Free Agency NBA : La position de LeBron James ne facilite pas la tâche des Cavs

Free Agency NBA : La position de LeBron James ne facilite pas la tâche des Cavs

Partira, partira pas… On en saura plus dans les jours qui viennent mais selon les dernières informations d’Adrian Wojnarowski, LeBron James n’aurait pas exclu un retour à Cleveland, même si les chances qu’il reste dans l’Ohio grâce à un roster amélioré seraient bien faibles…

Les Cavs s’appliqueraient actuellement à essayer de trouver des opportunités de trade intéressantes ou qui pourraient les aider à faire de la place dans leur salary cap pour être agressifs durant la free agency, mais ils n’auraient pas réussi à rencontrer ou discuter directement avec leur joueur pour évoquer ces scénarios. Actuellement en mode décompression, le joueur a préféré se tenir éloigné de l’équipe pour les périodes pré-draft et pré-free agency et aurait refusé les appels du pied de ses dirigeants. On peut donc imaginer que les dirigeants se retrouvent à naviguer un peu à l’aveugle sans savoir s’ils pourront ou non compter sur LeBron, une situation compliquée donc. L’an passé c’est ce qui s’était passé avec Paul George. Ils voulaient le récupérer mais George ne voulait venir qu’à condition d’avoir l’assurance que LeBron allait rester, ce que ne savait pas les dirigeants à cette époque.

Doivent-ils être agressif pour continuer de bâtir autour du King ou pour tout reconstruire ? Utiliser la mauvaise stratégie pourrait avoir des conséquences désastreuses. S’ils commencent à anticiper un départ du King et à entamer une reconstruction, ils peuvent être certain qu’il ne reviendra pas…

[Interview] Evan Fournier : « J’espère que Mo Bamba sera un Rudy Gobert plus offensif »

L’équipe aimerait par ailleurs s’impliquer dans les discussions avec Paul George ou Chris Paul mais embourbée dans la luxury tax, elle ne pourrait pas les acquérir via d’éventuels sign-and-trades. Quant à Kawhi Leonard, elle s’est renseignée auprès des Cavs mais cela risque là encore d’être bien compliqué au vue du manque d’atouts à proposer en échange.

L’offseason 2017 n’avait déjà pas été de tout repos pour Cleveland, qui sans assurance de la part de LeBron James sur son engagement avec la franchise au-delà de la saison 2017-18, n’avait pas pu attirer Paul George dans ses filets.

via ESPN

Leave a Reply