Milos Teodosic évoque trois différences majeures entre l’Euroligue et la NBA

Milos Teodosic évoque trois différences majeures entre l’Euroligue et la NBA

Ayant tout prouvé ou presque sur le continent européen, Milos Teodosic a fait l’an dernier, le grand saut en NBA, direction les Clippers. A l’aube de sa deuxième année outre-atlantique, le meneur de jeu s’est essayé à quelques comparaisons entre l’Euroligue et la ligue américaine, tout d’abord sur la façon différente d’accepter la défaite.

Il y a des points positifs dans les deux compétitions. En Europe malgré tout, il y a plus de pression, chaque match est crucial. C’est différent en NBA. La défaite est acceptée différemment. Je commence à m’y habituer. C’était bizarre au début. La saison s’est terminée après 82 matchs, mais nous avons eu pas mal de soucis de blessures. » Milos Teodosic

De plus, si le CSKA Moscou, si cher à Milos Teodosic, fait partie des équipes dominantes en Europe depuis plusieurs décennies, le niveau de professionnalisme semble bien différent outre-atlantique dans la mesure où, en NBA, tout est fait pour un confort optimal des joueurs..

Ce qu’ils font à Moscou est loin de de que fait n’importe quelle équipe NBA. Ici, l’équipe est beaucoup plus concernée par les joueurs, leur famille et tout ce qui est lié à eux. Vous, vous n’avez qu’à vous mettre en tenue et jouer. De manière générale, il y a des conditions fantastiques au CSKA, mais ce n’est pas pareil. » Milos Teodosic

Partez à New York pour assister à plusieurs matchs NBA

Enfin, élément important : alors que l’on pourrait croire que les déplacements représentent quelque chose d’assez abominable pour les joueurs de NBA, Teodosic pense que c’est finalement bien pire en Euroligue.

En NBA quand vous voyagez sur la côte Est, vous jouez un ou deux matchs, puis vous avez une dizaine de jours où les matchs ne tombent pas loin de là où vous êtes déjà. C’est plus facile que quand vous partez de Moscou pour aller à Barcelone, puis que vous devez aller à Krasnodar juste après. » Milos Teodosic

Les deux premières informations nous étonnent peu compte tenu du nombre de matchs par saison en NBA et du nombre de salariés qu’emploie chaque franchise américaine afin que les joueurs n’aient qu’à penser au basket. Ceci dit, l’histoire des déplacements, avouez qu’on ne s’en serait pas douté au premier abord !

Via EuroHoops

Leave a Reply