Dwyane Wade raconte pourquoi il a failli ne jamais aller à l’université

Dwyane Wade raconte pourquoi il a failli ne jamais aller à l’université

Le joueur du Miami Heat Dwyane Wade a passé son enfance à Chicago. La ville de l’Illinois est connue pour sa dangerosité et n’est clairement pas le meilleur endroit pour qu’un enfant puisse grandir sereinement.

« Pour moi, quand j’ai grandi à Chicago, le plus dur a été de ne pas voir le succès. On en rêve, peut-être qu’on le voit à la télé, mais on ne peut pas l’observer de près, le toucher, le sentir. On ne peut pas s’asseoir avec quelqu’un et lui demander : « C’est quoi la clé pour réussir ? » Donc c’est probablement le plus dur. On a cette vision de qui on veut devenir mais on ne sait pas comment y arriver. » Dwyane Wade.

Pour ce gamin là, la route semble par contre toute tracée. Son talent avec un ballon de basket dans les mains lui ouvre des possibilités que les autres enfants de son âge n’ont pas. Seulement Wade doit d’abord passer par l’école pour parvenir à ses objectifs et là-bas, tout ne se passe pas comme prévu.

« En sortant du lycée, j’étais un des meilleurs joueurs de basket de l’Etat mais vu que je n’avais pas de bonnes notes, je ne pouvais pas jouer au sport que j’aimais à un niveau supérieur. J’ai passé les tests ACT (nécessaires pour être admis à l’université ndlr) plusieurs fois et je me rappelle l’appel qu’on m’a passé pour que j’aille dans le bureau où étaient affichés mes résultats. Le trajet pour y aller m’a semblé tellement long parce que je pensais à tout, j’étais excité, joyeux : « Oh mec, ça pourrait arriver, je vais peut-être pouvoir jouer au basket l’année prochaine en première division à l’université » mais j’avais aussi ce sentiment que tout ne se passerait pas bien pour moi. Donc pendant que j’allais dans le bureau, j’essayais de me préparer au cas où je n’avais pas les résultats suffisants. Et je me rappelle prendre l’enveloppe, l’ouvrir, et voir que je n’avais pas mon test. Le trajet pour retourner en classe était encore plus long, j’avais beaucoup d’émotions parce que le basket était ma manière de réussir. C’était comme si mon chemin pour sortir de ma vie était bouché. Je ne voyais pas vraiment le futur à ce moment là, je ne voyais que ce qu’il y avait devant moi. Et je ne pouvais pas jouer au basket. » Dwyane Wade.

Ses résultats sont suffisants pour être admis à l’université, mais pas assez pour intégrer les équipes de NCAA. Heureusement pour lui, le coach de l’université de Marquette Tom Crean va quand même croire en lui et lui proposer une solution alternative.

« C’était une expérience terrible, mon coach à Marquette m’a permis de la traverser. Je l’ai appelé dès la fin de mes cours et il a réussi à me faire garder ma motivation pour l’école, il me disait que tout se passait comme prévu, que tout ce dont on avait parlé quand il était venu chez moi se passait comme il le fallait. Que je n’allais juste pas jouer les matchs mais que j’allais faire tout le reste. Il a été très important pour moi et c’est grâce à lui que j’ai réussi à surmonter cette déception. C’est un des seuls à m’avoir proposé une bourse, alors qu’il ne savait même pas si Marquette pouvait m’accueillir vu mes résultats. Il me disait qu’ils allaient faire tout ce qu’ils pouvaient pour moi parce qu’ils croyaient en moi. Et pour un jeune qui a grandi comme j’ai grandi, que quelqu’un vienne et montre qu’il croit en vous alors qu’il ne vous connait pas, ça représente beaucoup et on sent qu’on a une dette envers cette personne. » Dwyane Wade.

Après une année blanche, le jeune prodige aura finalement le droit de participer aux rencontres universitaires. Il fera tout de suite de gros dégâts dans les défenses et termine la saison avec plus de 21 points de moyenne. Wade restera deux saisons de plus à Marquette pour terminer son cursus universitaire avant de s’envoler vers la draft NBA en 2003 où il sera pris en cinquième position par le Heat et remportera trois bagues sous le maillot de la franchise floridienne.

Via Inc.

Leave a Reply