Ian Clark, l’espion des Pelicans

Ian Clark, l’espion des Pelicans

Rajon Rondo a tout de suite fait cracher le morceau à Ian Clark lorsque les Pelicans ont appris que les Warriors seraient leurs adversaires au second tour. L’arrière de 27 ans a dû lui révéler tous les secrets de l’équipe avec laquelle il a passé 2 ans entre 2015 et 2017.

« On a parlé de ce que les gars aimaient faire. Et évidemment parce que j’ai joué là-bas, il m’a demandé si je me souvenais des systèmes qu’ils utilisent. On a regardé beaucoup de matchs ensemble pour se préparer. » Ian Clark

Les heures de travail ont payé vendredi soir, avec une première victoire dans leur série, et 18 points (7/11, 3/5 à 3-points) en 21 minutes de Clark en sortie de banc.

« Je voulais faire tout ce qui pouvait être nécessaire à l’équipe. On voulait en quelque sorte montrer ce dont on est capable, surtout sur notre terrain. » Ian Clark

« C’est évidemment un joueur talentueux, on l’a vu pendant des années. Avec lui en sortie de banc, tout le monde avait l’air d’être dans un bon rythme. » Stephen Curry

En deux ans à Oakland, Clark a remporté un titre en 2017, au terme d’une saison où Steve Kerr faisait appel à lui 14.8 minutes par match pour un rendement de 6.8 points à 48.7% par match.

« Rien ne peut battre le fait de gagner un titre. C’est ce que recherche chaque gars dans cette ligue. C’est génial après dans le vestiaire, avec le champagne, etc. C’est quelque chose qui vous suit pour le reste de votre carrière. » Ian Clark

Free agent l’été, dernier, Clark a signé à New Orleans pour le minimum vétéran (1.6 million de dollars dans son cas) en août. Pas vraiment par choix puisqu’il a avoué qu’il aurait préféré rester à Golden State si cela avait été possible.

« Après un titre c’est évident que vous avez envie de revenir. Mais en même temps, les choses ne vont pas forcément dans votre sens. En tant que professionnel, vous passez à autre chose, et vous poursuivez votre carrière ailleurs. » Ian Clark

Rien d’insurmontable pour celui qui n’avait pas été drafté en 2013 après 4 années à l’université de Belmont et qui était passé par Utah, la G-League (à l’époque D-League) et Denver avant de trouver une place chez les Warriors. En 19.7 minutes par match cette saison, il a tourné à 7.4 points par match (record en carrière).

« Très souvent je discutais avec Steve Kerr et je lui demandais ce que je devais faire pour avoir plus de temps de jeu, pour progresser. Il a été dans la même situation au cours de sa carrière, quand il jouait avec Michael Jordan et d’autres grands joueurs. Il se tenait simplement toujours prêt. C’est quelque chose qu’il m’a dit et ça m’a aidé à me tenir prêt dès qu’on m’appelle. » Ian Clark

« J’adore Ian. C’est un de mes gars préférés qu’on ait eu ici. » Steve Kerr

« Ces gars sont comme mes frères en dehors de la série, mais sur le terrain, il n’y a pas d’amis. » Ian Clark

via Mercury News

Facebook Comments

Leave a Reply