Devin Booker : « J’en ai marre de ne pas faire les playoffs, c’est probablement la dernière saison où je n’y participe pas »

Devin Booker : « J’en ai marre de ne pas faire les playoffs, c’est probablement la dernière saison où je n’y participe pas »

La dernière campagne de playoffs des Phoenix Suns remonte à la saison….2009/2010. Steve Nash et Amar’e Stoudemire étaient encore les leaders de l’effectif et Channing Frye un jeune intérieur d’à peine 26 ans. Et ça ne va pas en s’arrangeant puisque les Suns affichent le dernier bilan de la ligue cette saison avec 21 petites victoires, soit leur pire saison depuis leur premier exercice en 1968/1969 (16/66). Et cette situation commence à peser lourd chez certains joueurs.

Basket Infos lance la Fantasy League NBA pour les playoffs : « En Route pour le Titre » présentée par Basket Store

« J’en ai marre de ne pas faire les playoffs. Je suis sérieux, c’est probablement ma dernière saison où je ne participe pas à la postseason. Je vais prendre l’été et travailler si dur que ça n’arrivera plus. Mon but est de rendre à la franchise son lustre passé. Quand on regarde les highlights de Charles Barkley ou de Steve Nash, on voit à quel point la salle était vivante. Un de mes buts et de retrouver ça. » Devin Booker.

Toutes ces années de mauvaises performances ont au moins eu un avantage : ramener de nombreux jeunes talents à la franchise. Entre Devin Booker, Josh Jackson(21 ans), Dragan Bender et Marquese Chriss (20 ans), les Suns ont de quoi voir venir pour les années à venir. Reste à encadrer tout ça avec des vétérans.

« Les voix dans les vestiaire ou quand les joueurs sont en train d’apprendre ont beaucoup plus de force quand la personne qui parle est sur le terrain. Ils n’ont pas juste besoin d’un professeur mais de gars qui sont sur le terrain et dont ils peuvent suivre l’exemple. » Jay Triano, le coach des Suns.

Ce rôle, Tyson Chandler était sensé le tenir. Sauf qu’à 35 ans, l’intérieur champion avec les Mavs en 2011 commence à tousser et a du mal à se rendre utile même s’il reste un rebondeur efficace (9,1 prises cette saison). Le bon côté des choses, c’est que les Suns ont des picks (le leur, qui sera obligatoirement dans les quatre premiers ne sera pas transféré mais il disposent aussi d’un autre, voire de deux premiers tours) et de la place sous le cap (près de 20 millions la saison prochaine) pour récupérer des vétérans encore performants comme l’affirme leur General Manager Ryan McDonough.

« Nous serons une des cinq ou six équipes qui auront plus de 10 millions sous le cap. Et j’ai le sentiment que l’on peut créer encore plus d’espace sous le cap si nous le voulons. » McDonough

Le GM est conscient que la culture de la loose qui est en train de s’installer au sein de la franchise ne sert pas du tout les intérêts de l’organisation sur le long terme.

« Je pense que perdre commence à laisser des marques et que les gars se sont habitués. La barre est plus basse. L’an prochain, on essaiera de la remonter, et nos standards avec. On ne sera plus aussi jeunes, nous n’aurons pas autant de jeunes joueurs que nous avions cette année. » Ryan McDonough.

Devin Booker, le franchise player de l’équipe, a la possibilité de signer une extension de contrat dès cet été. Aux dirigeants de le convaincre que le projet des Suns vaut le coup de rester dans les parages.

Via ESPN.

Facebook Comments

Leave a Reply