Anthony Davis : « Quand on ne gagne pas le titre, je ne vois pas trop comment on peut parler de succès »

Anthony Davis : « Quand on ne gagne pas le titre, je ne vois pas trop comment on peut parler de succès »

Pour battre les Warriors on le sait, il faut quasiment sortir le match parfait. Loin d’être ridicules dans leur série, les Pelicans se sont pourtant inclinés 4-1 en demi-finale de conférence Ouest face aux champions. Des champions dont l’armada de talents a fait la différence dans le Game 5 hier, remporté 113-104 par Golden State après avoir compté jusqu’à 26 points d’avance.

En retard de seulement 3 points à la pause, les joueurs d’Alvin Gentry, menés par un impressionnant duo (bien que trop seul) Anthony Davis (34 points à 13/26, 19 rebonds, 4 contres) – Jrue Holiday (27 points à 11/21, 10 rebonds, 11 passes) sur le plan statistiques, se sont noyés (36-19) dans le 3ème quart-temps, spécialité de leurs adversaires.

« On a eu quelques mauvaises possessions, on a raté quelques shoots faciles, tout d’un coup il y a 10-0 et on sait comment ça se passe. C’est passé à 24-5 ou 25-4, quelque chose comme ça. On a raté quelques shoots faciles qui nous ont un peu abattu. On a aussi pris des paris risqués sur les rebonds offensifs et ça nous a mis dans une position compromettante. Mais je ne pourrais pas être plus fier des gars, ils se sont battus ensemble. Il faut aussi comprendre qu’on joue contre une équipe qui sort de 2 finales en 3 ans, ils sont bien en ce moment. Steph retrouve ses jambes et ils ne vont faire que s’améliorer. » Alvin Gentry via Pelicans

New Orleans a réussi à revenir à 7 points grâce à un 18-2 dans les dernières minutes mais le mal était fait et Steve Kerr n’a pas forcé sur ses stars.

« J’étais très fier parce qu’on aurait facilement pu arrêter de jouer. Ce n’est pas dans notre ADN, on s’est battus jusqu’au buzzer. On est revenus très près mais ils ont réussi à mettre les paniers qu’il fallait parce qu’ils sont comme ça. » Alvin Gentry

En dehors d’E’Twaun Moore (10 points à 4/12, 4 passes) et de son +2, Ian Clark (9 points à 4/9, 4 rebonds, 2 interceptions) a été le seul Pelican à terminer dans le positif au niveau du plus/minus (+5). L’équipe a aussi concédé 24 points sur ses 14 ballons perdus et été dominée au rebond (53-44, 12-4 sur les offensifs) malgré son avantage à 3-points (10/24 contre 7/27). Pour Gentry, cette saison 2017-18 reste une réussite compte tenu de la perte de DeMarcus Cousins et du fait que l’équipe n’avait plus atteint le 2ème tour des playoffs depuis 10 ans.

«Oui je vois cette saison comme un succès. On est déçus. On n’est pas venus là pour dire ah c’est bien d’être à San Francisco. On est venus pour essayer de gagner le match et on se voyait capables de le faire. Contre les champions en titre, vous essayez de voir qui vous êtes en tant que franchise actuellement. » Alvin Gentry

Anthony Davis a lui un peu plus de mal à parler de réussite.

« Si vous n’êtes pas champion, je ne vois pas comment ça pourrait être une saison réussie. On peut retirer beaucoup de choses positives de cette saison. Bien sûr il nous manquait un de nos meilleurs gars et tout le monde doutait de nous. Tout le monde a fait une croix sur nous mais on s’est battus, on a continué à pousser pour en arriver là. Il n’y a pas de victoires morales mais on peut retirer beaucoup de choses de la saison. Quand on ne gagne pas le titre, je ne vois pas trop comment on peut parler de succès. » Anthony Davis

Facebook Comments

Leave a Reply