Kevin Durant, Game 3 : Un sentiment de déjà-vu

Kevin Durant, Game 3 : Un sentiment de déjà-vu

En train de voir le match leur échapper à l’entame de la dernière minute avec un retard de 3-points, les Cavaliers devaient à tout prix faire un stop. Puis sur un écran, Kevin Durant s’est arrêté à 10 mètres, a placé ses pieds, s’est élevé et a dégainé… Ficelle.

Forcément difficile de ne pas penser au shoot qu’il avait mis aussi dans le Game 3 l’an passé.

« Oui, surtout ici à la Quicken Loans. Je disais justement après le match au journaliste Jason Lloyd que c’était comme du déjà-vu quand il a mis ce shoot. Parfois, même si vous savez que ça va venir, il est agressif, il danse avec le ballon, et quand il s’élève sur son pull-up, c’est difficile de le stopper parce qu’il peut vous shooter par-dessus avec sa taille. » Kevin Love

« C’était du même endroit, juste un peu plus loin. Mais ce match pour lui c’était comme du déjà-vu avec sa performance du Game 3 l’an passé. » Daymond Green

Mais pour LeBron, rien à voir

« Non, ce n’était pas le même shoot. Celui qu’il a mis ce soir il était 1.2-1.5 mètres plus loin que celui qu’il a mis l’an passé. L’an passé nous étions à plus deux et il s’est élevé juste devant la ligne à 3-pts et c’était très bien contesté, mais il l’a mis. Ce soir ils étaient à plus 3. C’était en sortie de pick & roll et il s’est arrêté 1.2-1.5 mètres derrière la ligne à 3-pts. C’était la même aile, mais une position différente. Mais vous ne pouvez que tirer lui votre chapeau. C’est ce qu’il fait. C’est un scoreur. Vous savez, c’est un assassin, et c’était une action d’assassin là. » LeBron

Quoi qu’il en soit c’était un énorme shoot qui a plié le match

« C’est la confiance en soi suprême. Il travaille dur sur son jeu. Il est prêt pour ces moments. Quand vous avez cette confiance en vous, le moment n’est jamais trop grand pour vous. Vous avez les tripes et le calme pour prendre ce shoot l’an passé et ce soir. C’était énorme. Je pense qu’il aurait accepté le résultat quel qu’il soit parce qu’il sait à quel point il travaille. C’est ce que les superstars font. » Stephen Curry

Alors que les Cavaliers étaient assommés et que Kevin Durant était impassible, Stephen Curry et Draymond Green sont entrés en transe

« J’ai beaucoup crié, inutilement. J’ai juste profité du moment. Il est resté de marbre et quelqu’un devait crier et montrer un peu d’émotion, donc moi et Draymond nous nous en sommes chargés. » Curry

« En fait j’ai dit une mauvaise chose. C’est presque comme si je l’avais insulté, mais j’étais tellement heureux. Je criais une  mauvaise chose, mais c’était un énorme shoot. Le shoot à 3-pts de Steph puis celui-là, il l’a pris à 11.5 mètres. Mettre un coup de poignard comme ça, c’était un énorme shoot. Je me suis juste enflammé. Green

« A chaque fois que je mets un shoot en NBA je suis excité. J’intériorise juste ça un peu plus avec l’âge que lorsque j’étais jeune. J’étais sans aucun doute excité. C’est difficile de mettre des shoots à ce niveau en NBA et j’en ai conscience. Mais dans le même temps je savais que le match n’était pas fini. J’ai vu des choses folles arriver lors de ma carrière, pas seulement en NBA. Nous étions à plus 6 à 25 secondes de la fin, je crois, et tout pouvait arriver. » KD

Leave a Reply