Willie Cauley-Stein, la maturité ? : « Comment être le leader d’un groupe de joueurs si je ne travaille pas aussi dur qu’eux ? »

Willie Cauley-Stein, la maturité ? : « Comment être le leader d’un groupe de joueurs si je ne travaille pas aussi dur qu’eux ? »

Des nouvelles du « petit » gars de Spearville, Willie Cauley-Stein (2,13m), qui attend de lui cette saison probablement la même chose que les fans des Kings : de la régularité.

« Régularité. C’est tout. Régularité. Je fais tout ce que je suis supposé faire. Comme une routine. J’ai compris. Je vais faire toutes les choses qu’on m’a dit nécessaires de faire depuis le début. Je suis concentré. Dans le passé c’était genre oui, ils me disent ça, mais moi je me trouve bon… Maintenant je me dis non, je n’étais pas bon. Changeons ça. Maintenant, j’essaie d’être bon. Le basket ne m’a jamais autant excité qu’aujourd’hui. » Willie Cauley-Stein

C’est tout ? Pas tout à fait. Car comme il l’avait évoqué dès le mois de février, son objectif sera aussi d’être un leader pour les Kings, dont personne n’attend grand chose la saison prochaine si ce n’est d’enfin découvrir Harry Giles en NBA et faire mieux que 27 victoires avec un groupe jeune (au sein duquel Cauley-Stein, 25 ans, fait déjà office d’ancien) qui progresse doucement.

« Ça va venir naturellement, tout simplement parce que je travaille comme un leader. Le coaching staff me le disait l’année dernière, Willie, tu as une voix dans le vestiaire, utilise-la. Mais comment être le leader d’un groupe de joueurs au même niveau que moi si je ne travaille pas aussi dur qu’eux ? Je n’ai pas eu ce sentiment de travailler autant qu’eux avant le milieu de saison, et c’est là que mon jeu a commencé à changer. Maintenant j’ai le sentiment de travailler plus dur qu’eux. Dans ma tête je pense travailler plus dur que toi, donc maintenant je pense pouvoir être ton leader. » Willie Cauley-Stein

Partez à New York pour assister à plusieurs matchs NBA

D’ailleurs, pas question pour Cauley-Stein, qui tournait en 2017-18 à 12.8 points (50.2%), 7 rebonds, 2.4 passes et 1.1 interception par match (28 minutes par rencontre, 73 matchs joués dont 58 en tant que titulaire) d’oser parler de playoffs pour le moment.

« Pour nous l’important sera de trouver notre identité. On n’a pas eu d’identité depuis l’époque… Doug Christie (qui réalisait l’interview, ndlr). Je veux qu’on définisse notre identité cette année. Je veux que les gens arrêtent de dire qu’on est une franchise de pouffi…. On est là, on arrive. » Willie Cauley-Stein

via SacTownRoyalty

Leave a Reply