A la découverte de l’équipe de France U17 : Malcolm Cazalon, athlète d’élite

A la découverte de l’équipe de France U17 : Malcolm Cazalon, athlète d’élite

L’équipe de France U17 a réussi l’exploit d’atteindre pour la première fois de l’histoire la finale de la coupe du monde U17 grâce à un parcours parfait et magnifiquement maîtrisé avec à chaque fois des victoires où l’équipe à mené quasiment de bout en bout. Il faut dire qu’elle est menée par un trop d’extérieurs impressionnant avec Killian Hayes, Théo Maledon et Malcolm Cazalon. Après avoir présenté les deux premiers, c’est au tour de Cazalon.

Malcolm Cazalon a réussi les tests d’entrée pour le Pôle France à l’INSEP. Mais finalement, il a fait le choix de rejoindre l’ASVEL. Il a préféré rester proche de sa famille et le projet villeurbannais lui plaisait. Ce dernier prévoyait son intégration rapide à l’effectif Espoirs à l’entrainement et en compétition, lui qui n’était encore qu’un U16. En U17, entraînements avec les professionnels. Enfin, en U18, il jouera avec eux. L’ASVEL mise beaucoup sur Malcolm, et il a un accompagnement au niveau scolaire, mental et physique. Il a connu quelques soucis au genou (ce qui l’a poussé à déclarer forfait pour l’EuroBasket U16), mais ces petits problèmes sont maintenant derrière lui. Peu exposé jusque là, Cazalon n’était pas très visible auparavant mais cette année il a été vu un peu partout via des camps internationaux. Le mondial U17 est donc sa première compétition internationale, ce qui permet d’évaluer plus facilement le joueur.

Le basket est un sport avec ballon, mais il nécessite de grosses qualités physiques et athlétiques pour atteindre l’élite. Malcolm Cazalon est l’athlète parfait mais n’a pas encore le basket parfait. Ses mensurations sont très bonnes pour un swingman (arrière-ailier) : 1m97 (en chaussures) avec une envergure de 2m10. Son corps est impressionnant, avec des heures à la salle il pourrait devenir très redoutable. À l’âge adulte il devrait atteindre au moins 2 mètres, il pourrait alors jouer 4 par séquence, comme il le fait actuellement avec l’ASVEL ou l’Équipe de France. Malcolm est très explosif, dévastateur sur son départ en dribble et capable de changer de rythme. Le Villeurbannais est vertical avec une belle détente ce qui donne parfois lieu à des dunks impressionnants.

C’est un scorer, un formidable attaquant (27,7 points par matchs Per 40 depuis le début du Mondial). Sa plus grande force c’est le jeu en transition, toujours le premier à partir en contre-attaque et qu’il soit seul ou face à un adversaire c’est 2 points minimum. Cazalon excelle sur le drive et est un très bon finisseur avec un beau contrôle de son corps, des changements de direction et parfois il accompagne le tout de quelques jolis mouvements Euro-Step ou floater. Il est presque impossible à arrêter sur les close outs et peut trouver de belles lignes de passe suite à un drive. Toutefois il pourrait faire mieux au niveau de la création pour ses coéquipiers, où il se contente souvent de donner après un drive.

Son dribble est encore moyen mais Malcolm a montré qu’il pouvait déjà créer son shoot avec un footwork d’élite. Sa main droite est encore trop faible sur tous les aspects. Le swingman donne même l’impression de ne pas attaquer le cercle côté droit, un peu comme Kelly Oubre Jr à son arrivée en NBA.

Son shoot est à revoir complètement. La mécanique est assez moche et n’est pas très fluide, puis il est déséquilibré. Ses pourcentages parlent d’eux-mêmes. Mais rien n’est perdu, et puis à cet âge la domination est parfois telle que le travail sur le shoot n’est pas forcément prioritaire.

Sur le plan défensif, Cazalon n’est pas encore très bon mais il y’a déjà de très bons signes. Les instincts sont là et son corps lui donne les outils pour bien défendre. On l’a vu contester des shoots sans sauter juste en levant les bras. Pas de problème de vitesse latérale ou quoi que ce soit. Un jour il pourra défendre du poste 1 au poste 4. Au niveau du rebond, il devrait faire beaucoup mieux vu son allure longiligne.

Puis son corps n’est pas encore prêt pour le haut niveau. Sa masse musculaire est encore trop faible, mais rien d’alarmant car c’est un gros bosseur. Son éthique de travail est très bonne comme son attitude sur le terrain. Toujours le premier à encourager ou replacer ses partenaires. C’est un vrai compétiteur avec un bon QI. Au final, Cazalon est surement le profil qui réussirait le mieux en NBA mais il doit encore progresser dans de nombreux domaines.

Leave a Reply