John Wall : « Je ne vois pas pourquoi nos concurrents seraient plus favoris que nous »

John Wall : « Je ne vois pas pourquoi nos concurrents seraient plus favoris que nous »

Quand John Wall parle, c’est souvent pour dire que lui ou son équipe des Wizards sont trop fréquemment sous-estimés. Une fois n’est pas coutume, il explique aujourd’hui qu’il ne comprend pas que Washington soit si peu souvent cité dans les équipes qui pourraient remporter la conférence Est et aller en finale.

« Je pense que l’on est au même niveau. Personne de nos concurrents n’a gagné de titre. Je ne vois pas pourquoi ils seraient plus favoris que nous. Après ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Boston est une très bonne équipe. Philly a beaucoup de jeunes talents avec Joel Embiid et Ben Simmons et Toronto a récupéré Kawhi Leonard bien qu’ils aient perdu DeMar DeRozan. Certains sont déjà allés en finales de conférence contrairement à nous, mais aucun n’a fait les finales. C’était un gars qui allait en finales et je ne vois pas de joueur qui piut emmener son équipe en finales comme LeBron le faisait chaque année avec les Cavs. Sur le papier, tout le monde a l’air bon. On a l’air bon, Boston a l’air bon aussi. Mais comment tous ces jeunes gars vont évoluer avec les retours de Kyrie Irving et de Gordon Hayward ? Personne ne sait comment ça va fonctionner bien qu’ils aient un super staff avec Brad Stevens et Danny Ainge et je pense qu’ils ont les moyens de s’en sortir. Mais il faudra quand même le temps qu’il créent une alchimie. Il faut faire en sorte que ça fonctionne aussi sur le terrain. On ne sait pas non plus si Kawhi va s’adapter. On ne sait pas si Embiid et Simmons vont continuer à progresser. Ça va être une toute nouvelle année. » John Wall

Partez à New York pour assister à plusieurs matchs NBA

Dans cette équipe des Wizards qui n’a jusque là jamais vraiment réussi à passer de cap autour du duo John Wall / Bradley Beal, quelques changements ont été apportés, l’ambiance ne semblant pas toujours au mieux entre certains membres de l’équipe dont l’ego paraissait parfois prendre beaucoup de place. Exit Marcin Gortat (parti aux Clippers) et bienvenue à Dwight Howard notamment, pourtant pas connu pour être le joueur le plus apprécié des vestiaires dans lesquels il est passé.

« L’an dernier, ça n’a pas été pareil que l’année d’avant ou nous prenions tous du plaisir ensemble. C’était difficile de trouver une façon de prendre du plaisir sur le parquet. Il n’y avait pas de sourire, pas d’excitation. Je ne sais pas pourquoi ça s’est passé comme ça. C’était juste bizarre. Quand vous ne connaissez pas votre rôle, tout le monde veut être ‘The Man’, et quand des choses comme ça arrivent, ça fait mal ! » John Wall

Avouons que les arrivées de Dwight Howard, de Jeff Green et de Austin Rivers nous laissent pour le moment un peu dubitatifs dans l’idée d’imaginer les Wizards jouer avec plaisir et cohésion. Ceci dit, John Wall est celui qui a recruté Howard par téléphone. Le meneur de jeu voulait visiblement vraiment jouer à ses côtés et il devait avoir ses raisons.

« J’ai entendu parler de sa réputation. J’ai une réputation aussi qui dit que je préfère profiter de la vie plutôt que de m’entraîner sérieusement au basket. Mais les gens qui ont été mes coéquipiers savent que ce qu’il se passe est totalement différent. J’ai juste eu à soigner mes blessures. Les gens ont toujours différentes perceptions de vous. Ça a de l’importance que si la personne qui pense ça est importante pour vous, alors vous ferez le nécessaire pour la faire changer d’avis. Dwight Howard a joué avec de bons meneurs de jeu, ne me faites pas encore dire ce que je n’ai pas dit, mais je pense que Dwight Howard n’a jamais joué avec un meneur capable de faire ce que je fais. Imaginez nous ! Je pénètre et je me retrouve avec un gars qui peut attraper les passes lobées, contrer des tirs, marquer au poste… Toutes ces choses sont importantes ! » John Wall

Pour Wall, les Wizards ont toutes les pièces pour atteindre l’objectif des finales NBA. Il explique en tout cas qu’il était prêt à bosser dur pour réaliser la meilleure saison possible.

« Les gens disent que ça ne va pas fonctionner. Je suis à l’aise avec ces critiques et je comprends d’où elles viennent. C’est mon job en tant que leader de l’équipe de faire en sorte que tout le monde soit sur la même longueur d’onde. D’un point de vue personnel, mes playoffs ont été bons mais ne nous ont pas permis de gagner. Maintenant, mon boulot et de rester en bonne santé même si je ne peux pas vraiment contrôler ça. Je fais en tout cas toutes les choses que je suis supposé faire pour le rester. Quand je suis en bonne santé, tout le monde peut voir ce que je suis vraiment, vraiment capable de faire. Quand je ne le suis pas je suis tout de même un putain de joueur dans cette ligue, mais pas le joueur que je veux être. Je veux juste donc être dans la meilleure forme possible ! » John Wall

Il est vrai que l’an dernier, le meneur de jeu a manqué la moitié de la saison régulière et n’a joué que 3 des 5 derniers matchs de l’exercice des Wizards suite à deux mois d’absence : pas de quoi arriver dans la meilleure forme possible une fois la postseason commencée. Wall continue cependant ensuite pour expliquer à quel point l’équipe dispose selon lui de beaucoup de talent, de complémentarité et de profondeur.

« Je pense que nous avons l’effectif le plus dense que nous n’ayons jamais eu et je me sens hyper à l’aise à l’idée de jouer avec cette équipe. Tout le monde va dire que Boston finira numéro 1 à l’Est parce que c’est le chemin que les choses sont supposées prendre. Ils ont fait une super saison et ils ont leurs gars principaux qui reviennent. Il y a aussi Philly qui a de bons éléments. N’oublions pas non plus Toronto mais aussi Milwaukee avec Giannis Antetokounmpo. Ces équipes du top 4-5 à mon avis peuvent toutes prétendre aux finales et je nous place parmi elles ! » John Wall

Howard sera forcément une pièce importante de ce revival des Wizards attendu par John Wall. La bonne cohésion de l’équipe passera sans doute par son intégration. A lui, donc de prouver à Washington que la réputation de mauvais coéquipier qu’il traîne maintenant depuis son passage aux Lakers, n’est pas méritée. Ou bien à lui de confirmer ce que beaucoup pensent si cela se passe mal. Laissons quand même une chance à ces Wizards avant de les enterrer de manière précipitée car Wall, même s’il est souvent très élogieux sur sa propre équipe semble tenir néanmoins certains propos assez fondés.

Via Yahoo! Sports

Leave a Reply