NBA Free Agency : La grille des salaires, les contrats max et super max, les exceptions…

NBA Free Agency : La grille des salaires, les contrats max et super max, les exceptions…

Avec l’entrée en vigueur du nouveau salary cap, qui à 101,869millions de dollars pour la saison prochaine, légèrement supérieur à l’an passé, les contrats max vont être revus à la hausse et voici un petit point pour anticiper ce que les joueurs pourront toucher. Il faut savoir que l’accord collectif NBA régit ces contrats et ses principes sont très complexes (N’oubliez pas de lire notre dossier finances sur le précédent CBA mais dont les principes changent peu). Concernant les contrats max, c’est ce qui nous intéresse surtout, ils dépendent tout d’abord de l’ancienneté du joueur dans la ligue. On distingue 3 catégories

  • 0 à 6 ans dans la ligue
  • 7 à 9 ans dans la ligue
  • plus de 10 ans dans la ligue

Depuis le CBA 2011, les contrats ne peuvent plus durer plus de 5 ans. Selon la façon dont le joueur est signé, la limitation peut être encore plus basse (par exemple, un joueur signé avec la BI-Annual Exception ne peut signer que pour deux ans). Pour inciter les joueurs à rester dans leur équipe de départ, la durée de contrat proposée par une autre équipe que celle d’origine n’est que de 4 ans. Par ailleurs les contrats NBA sont progressifs, c’est-à-dire que le salaire d’un joueur augmente d’une année sur l’autre. Là encore, cette hausse est strictement encadrée, et ne peut dépasser 8 %. Toujours pour inciter les joueurs à rester dans leur équipe de départ, ce pourcentage n’est disponible que pour les joueurs re-signant au même endroit; s’ils signent dans une autre équipe, cette hausse n’est plus que de 5 %.

Ensuite les exceptions entrent en jeu lorsque l’équipe doit dépasser le salary cap pour re-signer son joueur (pour tout savoir, faites un tour ici):

1.Les exceptions « Bird »

Ces exceptions sont disponibles pour toutes les équipes: celles qui sont en-dessous du salary cap et qui n’ont pas d’autre choix que de le dépasser pour resigner un joueur, et celles qui sont déjà au-dessus du salary cap.

  • Larry Bird Exception: c’est la plus connue, et la plus utilisée. Elle permet à une équipe de resigner un de ses joueurs arrivé en fin de contrat, même si elle doit dépasser le salary cap pour cela. Pour cela, le joueur doit être sous contrat depuis au moins trois ans, sans avoir été coupé ou avoir changé d’équipe en tant que free agent. En revanche, avoir été échangé ne fait pas perdre ce qu’on appelle les « Bird Rights ».
  • Early Bird Exception: comme le nom l’indique, cette exception est une version affaiblie de la précédente. Le principe est le même, mais la condition est cette fois deux ans de contrat, et le salaire est plus fortement encadré: il ne doit pas dépasser 175% du salaire précédent, ni le salaire moyen de la ligue. Le contrat signé doit être d’au moins deux ans.
  • Non-Bird Exception: cette exception concerne tous les joueurs non-éligibles au deux précédentes, ou dont les équipes n’ont pas voulu activer ces deux pour les prolonger. Là encore, le salaire est encadré: pas plus de 120% du salaire précédent, pas plus que 120% du salaire minimum.

2. Les autres exceptions, ( concernent les équipes déjà au-dessus du salary cap)

Mid-Level Exception: c’est l’une des plus utilisées, appelée MLE. Elle permet de signer un ou plusieurs free agents en étant au-dessus du salary cap, mais ne peut être utilisé qu’une fois par an (contrairement aux Bird Exceptions). Son montant dépend de la situation financière de l’équipe:

  • Mid-Level Exception: Elle est de 8.6 m$ et permet d’offrir jusqu’à 4 ans de contrat pour les équipes qui ne dépassent pas le « tablier » de la luxury tax, c’est-à-dire une limite situé 6 m$ au-dessus du montant de la taxe (soit 123 m$).
  • Mini Mid-Level Exception: Elle est de 5.3 m$ et permet d’offrir jusqu’à 3 ans de contrat pour les équipes qui dépassent ce fameux tablier.
  • Enfin, une troisième version, appelée Room Exception, est disponible pour les équipes en-dessous du salary cap. C’était une nouveauté du CBA 2011, qui permet à des équipes de dépasser le salary cap après avoir utilisé leur espace sous le cap. Elle est d’au maximum 2 ans pour 4.4 m$.

