Frank Ntilikina : « La magie du Garden, au début moi je n’y croyais pas »

Frank Ntilikina : « La magie du Garden, au début moi je n’y croyais pas »

Invité de Basket Time sur RMC avec David Cozette, Fred Weis et Stephen Brun, Frank Ntlikina a fait le bilan de sa première année en NBA. Une première saison décrite comme très positive à titre personnelle pour l’Alsacien de 19 ans.

« Une très belle saison. C’était une saison très riche en apprentissage, c’était l’objectif. Apprendre le plus de choses possibles pour repartir cet été avec le plus de bases.

J’ai vécu toutes les expériences possibles. On a commencé la saison on était au top, avec Kristaps Porzingis qui jouait à un très très haut niveau, Tim Hardaway Jr. aussi. Après on a eu une mauvaise période où on n’arrivait pas à gagner un match à l’extérieur, puis les blessures. Ensuite pour un rookie il y a aussi eu la période des transferts, tous les à côtés… C’est pour ça que je dis que pour moi c’est une très belle saison parce que j’ai appris beaucoup de choses là-bas et ça m’a fait évoluer. » Frank Ntilikina

En parlant de Porzingis, les deux joueurs sont plutôt proches.

« Il y a une réelle affinité. Déjà parce qu’on a un petit peu vécu le même parcours. J’ai une relation différente avec lui d’avec tous les autres joueurs. » Frank Ntilikina

Interrogé sur le fait de jouer dans le mythique Madison Square Garden, qui « pue le basket » (dixit Stephen Brun), le meneur a avoué qu’il lui avait fallu attendre de réellement vivre l’expérience « en vrai » pour le réaliser.

« C’est magique. Tu le sens (que des choses se sont passées dans cette salle) et moi j’y croyais pas au début. Je me posais la question quand des gens me parlaient de ça. Mais après quand j’y ai joué j’ai senti cette différence par rapport aux autres salles. » Frank Ntilikina

Concernant sa saison, il a aussi évoqué le fameux rookie wall dont il a été, comme la plupart de ses collègues fraîchement draftés, victime.

« L’enchaînement des matchs, c’est quelque chose qui m’a touché un peu pendant une période fin décembre. Mais on apprend rapidement que c’est plus psychologiquement qu’il faut se préparer plutôt que physiquement. Parce qu’on sait que de toute façon la fatigue sera là, l’important c’est de quelle manière on aborde le match mentalement, il y a l’envie, le comportement. » Frank Ntilikina

Et son nombre de shoots, après que Brun lui ait avoué qu’il criait parfois devant sa télé : « Mais shoote ! » avant de lui demander si on lui avait aussi demandé au sein de l’équipe de se forcer un peu.

« Oui, moi le premier. Après ça a mis du temps parce que je voulais pas trop changer de style de jeu et puis c’était pas dans mon intérêt par rapport au coaching, aux coéquipiers, au style de jeu qu’on pratiquait. C’est sûr que pour arriver à un niveau au-dessus, c’est vrai qu’il faudra que je shoote plus. » Frank Ntilikina

Ses objectifs pour la saison prochaine y seront directement liés :

« Élever mon niveau au scoring, en défense, au rebond… Essayer d’avoir un apport supérieur pour mon équipe. » Frank Ntilikina

Enfin, il a discuté de Joakim Noah, mis au placard depuis une embrouille avec Jeff Hornacek.

« Joakim c’est quelqu’un qui m’a beaucoup aidé dans ma transition NBA, c’est un grand frère pour moi. Ce qui s’est passé c’était vraiment dur à vivre avec l’équipe. Après voilà il va bien, il est motivé à revenir au top niveau et ça va aller pour lui. » Frank Ntilikina

Facebook Comments

Leave a Reply