L’art d’être clutch par Damian Lillard 

L’art d’être clutch par Damian Lillard 

Depuis son arrivée dans la ligue le meneur des Blazers Damian Lillard s’est imposé comme un des joueurs les plus clutchs de la ligue. Il compte déjà une belle collection de game winner, à commencer par celui lors du Game 6 des playoffs 2014 face aux Rockets. Dans une interview accordée à Sporting News il a évoqué les raisons de son succès dans le money time

« Tout d’abord, je pense que c’est le travail pour devenir un athlète professionnel qui paye. Je sais au fond de moi que j’ai passé du temps pour ça et je fais ce que j’annonce. J’ai beaucoup de confiance grâce à ça. Et je peux gérer aussi bien le succès dans ce genre de situation. Mon état d’esprit ne va pas changer, je ne vais pas avoir de problèmes de confiance, je vais rentrer chez moi, dormir et me lever le jour d’après. Si la même situation se reproduit, je veux avoir une nouvelle fois la balle. Mais aussi, quand on arrive dans les dernières minutes, peu importe la manière dont on a shooté le reste du match ou notre performance lors de la rencontre précédente, il y a une opportunité de monter d’un cran et de montrer qu’on est construit pour ça. J’adore ce genre de situation. » Lillard

Est-ce que être clutch peut s’apprendre ou c’est inné ?

« Un peu des deux je pense. Je ne sais pas si tout le monde fait confiance à son instinct, tire sa confiance de toutes les heures passées à s’entrainer. Je suis certain qu’il y a des joueurs qui travaillent dur mais quand on les met face à quelqu’un  qui se sent meilleur qu’eux, ils perdent leur confiance en eux. Ensuite il y a ceux, comme moi, qui travaillent beaucoup et se disent ‘tout ça va me permettre de faire ce que je veux sur le terrain, j’ai beaucoup passé de temps dessus, donc ça va fonctionner.’ C’est tout, il n’y a pas de tour de magie, c’est tout simple. Tout est dans la tête. Il faut avoir cette confiance en soi, mais aussi travailler suffisamment pour qu’elle soit fondée sur quelque chose. » Lillard

Si les coachs dessinent des systèmes dans ces situations, ce n’est pas le plus important selon le All-Star.

« Il faut se faire confiance dans ce genre de situation parce que les équipes adverses connaissent les systèmes. Ils vont savoir ce qui va arriver. Ils vont faire confiance au coach qui leur dira à quoi s’attendre. Et les joueurs vont jouer ensuite. Quand un match est jeu, il est temps de finir le boulot et de faire confiance à ses instincts. Si on est sur le terrain à se dire « je ne veux pas prendre ce shoot« , « je ne veux pas perdre la balle », c’est comme ça que l’on échoue. »

 

 

 

Leave a Reply