Les Knicks sur Trae Young : « En voyant ce qu’il a fait, vous êtes obligé de vous dire qu’il peut devenir un joueur spécial »

Les Knicks sur Trae Young : « En voyant ce qu’il a fait, vous êtes obligé de vous dire qu’il peut devenir un joueur spécial »

Les Knicks s’apprêtent à vivre leur première draft post-Phil Jackson (en place de 2013 à 2017) et Trae Young fait partie de leurs cibles. Le meneur de 19 ans et 1,88m sorti d’Oklahoma serait testé par l’équipe ce mardi, avant un dîner officiel.

« C’est un joueur intrigant, un talent intrigant. Trae est un peu plus costaud qu’il en a l’air sur le terrain. En voyant ce qu’il a fait avec les joueurs qu’il avait autour de lui cette saison, vous êtes obligé de vous dire que ce gars a une chance de devenir un joueur spécial. » Steve Mills (président)

Pensez à installer l’appli Basket Infos sur Android ou iOS

Annoncé dans le top 3 avant sa fin de saison compliquée, Young (27.4 points à 42.2%, 3.9 rebonds et 8.7 passes de moyenne en 2017-18) n’est pour le moment pas annoncé au-delà du 6ème pick. Or les Knicks possèdent le 9ème choix.

« Quand je l’ai vu joué au tournoi NCAA, la première fois que je l’ai vu en live, j’ai été très impressionné par sa façon de faire circuler le ballon. Il voit tout sur le terrain. C’était très impressionnant. » Steve Mills

Et si Young (qui va effectuer un total de 4 workouts) n’est plus disponible, l’équipe penchera alors plutôt pour un ailier, Mikal Bridges, double champion NCAA et testé par les Bulls (7ème choix) lundi, avant un workout à New York.

Son workout, Young l’effectuera seul face à ses possibles futurs dirigeants.

« Personnellement je pense que c’est plus difficile pour un gars d’être en configuration 1 contre 0. Parce qu’il y a le facteur fatigue, ils ne peuvent pas faire de pause. Si vous n’êtes pas tout à fait en grande forme, ça se verra toujours plus si vous êtes seuls plutôt qu’avec 2, 3 ou 4 gars. Je comprends que les agents ne veulent pas qu’ils s’affrontent. Ça fait partie du processus. » Steve Mills

Ces workouts sont d’excellents opportunités. C’est une occasion d’apprendre à connaître les joueurs un peu plus qu’à Chicago pendant 30 minutes (durant le combine). Très souvent lors d’un dîner et de discussions avec les membres du staff, on peut se rendre compte de qui ils sont et quelle serait la place dans ce qu’on essaie de faire. » Steve Mills

via New York Post

Leave a Reply