Steve Nash : « on avait un style de jeu et un roster qui étaient parfaitement adaptés à ce que la NBA allait devenir 5 ou 10 ans plus tard »

Steve Nash : « on avait un style de jeu et un roster qui étaient parfaitement adaptés à ce que la NBA allait devenir 5 ou 10 ans plus tard »

Lors de sa première nomination au poste de head coach par les Suns en 2003, l’actuel coach des Rockets Mike D’Antoni prônait déjà un jeu très rapide. C’est lui qui a remis au goût du jour le fameux Run and Gun qui a fait de Phoenix une des équipes les plus excitantes et performantes des années 2000. Organisé autour du meneur de génie Steve Nash, le Run and Gun incitait les joueurs des Suns à se projeter le plus rapidement possible en attaque et à dégainer dès qu’un joueur était ouvert. Cette philosophie de jeu a fait lever les foules et fait des Suns une des équipes les plus populaires de la NBA. Sans jamais rapporter de titres à la franchise arizonienne. Mais c’est bien ce système qui a inspiré Steve Kerr et qui lui a permis de créer le style de jeu actuel de ces Warriors deux fois champions, changeant du même coup la philosophie de toute la NBA. Auparavant moqué par son incapacité à remporter un titre, le système Mike D’Antoni est aujourd’hui la base du jeu de beaucoup d’équipes NBA.

« Je ne pense pas qu’on s’estimait être le futur à l’époque. On avait l’impression de jouer de la meilleure manière pour permettre à notre roster de gagner des matchs. Nous avions un meneur assez fin et pas de vrai pivot, remonter tranquillement la balle et jouer des coudes ne nous allait pas. » Steve Nash.

Et les vrais pivots dont parle Nash ont plus ou moins disparu maintenant.

« C’est de la faute de Mike si il n’y a plus de grands pivots en NBA. Zaza devrait aller voir Mike et lui dire qu’il a ruiné sa carrière. » Steve Kerr.

« À l’époque, la NBA était dominée par des protecteurs d’arceaux. Ils avaient beaucoup d’impact en défense. Aujourd’hui, on voit que cet impact est devenu assez obsolète. C’est peut-être dur, mais ils n’ont plus la même importance maintenant qu’avant, avec la différence entre les styles de jeu. » Steve Nash.

Lors des grandes années de Nash sous le maillot de Phoenix, ce style de jeu permettait aux Suns d’enflammer la saison régulière mais ils n’ont jamais vraiment réussi à confirmer en playoffs malgré deux participations aux finales de conférence en 2005 et 2006.

« Nous n’avons pas toujours eu beaucoup de chance mais c’est aussi en grande partie ma faute. J’aurais dû faire deux ou trois actions décisives lors des matchs importants. Mais c’est le basket et c’est pour ça que ce sport est aussi beau. Tout le monde ne gagne pas tous les ans, certains ne gagnent jamais. Même si ça me fait encore mal, je n’ai jamais fait partie d’une équipe qui gagne le titre et j’aime bien cette idée. Au lieu de me dire « Pourquoi moi ? » Je me demande « Pourquoi pas moi ? Je n’ai pas pu aller au bout » Steve Nash.

Nash était un grand shooteur et il a terminé plusieurs saisons avec plus de 50% de réussite aux tirs, 40% à trois points et 90% aux lancers francs. Seulement le meneur cherchait d’abord à faire la passe avant de scorer et s’il a tourné à 10,9 passes par match lors de son second passage aux Suns entre 2005 et 2012, il ne prenait en moyenne que 12 tirs par match et ne marquait que 16 points.

« Ça aurait probablement eu plus de sens que je prenne plus de tirs mais en même temps, la ligue n’était pas prête pour ça. Tout le monde nous disait qu’on ne pouvait pas gagner en tirant autant de trois points, maintenant je me rends compte que nous n’en prenions pas assez, spécialement quand on jouait petit. » Steve Nash.

Ironie du sort, c’est l’actuel coach des Warriors qui a mis fin à l’expérience de D’Antoni à la tête des Suns. En effet, Kerr a été General Manager de 2007 à 2010 et c’est lui qui a pris la décision d’envoyer un joueur très important du roster, à savoir Shawn Marion en Floride pour mettre la main sur Shaquille O’Neal. Le bonhomme était déjà vieux (35 ans) mais son arrivée a également forcé les Suns a considérablement ralentir leur jeu. Comme on peut s’en douter, cette décision n’a pas fait particulièrement plaisir à D’Antoni et, malheureusement pour les Suns, les résultats n’ont pas vraiment été au rendez-vous et D’Antoni et a quitté son poste dans l’Arizona pour prendre les rênes des Knicks.

« Ce sont tous les deux des gars supers. C’est un peu triste que leur collaboration ne se soit pas mieux terminée. Mais c’est comme ça que la NBA marche, tout le monde est sous pression. Nous avions une équipe qui était probablement un peu en avance sur son temps, on avait un style de jeu et un roster qui étaient parfaitement adaptés à ce que la NBA allait devenir 5 ou 10 ans plus tard. » Steve Nash.

Steve Kerr a en tout cas beaucoup appris de sa collaboration avec D’Antoni comme il le dit lui même.

« Il rend ses joueurs autonomes, j’ai beaucoup appris de ça. Il y a beaucoup de coachs qui se concentrent sur le négatif, Mike est tout le temps en train de motiver et de pousser ses joueurs. J’admire cette approche. » Steve Kerr.

Mais si les deux coachs ont repris les mêmes bases pour structurer le jeu de leur équipe, ils ont aussi fait quelques changements. Comme l’explique Nash, Mike D’Antoni profite du talent en un contre un de James Harden pour jouer certaines possessions en isolation alors que Steve Kerr a lui repris certains préceptes de l’attaque en triangle de Phil Jackson. Nash a remporté deux titres de MVP et il fait partie depuis trois ans du staff des Warriors.

Via Mercury News.

Facebook Comments

Leave a Reply