Draymond Green avait tout calculé au niveau de son contrat pour que les Warriors puissent signer Kevin Durant

Draymond Green avait tout calculé au niveau de son contrat pour que les Warriors puissent signer Kevin Durant

Avec Kevin Durant les Golden State Warriors se sont assurés les deux derniers titres de champion NBA et si Draymond Green a eu un rôle capital dans ces deux titres, il en a eu aussi un dans le recrutement du double MVP des finales en titre. Tout a commencé bien avant la tentative de recrutement de la star du Thunder dans les Hamptons. Lors de l’été 2015, pas rassasié du titre que les Californiens venaient de remporter et désireux de pouvoir en décrocher toute une collection, Green a anticipé l’avenir.

Pensez à installer l’appli Basket Infos sur Android ou iOS

« Je veux gagner. Je veux gagner quoi qu’il en coûte. » Green

Prêt à tout, il était notamment prêt à faire un sacrifice financier pour qu’un an plus tard les Warriors soient en mesure de recruter un certain KD.

« J’ai pris moins pour que nous puissions recruter KD. Je suis un étudiant du jeu, mais j’étudie aussi le côté business et les chiffres, ce que certains ne font pas. Ils laissent leur agent s’occuper de ça. » Green

Cet été-là il a signé un contrat de 5 ans pour 82 millions de dollars alors qu’il pouvait prétendre à un chèque de 94 millions de dollars. En général les joueurs cherchent toujours à signer pour le maximum d’argent lors de leur premier contrat, mais il avait autre chose en tête. Son sacrifice était bien étudié puisqu’il s’était plongé dans les règles du CBA pour calculer quel contrat il devait avoir afin qu’un an plus tard les Warriors puissent proposer le max à Kevin Durant. Il ne s’était pas trompé dans le calcul et ses anticipations. En ayant un salaire de 15.3 millions de dollars au lieu de 17.6 sur la seconde saison, et en considérant un départ d’Harrison Barnes et Festus Ezeli, puis ensuite un transfert d’Andrew Bogut, les Warriors se retrouvaient avec assez de place sous le salary cap pour offrir le max à KD.

« Je crois que le max que je pouvais signer c’était 96 millions de dollars. Cet argent que j’ai laissé de côté n’allait probablement pas changer ma vie. C’est probablement 6 millions de dollars une fois les taxes et les impôts pris en compte. Cela ne change pas ma vie, mais les titres peuvent. Les titres peuvent changer ma vie. Donc il est question de ce qui est important pour vous. Et je savais à quel point c’était important pour moi que nous ayons cette opportunité si je faisais ce que j’ai fait. Et je n’avais pas besoin que Bob (Myers) me l’explique. Bob ne me l’a jamais expliqué. Je savais ce qui se passait. Donc voilà sur quoi j’ai basé mes négociations. J’ai eu le montant que j’avais demandé. » Green

Pendant la saison il a continué de mener son plan en recrutant KD en coulisses et en créant une relation avec l’ailier star du Thunder. Spécialiste du texto, il lui a notamment envoyé un message après la terrible défaite en finale dans le Game 7 face aux Cavs

« Nous avons besoin de toi. »

S’il est détesté par beaucoup pour sa grande gueule, Green a beaucoup d’amis en NBA avec qui il a créé des liens au fil des années comme LeBron James, Damian Lillard, Joel Embiid, Donovan Mitchell, Jaylen Brown… La liste est très longue et il n’hésite pas à jouer un rôle de mentor pour les jeunes comme il l’a fait avec Embiid et Brown durant ces playoffs pour les aider.

« Lors de mon année rookie Pete Meyers me disait que j’étais payé pour que les jeunes joueurs qui arrivent soient aussi payés, que c’était mon job et ma responsabilité de leur redonner ce que j’ai appris, de transmettre ce que je sais. C’est un devoir envers le basket. Et je n’oublierai jamais ça. Donc j’essaye de faire tout mon possible pour avoir des relations avec les jeunes gars, pour leur montrer comment faire, qu’à leur tour ils montrent ensuite aux jeunes comment faire. Je pense que beaucoup de personnes me détestent car elles ne me connaissent pas. Il n’y a que peu de personnes qui me connaissent et qui ne m’aiment pas. Toutefois je m’en fiche totalement que quelqu’un me déteste. Mais je pense qu’au bout du compte les relations sont importantes parce que nous devons tous nous soutenir. Et je sais que ça va au-delà du basket. » Green

Il est le genre de joueur adoré par ses coéquipiers et détesté par ses adversaires comme les Kevin Garnett, Joakim Noah

« Il aime aider les autres. Comme sur le terrain, il aime prendre des rebonds, faire des contres, parler aux gars, faire des passes décisives, ce sont des choses qui sont dans l’intérêt du jeu. Il veut être responsable de ces trucs et il est donc le gars qui se sacrifie énormément. Il sacrifie son corps, des points, des récompenses, de l’argent, tous ces trucs pour le bien de l’équipe. Tout le monde a besoin de ça dans une équipe. » Kevin Durant

« Il a endossé le rôle de mère poule. Il est comme ça. Il est celui qui est sur le terrain à se sacrifier s’il le faut. Il est tellement bon à côté de joueurs de talent, ce qui est une qualité. Il renforce le talent de nos joueurs, et sans lui nous ne serions pas où nous en sommes. C’est clair. » Bob Myers

Via ESPN

Leave a Reply