oui, c’était aussi le classico entre #5 Duke et #9 North Carolina. La dernière de Grayson Allen chez lui, à Duke. Pas de surprise, avec la victoire des Blue Devils sur le score de 74 à 64. Cela mérite une dernière intro de Grayson avec sa musique préférée, « Everytime we touch » pour le coup !

Passons maintenant aux upsets de la soirée. Texas, sans son intérieur vedette Mo Bamba, s’impose chez lui face à #20 West Virginia (87-79), après prolongation. Malgré un Jevon Carter toujours aussi clutch, West Vrginia a été impuissant face à une équipe de Texas assez surprenante. Kerwin Roach a été décisif, Matt Coleman a eu très peu de déchet aux tirs et le jeune Jericho Sims a parfaitement remplacé Bamba à l’intérieur. Les Longhorns sont toujours dans la course pour un repêchage, mais il faut faire une performance au tournoi de conférence pour solidifier le CV.

L’autre upset, c’est #21 Nevada qui s’incline face à San Diego State (79-74). Le retour de suspension de Malik Pope a fait du bien à SDSU, avec un Trey Kell toujours aussi polyvalent et toujours aussi omniprésent pour son équipe, que ce soit défensivement ou offensivement. Et puis, nous avons Syracuse, qui vient frapper à la porte en mars, une vielle habitude. Devant plus de 28 000 personnes, le programme a battu #18 Clemson (55-52) dans un match très… Bon, on va dire que les équipes ont été maladroites. Enfin, petit mot sur Kentucky, qui a pris la foudre face à Florida, ce qui est très inquiétant pour les Wildcats. Aucun jeu collectif, aucun système, une défense en mode portes ouvertes… Ca promet pour le tournoi de la SEC !

Terminons sur #19 Arizona, qui grâce à sa victoire étriquée face à California (66-54), remporte la Pac-12. En suivant, Allonzo Trier, DeAndre Ayton et Rawle Alkins ont annoncé leur départ du programme à la fin de la saison. Il reste le tournoi de conférence et attention aux surprises, car le niveau de jeu d’Arizona laisse perplexe.

Le difficile apprentissage de Trevon Duval (Duke)

Dimanche, outre les finales de conférence, on a pu assister au choc dans l’AAC, entre #10 Cincinnati et #11 Wichita State. Dans un match palpitant, serré du début à la fin, ce sont les Bearcats qui s’imposent sur le fil (62-61) et remportent la saison régulière dans la conférence. Mais on attend avec impatience la possible revanche en finale du tournoi et si cela se produit, ce sera un match à ne manquer sous aucun prétexte.

Saturday Night Fever : Murray State, première équipe qualifiée pour la March Madness !

Surprise de la semaine : Oklahoma State Cowboys (18 victoires – 13 défaites 8 victoires – 10 défaites dans la Big 12).

On n’entend pas beaucoup parler de cette équipe d’Oklahoma State et pourtant, malgré un bilan très moyen, le programme est assez intéressant. La double victoire face à Kansas, le patron de la conférence, a permis au plus grand public de découvrir cette équipe, qui n’a peur de rien, capable du meilleur comme (bien souvent) du pire.

Mais voilà, OSU possède le même bilan que Texas, Baylor, TCU ou encore Oklahoma. Ces quatre programmes sont dans la bubble pour être repêchés lors du Selection Sunday, mais on oublie à chaque fois de mentionner les Cowboys dans cette course ! On espère donc que le programme va faire ses preuves lors du tournoi de conférence, histoire de faire taire quelques détracteurs au passage. Car oui, Oklahoma State n’est sûrement pas flashy, mais cela joue avec le cœur et on sent que les joueurs aiment jouer ensemble. Et c’est avec un état d’esprit comme celui-là que l’on peut renverser des montagnes.

 

Equipe top de la semaine : Michigan Wolverines (28 victoires – 7 défaites, 13 victoires – 5 défaites).

John Beilein est le coach le plus sous-estimé de toute la ligue, ceci est un fait. Michigan vient de remporter le tournoi de la Big Ten, le deuxième en deux ans. Une domination sans partage, un groupe qui se transcende quand le mois de mars arrive et cela donne une équipe terriblement redoutable.

Michigan s’appuie notamment sur une défense sur l’homme très agressive, faisant déjouer le porteur du ballon en le forçant à se débarrasser rapidement du cuir ou de concéder une perte de balle. C’est une équipe qui joue avec le cœur et qui sait ce qu’elle doit faire pour gagner. Le tournoi des Wolverines est tout simplement insolant de maîtrise…

Michigan est en lice pour être la plus grosse surprise sur cette March Madness, même si le programme est classé dans le Top 20 depuis quelques semaines. Mais attention, Michigan peut aussi se faire sortir prématurément, tout dépendra du seed. Cela reste une énigme, mais une bien belle énigme !

Clemson ? La belle surprise de la conférence ACC… Sur et en dehors des parquets 

Equipe flop de la semaine : Michigan State Spartans (29 victoires – 4 défaites, 16 victoires – 2 défaites au sein de la Big Ten).

La dernière fois que Michigan State a fait son apparition dans la case flop de la semaine, c’était juste après la défaite face au rival, Michigan. Bis repetita pour les Spartans, et avec les mêmes raisons que la dernière fois : un manque criant d’envie, un Miles Bridges qui force trop sur des longs tirs à deux points ou lieu de jouer simple et attaquer le cercle ? Une incapacité d’adaptation face à la défense très agressive de Michigan et on voit le résultat…

Pas de finale pour MSU et donc pas de premier seed à la March Madness. Pire encore, Michigan State risque de se retrouver avec un seed 2, voir 3, ce qui va compliquer la tâche dès le 2ème tour, avec une confrontation toujours très délicate face à un seed 7-8.

La période creuse de 13 jours avant le Selection Sunday risque d’être longue pour les joueurs et le coaching staff. Attention au manque de rythme… Cela peut coûter très chère sur une confrontation à la grande danse de mars !

Avec le NIT, la NCAA se rapproche de l’international

5 Majeur

Aaron Holiday (Junior, UCLA) : 21 points, 6 rebonds et 6 passes face à Colorado / 34 points, 7 passes et 5 rebonds face à USC ;
Jalen Hudson (Junior, Florida) : 27 points face à Alabama, 22 points face à Kentucky ;
Andrew Rowsey (Senior, Marquette) : 28 points, 10 passes, 4 rebonds face à Georgetown / 26 points, 8 rebonds et 8 passes face à Creighton ;
Courtney Stockard (Junior, St. Bonaventure) : 31 points, 7 rebonds, 3 rebonds et 2 interceptions face à Davidson / 22 points et 10 rebonds face à Saint Louis ;
DeAndre Ayton (Freshman / Arizona) : 12 points, 10 rebonds et 4 passes face à Stanford / 26 points et 20 rebonds face à California.

Ranking

1- Virginia
2- Duke
3- Xavier
4- Villanova
5- Michigan
6- Cincinnati
7- Michigan State
8- Texas Tech
9- Kansas
10- Gonzaga
11- Purdue
12- Wichita State
13- North Carolina
14- Ohio State
15- Tennessee
16- Auburn
17- West Virginia
18- Florida
19- Houston
20- Miami
21- Virginia Tech
22- Saint Mary’s
23- Nevada
24- Kentucky
25- Arizona

 

Pour en savoir plus rendez-vous sur Midnight on Campuset on vous conseille ces articles :

Facebook Comments

Leave a Reply