Bi-Annual Exception (BAE): comme la MLE, elle permet à une franchise de signer un ou plusieurs joueurs pour une certaine somme, 3.4 m$ en l’occurrence (et pour deux ans maximum). Mais la différence est qu’elle n’est utilisable qu’une année sur deux, et qu’elle n’est disponible que pour les équipes en-dessous du fameux « tablier ». Elle ne peut être utilisée qu’avec la version à 8.6 m$ de la MLE, pas avec les deux autres.

3. Les Designated Veteran Player contracts ou extensions

Après ce petit récapitulatif, il est à noter qu’il y a une nouveauté dans l’accord collectif signé l’an passé, l’arrivée des Designated Player contracts ou extensions concernant les joueurs qui sont en NBA depuis moins de 10 ans), dont cet été, seul 1 joueur est éligible (en fonction de critères de performance, MVP, All-NBA Teams, défenseur de l’année…)

Kawhi Leonard est donc éligible à la signature d’une prolongation contrat super max de 5 ans, avec dès la 1ère année et malgré une expérience dans la ligue inférieure à 10 ans, un salaire valant jusqu’à 35% du salary cap (jusque là il fallait avoir au moins 10 ans d’expérience pour avoir 35% du salary cap). Les autres joueurs NBA qui ont entre 7 et 9 ans d’ancienneté en NBA ne peuvent pas prétendre à un salaire supérieur à 30% du salary cap. Actuellement on ne sait pas encore ce que sera le salary cap en 2019 mais il est annoncé à 108 millions de dollars, ce qui ferait une première saison à 37.8 millions de dollars en 2019-20 pour le Spur, et donc en appliquant 8% d’augmentation chaque année on obtient 219.24 millions e dollars sur 5 ans.

***

Quant à grille ci-dessous sur la 1ère ligne où vous pouvez lire 0-6 5% 4-year, le 0-6 correspond à l’ancienneté en NBA, le % à l’augmentation annuelle du salaire et le 4-year au nombre d’années du contrat.

Par exemple dans le cas de Chris Paul, qui a 13 ans d’expérience en NBA, mais n’est pas éligible à un Designated Player contract, il peut signer un contrat max de 5 ans pour 205.03 millions de dollars avec les Rockets contre seulement 4 ans et 152.005 millions de dollars avec une autre équipe.

Un joueur comme DeMarcus Cousins, qui est en NBA depuis 8 ans, peut lui signer un contrat de 175.74 millions de dollars sur 5 ans avec les Pelicans et 130.290 millions de dollars sur 4 ans avec une autre équipe.

Voici donc ces différents contrats en fonction de la situation du joueur et de l’équipe.

Pour un joueur qui re-signe avec son équipe (8% d’augmentation, jusqu’à 5 ans de contrat):

Année 6 ans ou moins 7-9 ans + de 10 ans
2018/19 $25,467,250 $30,560,700 $35,654,150
2019/20 $27,504,630 $33,005,556 $38,506,482
2020/21 $29,542,010 $35,450,412 $41,358,814
2021/22 $31,579,390 $37,895,268 $44,211,146
2022/23 $33,616,770 $40,340,124 $47,063,478
Total $147,710,050 $177,252,060 $206,794,070

 

Pour un joueur qui signe avec une nouvelle équipe (5% d’augmentation, jusqu’à 4 ans de contrat)

Année 6 ans ou moins 7-9 years + de 10 ans
2018/19 $25,467,250 $30,560,700 $35,654,150
2019/20 $26,740,613 $32,088,735 $37,436,858
2020/21 $28,013,975 $33,616,770 $39,219,565
2021/22 $29,287,338 $35,144,805 $41,002,273
Total $109,509,176 $131,411,010 $153,312,846

A noter aussi la grille des salaires pour les Two-Way contracts, ces contrats que les équipes peuvent offrir à deux joueurs qui peuvent à la fois appartenir à une équipe G-League et à la franchise NBA, ce qui évite de signer de multiples contrats. Les joueurs éligibles doivent avoir moins de 4 ans en NBA et ces contrats sont d’au maximum 2 ans. A noter qu’un joueur avec un two-way contract ne peut pas passer plus de 45 jours avec l’équipe NBA à partir du début de saison régulière de la G-League.

Pour le salaire minimum

Années d’expérience Salaire
1 $1,378,242
2 $1,544,951
3 $1,600,520
4 $1,656,092
5 $1,795,015
6 $1,933,941
7 $2,072,867
8 $2,211,794
9 $2,222,803
10+ $2,445,085

Leave a Reply